Critiques

Seriesaddict.fr  par | 17

Fringe - 5x12 : Liberty, 5x13 : An Enemy of Fate

Résumé

Afin de récupérer Michael, Walter doit réactiver les pouvoirs d'Olivia pour que celle-ci retourne dans l'univers parallèle.

5x12 : Liberty, 5x13 : An Enemy of Fate © 2013 - FOX

Lorsque je parle de la fin d’une série en général, et de la fin de Fringe en particulier, les gens qui m’entourent ne comprennent pas forcément toujours pourquoi, ou plutôt comment l’émotion est immense lorsque vient le dernier écran noir. En prenant du recul, je me dis qu’il y a effectivement quelque chose d’étonnant, qui maintenant ne nous le paraît plus à nous sériphiles acharnés, dans l’attachement que nous portons à nos histoires, à nos personnages préférés. Mais cela s’explique par le format même de la série. Une série n’est pas un livre. J’ai beau être un assez lent lecteur, il ne m’est jamais arrivé d’investir cinq années de ma vie dans un livre ; et il ne m’est jamais arrivé non plus de laisser un livre après un chapitre, pour commencer le chapitre suivant un an après, comme c’est le cas lorsqu’une saison se termine. Nous l’avons un peu oublié car la fin d’une saison se voit rapidement remplacée dans notre esprit par le début d’une autre saison d’une autre série que nous suivons, et c’est comme cela que nous « supportons » l’attente. Un livre a une unité plus grande – je ne vais pas lire cinq livres en même temps pour recréer le même schéma qu’une série - mais une série a une adaptabilité plus grande, elle s’adapte, parfois à des « mauvaises » choses – l’audience, le politiquement correct – mais parfois aussi à de bonnes choses – sa base de fans par exemple.

Tout cela pour dire quoi ? Que je suis Fringe depuis le début, depuis l’épisode 1 et son accident d’avion et je critique Fringe depuis le début de la saison 2, où Olivia passe par le pare-brise de sa voiture alors qu’elle n’était même pas dedans. Depuis lors, chaque semaine j’essaie de raconter les aventures et les émotions d’Olivia, Peter et Walter, et je me retrouve aujourd’hui devant ma page word à me dire que c’est la dernière fois que je vais parler d’eux, et oui, je le dis honnêtement, je suis triste de devoir les laisser partir, mais heureux de la façon dont ils nous ont dit au revoir.

Vous comprenez au ton de ce début que je ne serai en rien objectif dans cette critique – l’ai-je déjà été ? L’exercice de la critique est quelque chose je pense de tellement subjectif – mais il fallait aussi écrire cette critique pour clore moi aussi un « travail » de quatre ans, dire au revoir à la série, aux acteurs, et aussi à tous ceux qui ont bien voulu me lire pendant toutes ces années.

Ce Series Final est pour moi parfait. Non pas qu’il soit parfait en terme de construction, de scénario, ou de cohérence de l’histoire – nous l’avons assez dit, la saison 5 a eu ses défauts qui restent présents dans le final -, non, il est parfait dans un sens purement subjectif, car il m’a donné tout ce dont j’avais envie. Cette saison fut chaotique, mais en voyant le final, j’ai l’impression que leur but réel était de nous offrir ces deux heures, ces deux magnifiques cadeaux à nous, les aficionados de la première heure qui attendions tous ces éléments.
Exemple parfait avec la première heure : bien sur que faire des allers-retour entre les dimensions parallèles pour aller chercher Michael est tiré par les cheveux, mais quel immense plaisir de revoir Olivia sur le devant de la scène, et quel immense plaisir de revoir quelques instants l’univers parallèle, ses dirigeables, et ses personnages que nous avons appris à aimer. Revoir Seth Gabel même quelques minutes, revoir l’autre Olivia, tout cela était tout simplement magnifique. Magnifique également de voir Windmark s’escrimer à lire Michael et se détruire complètement ce faisant.

