News Séries

Seriesaddict.fr  par | Chroniques | 0

Rétro SerieAddict N.22 : Degrassi High, succès d’un teen show canadien

Rétro SerieAddict N.22 : Degrassi High, succès d’un teen show canadien 1987 - CBC

Tous les jeudis revenons sur une série qui a marqué l’histoire de la télé ou nos mémoires. Aujourd'hui, exceptionnellement, deux séries indissociables : Degrassi Junior High et Degrassi High.

Connu en France sous le nom Les Années Collèges et diffusée en fin d’après-midi sur Antenne 2 (aaah Giga…), Degrassi est une franchise canadienne. Son histoire remonte au début des années 80 avec une première série The Kids of Degrassi Street, Degrassi étant le nom d’une rue de Toronto. A la fin de cette dernière, en 1986, la plupart des enfants/acteurs furent embauchés dans une sorte de suite (le nom de leurs personnages fut changé) à savoir Degrassi Junior High de 1987 à 1989 puis Degrassi High de 1989 à 1991. Ces deux séries, que nous allons traiter aujourd’hui comme une seule, nous racontent la vie de jeunes ados au collège puis au lycée. Si la thématique est basique pour un teen show, nous allons voir que son traitement l’est bien moins.



Degrassi se présente comme une véritable série chorale. Elle n’a pas de vrais héros et plus d’une dizaine d’adolescents évoluent simultanément à l’écran. Les personnages à l’écran ne sont pas joués par des acteurs plus âgés comme nous avons pu le voir dans d’autres séries, mais par de vrais ados. Il est d’ailleurs touchant de les voir littéralement changer à l’écran au fil de leur croissance et de leur puberté. Autre particularité, la plupart d’entre eux ne sont pas des acteurs professionnels, et cela se ressent sur le ton de la série qui est très vif, frais et naturel.

http://thetvdb.com/banners/fanart/original/78298-2.jpg

Au-delà de ces détails qu’est-ce qui fait de Degrassi une série qui a marqué son temps ? Comment une petite série canadienne a-t-elle pu franchir les frontières et s’exporter si bien à l’étranger ?
La réponse est très simple, tout simplement grâce aux thématiques abordées. Si aujourd’hui des esprits chagrins diront que l’on est loin de la qualité d’un Heartbreak High (Hartley Coeur à Vif en VF), ou bien de l’impertinence d’un Skins je répondrai que le but n’est peut-être pas le même. Degrassi a plus un rôle didactique. En ayant un très grand nombre d’acteurs différents sous la main, la série se permet d’aborder un spectre très large de questions d’ados mais aussi de décrire des situations qu’ils peuvent ou seront amenés à vivre dans leur vie de tous les jours. Cela se fait sans jamais tomber dans l’excès ou bien le soap. Tout est traité d’un point de vue extrêment réaliste sans que l’histoire ne s’acharne toujours sur les mêmes personnages.
Parmis les thèmes abordés, nous sommes étonnés devant le culot de ces derniers, en particulier pour les années 80. Certains sont assez dramatiques et extrêmes comme la grossesse, le suicide, l’anorexie, l’avortement, la drogue, le racisme, les agressions sexuelles, la perte de ses parents, le sida. Certains sont plus classiques pour une série dédiée à cette tranche d’âge comme les premières amours, les premières fois multiples, le harcèlement à l’école, la popularité, la sexualité. Et d’autres nous paraîtront plus anodins mais sûrement pas pour des adolescents en plein bouleversement hormonal comme la sexualité de ses parents, le fait de devoir porter des lunettes, ou même un sujet rarement abordé comme le fait de s’éloigner de certains de ses amis en grandissant.

Et c’est dans le traitement de ces thèmes extrêmement variés que l’on sent l’origine canadienne de la série, puisqu’elle se permet d’aborder des problèmes particulièrement sensibles. Il est d’ailleurs à noter que régulièrement aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie, le show a vu certains de ses épisodes censurés voire carrément pas diffusés, à l’instar de ceux qui abordent la question de l’avortement via le personnage d'Erica. Étonnement la France, connue pour censurer régulièrement les séries via le doublage ou par des coupes stratégiques, a diffusé la série telle quelle, preuve s’il en est de sa portée éducative.

http://thetvdb.com/banners/fanart/original/78298-6.jpg

Toujours juste mais jamais racoleuse, Degrassi ne se contente pas de régler les problèmes de ces ados en un seul épisode et ensuite de ranger le dossier. Tout au long de la série nous suivrons Christine dite Spike et sa décision de mener sa grossesse au bout et ensuite sa galère d’être mère adolescente. Quand Wheels perdra ses parents nous sentirons son mal-être s’accentuer au fil des épisodes. Les problèmes de Michelle avec son père qui ne supporte pas l’idée que sa fille fréquente un garçon de couleur seront récurrents...



Bien sûr Degrassi n’aurait pas eu un impact si fort si en plus de son côté manuel de survie à l’usage des adolescents elle n’avait pas eu une qualité d’écriture et des personnages particulièrement touchants. Comment ne pas s’attacher à Joey, grande gueule fragile qui galère dans sa scolarité et qui court désespérément après l’intellectuelle Caitlin (Caroline en VF), à ses amis Snake et Wheels et leur groupe de musique The Zits, à Lucy qui incarne au yeux de ses camarades la coolitude, Heather et Erica les jumelles inséparables ?
Degrassi est une véritable madeleine de Proust et si elle a vieillie, son sujet garde quand même une certaine actualité. Car non, même s’ils nous font peur, tous les ados ne ressemblent pas à ceux de Skins.

http://thetvdb.com/banners/fanart/original/78298-1.jpg

Pour preuve de son succès en 2001, est arrivé Degrassi : The Next Generation. Véritable suite à Degrassi High nous y suivons Emma la fille de Spike qui a grandi et va rentrer au collège. La série sera diffusée jusqu’en 2015 et ce n’est pas l’arrivée en 2016 sur Netflix de Degrassi : Next Class qui va mettre fin à l’incroyable longévité de ce teen show.

Et vous ? Connaissiez-vous la saga de Degrassi ?

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler