Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

The Good Wife - 3x5 : Marthas and Caitlins

Résumé

Après le suicide du témoin principal de son affaire, Alicia Florrick se tourne vers un ancien client du cabinet : Colin Sweeney.

3x5 : Marthas and Caitlins © 2011 - CBS Corporation

L’épisode précédent annonçait le réel commencent de la saison 3, et cet épisode nous le confirme, avec une intrigue ficelée à la perfection et un casting encore et toujours au top.
Rien ne va pour Alicia cette semaine. Alors qu’elle porte l’accusation de dizaines de familles contre un constructeur aérien après un crash catastrophique, le seul témoin qui peut faire tomber la partie adverse se suicide pour des raisons obscures. Sans preuves, son attaque tombe à l’eau. Elle découvre très vite qu’un ancien client de Lockard&Gardner a travaillé pour cette firme et peut lui apporter un témoignage-clé pour l’accusation. Son nom ? Colin Sweeney. Son visage nous rappelle très vite quelque chose. Il avait été accusé du meurtre de sa femme et purge encore sa peine en prison. Ayant oublié les talents manipulateurs et sociopathes du personnage, Alicia lui voue une entière confiance jusqu’à qu’il lui fasse perdre tout crédibilité devant le juge pendant une vidéoconférence. Il ne veut plus témoigner gratuitement : c’est sa parole contre sa liberté. L’épisode est donc basé sur cet accord entre le prisonnier et le procureur, pas difficile à suivre, mais jouissif au possible. Chaque scène avec l’excellent Dylan Baker est un plaisir, et montre une fois encore la brochette de choix que la série s’offre pour ses seconds-rôles. Ajoutons à cela des dialogues savoureux entre Alicia et le monsieur, mais aussi quelques piques bien senties de la part de Cary Argos, et nous avons une affaire bien menée et sans temps morts.

Mais cela ne suffirait pas à combler nos attentes. Les scénaristes ont donc choisi d’intensifier les scènes ne concernant que les personnages eux-mêmes, en analysant comme d’habitude avec profondeur leurs sentiments. Ces scènes sont servies par un casting comme toujours irréprochable : la soirée entre fille avec Lisa Eldelstein, le dialogue acharné entre les séparés Alicia et Peter ou l’échange pour une fois réussi entre l’héroïne et sa fille à propos de la tutrice de cette dernière. Les acteurs assurent. On remettra cette semaine, une fois n’est pas coutume au duo Eli Gold/Kalinda qui fonctionne à merveille. L’un totalement insupportable, mesquin et ambitieux, l’autre maligne et fouineuse. On ne va plus les séparer.

Du coté du scénario en lui-même, les choses n’avancent pas réellement. La campagne de Peter Florrick est toujours menée d’une main de maître pour son ami Eli, et ce dernier commence petit à petit à l’approcher d’un poste politique haut placé. Il veut cette semaine lui faire accéder au discours d’ouverture du Congrès Démocrate, moyennant le moins de bruit possible autour d’affaires un peu sensibles (dont celle d’Alicia dans l’épisode). Là encore, la série allie parfaitement politique, judiciaire et privé, avec la relation très complexe entre Peter et Alicia. Ils ne sont pas divorcés, mais vivent séparément. Elle gagne plus d’argent que son ex-mari, c’est donc une femme puissante. Bref tout est très complexe, on ne va pas s’en plaindre, d’autant plus que la future nouvelle campagne de Peter Florrick pourrait amener de nouveaux scandales qui s’attaqueraient d’abord à leur mariage catastrophique.

Toujours à propos d’Alicia, cette dernière va apprendre dans cet épisode la dure loi des relations. Quand David Lee, très influent dans le cabinet, lui propose de choisir le futur nouvel associé junior de Lockard&Gardner, la désormais troisième année se sent honorée et accepte avec grand plaisir. Seulement, ce dernier omet de lui dire que l’un des candidates est sa nièce, et sous-entend par la suite de façon très explicite qu’Alicia doit l’embaucher elle. Pourtant, un peu naïve, notre héroïne hésite et tend à choisir l’autre jeune femme désirant le poste. La sentence ne se fait pas attendre : David Lee fait voter aux associés l’embauche de sa nièce sans prévenir Alicia. Cette fois, elle ne rigole plus. Cette trahison a du mal à passer, et c’est tout un nouveau système de redevances en tout genre qu’elle découvre. Will lui apprend en fait qu’elle était concernée par la même situation il y a trois ans, et que ce dernier avait convaincu Lee de la choisir. Il lui était redevable. En résumé, Alicia n’a pas été embauchée parce qu’elle avait les meilleurs compétences. Sa surprise, sa perte de confiance, son dégoût même sont parfaitement lisibles sur le visage de son interprète, Julianna Margulies qui pousse, on ne le dira jamais assez, la série vers le haut épisode après épisode.

On oublie certainement beaucoup de choses à l’épisode, tant il est complet mais pas de doute : la série reste au top avec un casting parfait, une intrigue maîtrisée et une classe indéniable. On s’y habituerait presque !

9.5/10

Bilan

Le casting, le scénario, le rythme, la réalisation : tout est là dans cet épisode. The Good Wife dans toute sa splendeur.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

21 votes

Contenu relatif

The Good Wife
Note de la série :
9.1/10