Magnifique enfin le face à face entre Donald et December, de se souvenir des premières fois où nous avons connu les Observeurs, quelques épisodes après le début de la première saison.
Le second épisode du final met lui les bouchées  doubles pour pouvoir tout dire. C’est peut être la seule critique que je porterai, j’ai trouvé les toutes dernières scènes un peu rapides, la mort de Windmarck, celle de September, le départ de Walter font perdre un peu de la force dramatique de l’épisode. Car le moins que l’on puisse dire est que cet épisode est là pour nous faire pleurer et qui mieux que Walter pour cela. Le passage où Peter et Walter regardent la cassette est à pleurer. Qui aurait cru, alors que ces maudites cassettes nous ont lassé pendant toute la saison, que dans l’une d’elles serait conservé ce joyau, ce message d’outre-espace temps d’un père à son fils. Déjà dans le dernier épisode le face à face Walter-Peter était particulièrement émouvant, mais celui-ci l’est encore plus. Finis les « Peter »/ « Walter », maintenant ils s’appellent par des mots plus simples : « mon fils » / « Papa ». Ce lien aura été l’une des plus belles réussites de Fringe. La manière dont cette série de science-fiction s’est transformée – à partir de l’épisode Peter de la saison 2 – en un hommage à la reconstruction de l’amour entre un père et « son » fils est absolument extraordinaire. Un fils que Walter aura eu tellement de mal à sauver, à retenir, à laisser partir et à voir réapparaitre dans la saison 4 pour finalement le laisser lui-même retrouver sa propre fille. La boucle est bouclée, et de la plus belle des manières.

La boucle est bouclée également avec nous, car cet épisode est bourré de clins-d'œil, de remerciements à nous qui avons été là depuis la première minute. Le plus jouissif étant bien sur l’attaque de Peter et Olivia pour récupérer le cube. Voir les Observeurs souffrir des Fringe Events est une idée géniale, et j’ai particulièrement adoré revoir les papillons aux ailes coupantes. Alors oui encore une fois le fait que Broyles soit dans une pièce sans aération est une « heureuse coïncidence », mais il fallait qu’il soit là Broyles pour la bataille finale, il fallait qu’il participe à cela. Le clin d’œil final à l’épisode White Tulip était lui particulièrement émouvant. Cette tulipe blanche est la dernière image de Fringe, celle qui rappelle un des plus beaux épisodes de la série - si je devais montrer un seul épisode pour faire aimer Fringe à quelqu’un, je pense que ce serait celui-là - celle qui renferme toutes les problématiques de la série, les voyages à travers l’espace temps, la science, Dieu, le pardon recherché et enfin donné, le soulagement. Vraiment je pense qu’ils ne pouvaient pas mieux terminer, et je les félicite, ou plutôt je les remercie pour cette dernière image.

Je sais que je l’ai fait à chaque critique depuis quatre ans, mais je ne peux pas terminer sans parler des acteurs. D’abord les secondaires, même s’ils ne le sont pas. Qu’aurait été la série sans Broyles (Lance Reddick) et Nina Sharp (Blair Brown), Charlie (Kirk Acevedo) et Lincoln Lee (Seth Gabel), sans William Bell (le grand Leonard Nimoy) ou David Robert Jones (Jared Harris), September (Michael Cerveris), Windmark (Michael Kopsa) et Hetta (Georgina Haig) ? Tous ces personnages ont donné de l’épaisseur à la série car ils ont été incarnés par des acteurs et des actrices parfaits, qui même s’ils n’apparaissaient que quelques minutes ont toujours été au diapason des trois acteurs principaux. Je n’oublie pas bien sur Astrid (Jasika Nicole), qui aura toujours été là, pour nos personnages et surtout pour Walter, mais je compte en parler dans quelques instants.

