ban[841].jpg

218 addicts de cette série

Rectify - S04E01 - A House Divided

  • Rectify 04x01 : A House Divided- Seriesaddict
  • Titre VO : A House Divided
  • Titre VF : (N/A)
  • Saison : 4
  • Episode : 1
  • Réalisateur(s) :
  • Scenariste(s) :
  • Date de première diffusion : 26/10/2016
  • Audience : (N/A)

Synopsis de l'épisode

Pas encore de synopsis.

Casting de l'épisode

plus de casting

Avis sur l'épisode

  • Toff63
    Le 10/06/2018 à 15h05

    Un épisode absolument magnifique.

    SPOILER- Dan est désormais seul (dans le sens éloigné de sa famille) dans un programme de réhabilitation où il cohabite avec d'autres anciens détenus. Si les choses semblent aller pour le mieux pour lui (il a trouvé un travail à plein temps où il est intégré), si bien qu'il devient presque un messager d'expérience par rapport au programme (la discussion avec Britanny, membre depuis peu et ayant vécu en prison), sa vie ne lui convient pas vraiment.
    La série exploite alors la nouvelle routine frustrante de Dan par le biais de symboles forts (la ligne de train sans fin, la machine qui lui prend son chèque, l'argent comme finalité peu jouissive d'une vie, un programme au protocole immuable et lassant (semblable à la prison)), tout en évoquant les traumatismes sérieux encore enfouis en lui (quand son boss lui dit qu'il a raté sa commande (pour éviter d'accuser le client), Dan ressent cette sensation d'injustice, écho à sa situation précédente où on le voyait comme un meurtrier).
    - C'est là qu'interviennent les scènes les plus magistrales de l'épisode, avec en tête la bluffante séquence de discussion entre Dan et son responsable du programme, où Aden Young délivre une prestation en tout point remarquable. On y apprend que Dan n'arrive pas à cohabiter avec les autres car il a été seul pendant 20 ans en prison, qu'il ne se rappelle pas si oui ou non il a commis le meurtre d'Hannah, qu'il ignore si il mérite de vivre et qu'il a perdu la notion du réel.
    La série prend alors un angle philosophique très pertinent (car il coïncide avec les lectures solitaires de Dan), utilisant Sartre ("l'enfer c'est les autres") et Descartes ("je pense donc je suis", Dan a perdu de vue ce qu'il était en abusant de l'introspection) au profit de la description de sa solitude générale et de sa perte de repères. La scène finale où il accepte de jouer aux cartes avec ses collègues du programme à qui il ne s'était jamais ouvert annonce un changement mental important: Dan doit évoluer en partant du principe qu'il n'a pas tué Hannah!!!
    Enfin, l'autre grand moment de l'épisode a trait à l'art, et Dan qui tombe par hasard sur une compagnie artistique aux oeuvres qui le touchent tout particulièrement et le renvoie à ce qu'il est. En effet, le métal des bijoux (doux) lui offre une autre perspective par rapport aux barreaux hostile de sa cellule, le corbeau lui rappelle son côté malheureux et sa réalité perturbée, et l'arbre lui fait penser à sa famille, loin et renforçant sa solitude. La présence de l'excellente Caitlin Fitzgerald (que j'adore depuis Masters of Sex) face à Aden Young est un atout supplémentaire, et j'espère qu'on la reverra par la suite.


    Un épisode qui bouscule l'univers de Dan de manière exceptionnelle, offrant une plongée symbolique, philosophique et artistique sublime et bien écrite dans sa personnalité tourmentée. Aden Young est brillant. 10/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

2 votes

Dernières News

Top 16 des meilleurs drames de 2016

par Charlotte Papet

Découvrez notre top 16 des meilleures séries dramatiques de 2016 !

4 Commentaire(s)
Audiences séries US chaînes câblées : du 16 au 22 décembre 2016

par Charlotte Papet

Les audiences des séries des chaînes câblées du 16 au 22 décembre 2016.

0 Commentaire(s)
plus de news

Séries similaires


plus de séries similaires

Revue de presse

  • "La série est riche et attrayante grâce aux choix qu'elle fait pour éviter les sentiers battus, pas seulement par ses choix audacieux et son rythme entrainant, mais aussi parce qu'elle place ses personnages compliqués dans des situations qui nous semblent familière, et réussit à les dépoussiérer."

    Tim Goodman/The Hollywood Reporter

  • "Il faut un peu de temps pour s'y mettre mais une fois qu'on y est, impossible de s'arrêter."

    Verne Gay/Newsday


plus d'avis