Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Once Upon a Time (2011) - 6x12 : Murder Most Foul

Résumé

Alors que l'enfance de David aux côtés d'un père qu'il ne connaissait pas si bien ne tarde pas à resurgir, Regina, de son côté, essaye de rebâtir une relation digne de ce nom avec le Robin des Bois qu'elle a ramené d'une réalité alternative.

6x12 : Murder Most Foul © 2017 - NBC

Cette semaine, Once Upon a Time donne de l'importance à des personnages qui n'ont jamais été très intéressants (Charmant et Crochet) pour un résultat forcément décevant. En mettant en avant David, le prince Charmant de la série, ce douzième épisode d'une série à l'aube d'une annulation ou d'une grande refonte scénaristique, entretient l'ennui. S'il s'éloigne des intrigues inutilement complexes de l'épisode précédent, il n'en demeure pas moins inutile puisqu'il ne fait pas avancer les enjeux principaux d'une sixième saison sans réel but narratif.

Dans un climat globalement apaisé pour les personnages de la série, à l'image des rencontres entre l'ancienne Reine et Blanche-Neige (éveillée lorsque son mari est endormi) autour d'un café pour discuter d'affaires amoureuses, la série peine à re-décoller après les résolutions d'intrigues de la semaine passée. En choisissant de narrer un épisode passé de l'existence du Prince dont l'intrigue principale est détachée, le show patine : à l'heure où la série vit peut-être ses derniers instants, il serait bon de proposer des épisodes essentiels à la bonne conclusion du show. En l'état, l'épisode douze conclut des histoires dont on se fiche, pour relancer des querelles dont on aurait pu se passer (on pense notamment à la révélation finale, relançant une fois encore une future animosité dans la famille des Charmant). Sans réel rapport avec la ligne conductrice de la deuxième partie de saison (la menace grandissante de la Fée Noire à travers son petit-fils, Gidéon), cet épisode nous ferait presque regretter le précédent découpage des saisons en deux parties. Au moins, nous étions assurés d'avoir des épisodes reliés ensemble chaque semaine, dans un but unique d'achever l'intrigue principale.

L'objectif de cet épisode est clair : remplir une case vide dans le cahier des charges de l'équipe créative. Exceptée son inutilité générale, l'épisode assène des incohérences dont la série a le secret : depuis quand Crochet et Charmant savent-ils composer des sorts chimiques ? Même si l'histoire du père de David est touchante, elle est tellement hors de propos dans cette saison, que l'intérêt à sa découverte est moindre. La série se contente par ailleurs d'avancées minimes dans les relations entre les personnages – Crochet demandera-t-il la main d'Emma ? De même, la fin de l'épisode essaye tant bien que mal d'offrir de nouveaux élans narratifs, mais le procédé est rouillé. Ainsi donc, le Robin des Bois tout droit venu du monde des vœux serait en réalité une nouvelle menace. Quand la série se décidera-t-elle enfin à oser l'originalité pour palier aux rouages trop usités de ses intrigues ? Heureusement, l'on peut quand même compter sur de rares touches d'ironie pour maintenir notre intérêt. Lorsque Regina condamne la brutalité de Robin des Bois, celui-ci lui fait gentiment remarquer qu'elle possède d'innombrables cœurs en coffret dans son caveau. Mais au lieu de profiter de telles auto-critiques bien venues, la série renouvelle sans cesse ses plus grands défauts. Cette saison est tellement déconstruite qu'il est difficile d'en parler sans être désordonné !

Véritable épisode de « remplissage », cette douzième pierre de la sixième saison n'en demeure pas moins intéressante sous certains aspects. Qu'il s'agisse d'une occasion rare d'apprécier le jeu plus nuancé de Josh Dallas (qui ne cessait d'interpréter le même rôle de père protecteur jusque là), ou du réinvestissement de certains contes, dont l'île aux Plaisirs sortie de Pinocchio, la série continue sa ré-appropriation des mythes enfantins. En plus, l'île n'est pas si ratée que certains épisodes précédents sur le plan esthétique. C'est d'autant plus rageant que les showrunners nous prouvent qu'il est possible de faire de belles choses lorsque les moyens sont mis en œuvre.

En somme, un douzième épisode guère enthousiasmant. J'en viendrais presque à espérer que le show s'achève réellement au bout de cette sixième saison qui n'a plus rien à raconter. La gloire de Once Upon a Time est définitivement derrière elle : alternant invraisemblances scénaristiques et ennuis narratifs, la série n'a plus de raison d'être. Et dire qu'il reste encore une dizaine d'épisodes à découvrir...

5/10

Bilan

Un épisode oubliable qui développe des intrigues sans intérêt immédiat. Si l'ensemble peut émouvoir, l'on ne peut que regretter la voie empruntée par cette deuxième partie de saison.

1 Commentaire

  • Simys
    Le 15/03/2017 à 13h42

    Un peu dur mais réaliste. Pour moi les scénaristes se contentent maintenant (depuis la saison 5) que d'écrire sur les ships pour faire plaisir aux fans.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

10 votes

Contenu relatif

Once Upon a Time (2011)
Note de la série :
9.1/10