Ah ces trois acteurs principaux. Difficile de trouver une autre série – Lost peut être ? - où les trois têtes d’affiche ont eu autant d’importance. Le personnage de Peter, immensément important au sein de la mythologie du show – c’est le seul à être unique -, est peut être celui qui, jusqu’à la saison 3 dira-t-on, a été le moins gâté dans l’évolution de son personnage. Mais Joshua Jackson, dans les saison 4 et 5 a porté un nouveau Peter, et a montré qu’il avait tout à fait sa place auprès de ses deux collègues. Que dire sur Olivia et Walter, sur Anna Torv et John Noble, que je n’aie déjà dit des dizaines et des dizaines de fois ? Anna Torv, inconnu au départ s’est révélée une actrice extraordinaire, capable d’interpréter deux, trois, quatre rôles différents (parfois en même temps !), avec une précision et une minutie dans son jeu. J’ai hâte qu’elle retrouve les écrans, et j’espère qu’elle trouvera un nouveau rôle à sa mesure. Mais celui d’Olivia Dunham l’aura véritablement fait entrer dans la cours des (très) grandes. Quant à John Noble, et bien il aura été géant, un acteur extraordinaire tout au long de ces cinq saisons, il aura porté cette série de son immense talent. Parfois fou, parfois stone, parfois dépressif, parfois délirant et hilarant - l'Observeur flottant restera mythique -, il aura été tout simplement parfait. Cette cinquième saison lui aura offert de magnifiques scènes à jouer – le final de l’épisode 1 dans la voiture, celui de l’épisode sous acides et j’en passe – mais l’une des plus belles scènes de la saison, et peut être de la série est la scène avec Astrid. Les deux personnages – et acteurs - ont été tellement proches pendant ces cent épisodes et cette ultime scène rien que tous les deux est d’une grande émotion. Oui, c’est un très beau prénom Astrid.

Il faut que je m’astreigne à terminer maintenant, car sinon, pour ne pas laisser partir la série je pourrais en parler pendant encore des pages et des pages. Alors je vais terminer rapidement moi aussi, un peu comme la série l’a fait, en vous disant, à vous chers lecteurs habitués – et moins habitués – à quel point j’ai aimé rédiger ces critiques et à quel point j’ai aimé les discussions, souvent enflammées qui s’en sont suivies. Je vous donne rendez-vous dans d’autres critiques d’autres séries, car même si Fringe s’arrête tout ne s’arrête pas. Mais c’est vrai que cette ambiance, ce générique, ces personnages… ces critiques vont forcément me manquer.

Note de l'épisode 5x12

10/10

Note de l'épisode 5x13

10/10

Bilan

Un seul mot : merci. 

17 Commentaires

  • alain
    Le 26/01/2013 à 19h03

    une pétition circule sur twitter signer la pétition #fringemovie film pour le cinéma VOTE !! moi avec fringe J'ai Ri… Puis J'ai Pleuré.

  • Amélie
    Le 26/01/2013 à 19h07

    Vraiment jolie critique, on voit bien ce que tu as ressenti, et tu donnes une belle fin à la série !

    Pour le film, je dis non ! On nous a offert une belle fin, il faut savoir laisser partir la série !

  • PingouinBishop
    Le 26/01/2013 à 19h14

    Rien à ajouter, pour une fois, cette dernière critique est aussi mienne. Merci de nous avoir fait partager la passion Fringe, car une série et sa mythologie vivent aussi des espaces comme ceux là.
    Bon courage à celui qui voudra refaire une série SF pour lui donner la même dimension philosophique.
    Maintenant que la série est finie, l'oeuvre achevée, il est temps de la reprendre depuis le début pour mieux l'apprécier.
    Merci Fabien, rendez vous pour la prochaine série SF j'espère

  • Amélie
    Le 26/01/2013 à 20h34

    Pour ceux qui veulent reprendre la série dès le début, ou la découvrir, rejoignez nous sur ke forum, une quinzaine de membres se sont déjà engagés à suivre la série au même rythme, deux épisodes par semaine!

  • alanthyr
    Le 26/01/2013 à 21h50

    Merde ... avec cette critique, tu m'as bluffé ...
    Bravo et merci pour la passion qui t'anime.

  • Sandrine
    Le 26/01/2013 à 23h25

    Bravo Fabien pour cette critique qui m'aura bcp animé!!! J'ai sentie la larme venir je t'assure. :) C'est très joli tout ce que tu as écrit. C'est vrai que c'est une page qui se ferme, autant pour cette série que tes critiques. C'était tjrs un plaisir de les lire après l'épisode et d'échanger avec les autre fans. Au revoir donc FRINGE, snif alors, et à bientôt Fabien pour de nouvelles aventures critiquesques. Oui ça veut rien dire, mais tout est dans l'intention. ;)

  • NooB
    Le 26/01/2013 à 23h51

    Merci pour la belle critique comme toujours et oui la série à été magnifique dans son évolution et ces personnage. Et oui le lsd ouvre les portes... merci Walter testé et approuvé.

