Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

The Young Pope - 1x1 : Episode 1, 1x2 : Episode 2

1x1 : Episode 1, 1x2 : Episode 2 © Canal + - 2016

Attention : vous devez avoir vu les épisodes avant de lire cette critique.


Présentée en grande pompe à la Mostra de Venise en septembre dernier, The Young Pope s’est rapidement octroyée le titre de série évènement de la rentrée 2016. Créée par Paolo Sorrentino, elle relate l’histoire d’un cardinal quarantenaire qui devient le premier pape américain de l’Histoire.

Sorte de dyptique préambule, les deux premiers épisodes de la série sont particulièrement réussis. Les moyens techniques et financiers investis se voient à l’écran, le réalisateur italien mettant toutes les chances de son côté pour installer l’atmosphère si particulière du Vatican.

Chaque plan semble millimétré, la réalisation s’employant à proposer des tableaux somptueux à l’image de l’introduction du pilot, une totale réussite qui n’a rien à envier au grand écran. Ces magistrales douze premières minutes posent d’emblée les racines de l’intrigue avec le pape rêvant de sa première allocution publique.

Entre onirisme symbolique et réalisme, la caméra nous plonge dans les prémisses du pontificat. Elle semble glisser lentement entre tous ces personnages, à travers tous ces lieux qui sont autant d’étapes vers la consécration du personnage. Tout est propre sans être aseptisé. Chaque image est léchée et la colorimétrie réfléchie pour faire ressortir tantôt le rouge des camails tantôt le noir très sombre des parapluies de la foule.

Les lourds murs du Vatican, qui cachent aussi de lourds secrets, imposent un huis clos particulier participant à l’immersion du spectateur, comme s’il était une petite souris épiant les coulisses du pouvoir. Tout ce poids dans le decorum efface quelques fois l’intrigue elle-même qui peine à remplir suffisamment l’espace. Quelques longueurs se faisant sentir ici et là, est-ce peut-être un mal nécessaire pour servir le cœur du propos ?

Ce qui m’a le plus intéressé ne réside pas dans le côté rock’n’roll du personnage qui envoie valser les conventions en fumant dans les bâtiments par exemple. Jude Law est d’ailleurs très bon mais pas transcendant. Je le préfère dans les face à face tendus avec les autres représentants du pouvoir, attachés aux règles poussiéreuses et à tous leurs excès. On apprécie d’ailleurs les quelques scènes qui exposent les secrets dissimulés derrière les murs épais : sexe et maladies inhérentes aux différents vices côtoient des moments plus légers comme ces religieuses jouant au football dans une cour.

Les deux premiers épisodes s’attèlent à une inexorable destruction du pouvoir établi et de ses conventions dans une espèce de jeu de pouvoir prometteuse. L’introduction excelle à peindre la dualité de son jeune pape entre pur égoïsme et altruisme, celui-ci se caractérisant tantôt comme un simple sujet de Dieu, tantôt comme l’être suprême.

Dans un parallèle réussit, le diptyque se conclut de la même manière qu’il a commencé. Le premier discours - rêve où Pie XIII choquait ses fidèles et voyait le soleil percer l’orage comme symbolique de l’arrivée du messie - laisse place à la véritable allocution du début du pontificat. Cette fois-ci, le pape –qui désire ne pas se montrer- choque toujours et se laisse emporter dans une réflexion sur l’existence ou non de Dieu alors que l’orage éclate en même-temps, présage de mauvaise augure.

A noter la performance de Silvio Orlando dans le rôle du Cardinal Voiello, opposant farouche à notre Lenny Belardo. Diane Keaton et Cécile de France viennent compléter le haut de l’affiche de la production franco-italo-espagnole qui offre une belle diversité au casting.

Assez terre à terre, The Young Pope débute par une remise en question de la fonction de pape et de l’institution du Vatican sans pour l’instant s’occuper de questions existentielles ou philosophiques. Ce qui ne l'empêche pas de proposer quelques illustrations abstraites laissées à l'interprétation de chacun.

Note de l'épisode 1x1

8/10

Note de l'épisode 1x2

8/10

Bilan

Introduction réussie qui propose une histoire originale reposant sur de très beaux tableaux et une narration exhaustive qui prend son temps. Les quelques lourdeurs, nécessaires, ne gâchent pas l’ensemble d’une qualité exceptionnelle pour une série télévisée.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez l'épisode 1x1

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

3 votes

Notez l'épisode 1x2

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

3 votes

Contenu relatif