Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Girls - 6x5 : Gummies

6x5 : Gummies © HBO - 2017

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

Alors que la mi-saison pointe son nez et que la fin se rapproche, Girls maintient un rythme moyen quelque peu dommageable. Si à l’image on est loin de certains passages dramatiques qui ont placé la barre très haut auparavant, la série s’avère plutôt solide sur le fond en ce qui concerne ses intrigues principales. Ce cinquième épisode confirme ce constat.

Commençons par Adam et Jessa, qui ont débuté le tournage de leur film indépendant. J’ai été étonné de la vitesse à laquelle cette storyline a avancé. L’épisode précédent évoquait seulement le projet, et voilà que cet épisode montre le tournage déjà bien entamé !

Une fois passé l’effet bizarre causé par ce choix de temporalité, on peut se concentrer sur le propos. Il est intéressant dans la manière où Jessa observe l’ancienne relation d’Adam comme si elle avait pu voyager dans le temps, d’autant plus que celui-ci joue son propre rôle. La ressemblance de l’actrice jouant Hannah ajoute à son ressentiment. Je pense qu’on tient enfin un bon filon pour mieux exploiter le personnage de Jemima Kirke, reste à ne pas tomber dans l’excès et dynamiter son potentiel dramatique.

Ensuite, passons à la grossesse d’Hannah qui occupe la majeure partie de l’épisode. Après avoir listé les raisons qui feraient d’elle une mauvaise mère, arrive le moment de l’annoncer à sa propre mère en visite à New-York. Et tout ne se passe pas comme prévu. Loreen accuse le coup car pour elle, le bébé la renverrait trop souvent vers sa solitude, source de souffrance et de mal-être. Pire, elle relie le bébé à sa propre mort.

Comme d’habitude, Girls sait tirer profit de banales scènes du quotidien pour leur donner une ampleur dramatique. Gummies explore un côté peu connu de la solitude : celui du sentiment d’être seul, alors même que l’on est entouré et que l’on a une vie sociale. Becky Ann Baker est parfaite dans le registre, incarnant ce que pourrait être Girls si la série se focalisait sur les seniors.

L’escapade nocturne pour la retrouver dans la ville n’est pas très intéressante bien qu’ajoutant un peu d’humour ici et là. Elle est néanmoins un prétexte pour qu’Elijah apprenne par accident la grossesse de sa meilleure amie. Les mots sont durs et Hannah se fait pulvériser par le jeune homme. Bien que situer le règlement de comptes dans la cuisine du restaurant soit un peu too much, le jeu d’acteur est bon. Andrew Rannells et Lena Dunham sont très justes, tout en retenue, bien loin de leurs habituelles frasques devenues lassantes. La toute fin de la scène est excellente, quelques mots et une émotion sur le visage de Dunham crèvent l’écran.

Encore une fois, la réalisation de Jesse Peretz est plutôt classique mais l’écriture de Sarah Heyward donne du relief à ces intrigues. La scénariste signe ici un épisode profond et mature, aux dialogues simples mais puissants.

La fin de Gummies, habilement amenée, vient confronter Hannah à son double, à savoir l’actrice qui joue son rôle dans le film d’Adam. Girls a souvent recours à des personnages tiers pour faire évoluer ses héros. Mais ici, un parfum de surréalisme se fait sentir quand on observe les deux jeunes femmes à la ressemblance frappante assises sur le perron et discutant. Une phrase particulière de l’actrice en ressort et souligne toute la problématique de l’intrigue de l’héroïne : « Les enfants sont super faciles, c’est être un adulte qui est compliqué ».

8/10

Bilan

Cet épisode caractérise au mieux ce que Girls veut être pour sa dernière saison. Dialogues soignés et justesse du jeu d’acteur font de celui-ci le plus abouti de cette première partie de saison.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

4 votes

Contenu relatif