  • Anso
    Le 27/01/2013 à 01h03

    Une critique vraiment émouvante Fabien :) Après avoir terminé Fringe la semaine dernière, je pensais la recommencer depuis le début, mais après avoir lu ta critique, j'en ai encore plus envie ! Merci pour ces quatre ans de critiques en tout cas ;)

  • Tonton ben
    Le 27/01/2013 à 01h37

    Merci à toi... j'ai les larmes aux yeux en te lisant... moi qui est commencer ma séries assez tardivement (car je n'avais pas accroché au 1 épisode oui... désoler :) )

    J'ai regardé cette épisode avec beaucoup d'affection pour tous les personnages, et j'ai plus que pleurait lors de la scéne avec Astrid et Walter... et aussi le cadeaux quelle lui fait... A mes yeux il n'y a pas 3 personnages principaux mais 4 car astrid fait reelement parti de ce trio là...

    Vous 4 vous allez terriblement me manquer...

  • Jann
    Le 27/01/2013 à 09h33

    Superbe critique, merci.

    Et dire qu'on a connu Joshua Jackson dans "Dawson's Creek". Qui aurait pensé le voir dans un rôle pareil un jour...

  • PeterNoble
    Le 27/01/2013 à 13h36

    Super critique, tellement remplie d'émotions ! Ca nous rappelle qu'il y a des séries qui nous marquent et que l'on a du mal à laisser partir.
    C'est bien de noter que pendant ces 5 saisons, on a suivi le parcours d'un père à la reconquête de l'amour de son fils et ce même fils a eu d'immenses épreuves afin de retrouver son propre enfant. On voit la combativité des personnages, et à quel point tous deux étaient prêts à aller pour retrouver leur bien-aimé.

    Cette série fera partie du panthéon des séries à voir absolument, et tous ceux qui ne l'ont pas encore vu, vont se régaler !
    A bientot pour de nouvelles aventures ;)

  • Ced
    Le 28/01/2013 à 12h22

    Merci pour cette critique, série fantastique au sens propre et figuré !

  • jérémie
    Le 28/01/2013 à 16h31

    Joli texte. Dommage que ce soit pas une critique ça n'en aurais été que mieux ! Il n'y a presqu'aucun recul sur les failles (pourtant nombreuses) non seulement du plot de cette saison toute entière mais du double épisode de fin.

    Fringe restera pour moi un des plus beaux gachis scénaristique de ces 5 dernières années. Avec 2 saisons de hautes volées, et un potentiel énorme. Le voir gâcher comme ça à la va vite sans liens, c'est dommage.

  • Fabien
    Le 28/01/2013 à 17h41

    @Jérémie : Oui oui clairement tu as raison (meme si on ne sera pas d'accord sur tout) mais j'étais incapable d'écrire quelque chose d'objectif et de critique au sens "clinique" du terme. C'est assumé mais je comprends ce que tu veux dire. Peut etre que plus tard j'écrirai quelque chose de plus "neutre", mais là c'était impossible !

  • Sandrine
    Le 28/01/2013 à 18h46

    C'est difficile, voir même impossible, de faire une critique objective sur le dernier épisode d'une série. Surtout quand elle a provoqué tant d'enthousiasme chez le spectateur. Nous sommes humain o final.

  • Watch
    Le 29/01/2013 à 10h21

    Bon sang les gens, il faut faire quelque chose, vous trouver un métier, un(e) petit(e) ami(e), un but dans la vie, je ne sais pas. Là vous me foutez les jetons, ça fait secte et c'est surtout un peu obscène.

  • 0bserver
    Le 30/01/2013 à 13h41

    Une critique ...? Ou un éloge ?
    Cette série est une des meilleurs en son genre Et l'a regarder fut un réel plaisir.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez l'épisode 5x12

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

66 votes

Notez l'épisode 5x13

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

67 votes

Contenu relatif