Critiques

Seriesaddict.fr  par | 3

Roswell - Bilan saison 1, saison 2, saison 3

Bilan saison 1, saison 2, saison 3 © 1999 – WB

Juillet 1947. La presse américaine rapporte que plusieurs personnes ont aperçu un disque s'écraser dans le désert de Roswell au Nouveau-Mexique. Une majeure partie de la population suspecte ensuite la présence d'ovni et d'extraterrestres, l'armée américaine parle de son côté d'un ballon sonde et de mannequins. Alors, conspiration ou simple hallucination d'un petit groupe voyageur ? A ce jour, l'affaire suscite encore de nombreuses questions sur l'existence ou non d'extraterrestres.

Dans l'esprit créatif de Jason Katims, la théorie du gouvernement américain est  irrecevable. Pire. Elle cache un plus lourd secret. Et si un vaisseau spatial s'était bien écrasé à Roswell ? Et si il y avait eu des survivants ? Et si ces rescapés de l'espace s'appelaient Max(Jason Behr ), Isabelle (Katherine Heigl ) et Michael (Brendan Fehr ) ? Des petits hommes verts ayant pris l'apparence de terriens, obligés de dissimuler leur véritable identité pour ne pas être disséqués, ou pire tués.

Voilà un début d'histoire fort intéressant pour produire une série TV. S'inspirer de faits d'actualité pour écrire une soixantaine d'épisodes ainsi que la collection de livres Roswell High, créée par Melinda Metz et Laura J.Burns pour la recherche de personnages.

Roswell sera donc le titre de ce nouveau programme commandé par la WB (la WB, chaîne de mon passage à l'adolescence).

Je suis sure que personne n'a oublié les premières notes du générique de la série. Dido signe ici la bande originale avec son tube, Here with me, une chanson qui prendra tout son sens dans la troisième saison. Nous y reviendrons plus tard.

Liz est une jeune adolescente de 15 ans sans histoire. Serveuse au Crashdown, elle effectue chaque jour les mêmes gestes. Un quotidien peu palpitant qui va bientôt être bouleversé lors d'une fusillade. La lycéenne (Shiri Appleby) est touchée à l'abdomen. Une blessure qui sera très vite guérie par Max, notre bel extraterrestre. S'en suit une série d'intrigues, de complots et de quêtes d'identité. Car avant d'être une série de science-fiction, Roswell est un show qui parle de l'adolescence. Elle est en fait un portrait très réaliste et touchant.

La crise d'adolescence :

Le genre fantastique est omniprésent dans l'univers de ces ados aux pouvoirs surnaturels. Le Crashdown, diner dont le décor s'est inspiré de la légende de Roswell, le musée des OVNI, haut lieu touristique où Max travaille à temps partiel, les t-shirts, les voitures, certains évènements culturels comme le festival extraterrestre organisé dans la première saison.
A Roswell, à l'image du patron de Max, tout le monde croit aux petits hommes verts. Qu'il est alors difficile pour nos trois ados étrangers de ne pas se sentir étouffés. Un sentiment partagé par tous les adolescents. Martin Winckler, dans les Miroirs obscurs, parle «d'un désir d'être noyé dans la masse côtoyant dans le même temps celui de se sentir unique».
Il faut dire que presque tous les adolescents se sentent à moitié extraterrestre. A l'image du mal être de Clark dans Smallville. Dans cet univers, l'adulte y est souvent un ennemi. Ils ne comprennent pas leur quotidien, leurs batailles. Lex contre Clark, le shérif Valenti contre Max, Liz et les autres. Cet antagonisme fait d'ailleurs parti d'un procédé qu'affectionne le Teen movie (Breakfast Club).

Pour renforcer le côté «Teen show», les créateurs vont utiliser la voix-off, celle de Liz Parker. C'est à travers son journal intime que nous allons pénétrer dans le quotidien de nos adolescents tourmentés par le monde extérieur.La voix-off apporte un ton romantique. Son utilisation renvoie également à My so-called life (Angela, 15ans). Rien d'étonnant. Jason Katims était l'un des scénaristes de la série, il a d'ailleurs écrit les trois premiers épisodes.

Roswell réussit avant tout à éviter les clichés de l'ado complexé. Isabelle, blonde et populaire ne recherche qu'à être aimée pour ce qu'elle est. Elle veut se marier et avoir des enfants. Michael n'est pas simplement le rebelle de la bande. Comme Isabelle, le jeune homme est en quête d'amour, amour qu'il trouvera très vite dans les bras de Maria, son âme soeur. Maltraité, il finira également par sortir des griffes de son beau-père. On revient encore ici sur la critique sociale. Comment peut-on confier un enfant à un ivrogne ? Kyle est plus qu'un garçon jaloux (Ref: triangle amoureux entre Liz, Kyle et Max). Derrière ce joueur de football se cache un adolescent sensible et intelligent qui pratique le bouddhisme. Et enfin, Liz Parker. Une Loïs Lane en devenir. Prête à tout pour sa moitié, elle fera d'ailleurs à plusieurs reprises preuve d'un immense courage pour sauver son amant, renonçant même à lui pendant une courte période.

Mes origines :

Mais qu'en est-il de nos origines lorsque l'on a 17 ans ? D'où je viens, qui suis-je vraiment ? Tout adolescent tente chaque jour de répondre à ces questions. La quête des racines est au centre de nombreux épisodes. Trouver d'où l'on vient est la clé pour repartir chez soi. C'est sur cette thèse que vont se concentrer les recherches de Max, Isabelle et Michael. Comme pour Clark, les extraterrestres trouveront leur réponse dans les grottes indiennes, au près des natives américans. Pour qu'un jeune puisse comprendre le présent, il doit se pencher sur le passé, le début de l'invasion des «blancs» sur le nouveau continent. A noter que Jason Katims et ses acolytes font ici une critique efficace sur le sort des indiens d'Amérique. Ici la grande Histoire est au service de la petite histoire.

Revenons maintenant sur le caractère fantastique de la série.

Un show digne de syfy :

Pour beaucoup, la série est un savant et judicieux mélange de Buffy et d'X-Files. Jason Katims emprunte à l'un le thème de la quête de l'identité et à l'autre, la conspiration et les dossiers classés X. Les clins d'oeil faits à cet univers parallèle sont multiples. Jonathan Frakes, un des producteurs exécutifs de la série a incarné le commandant, puis capitaine William Riker dans plusieurs productions de Star Trek, au cinéma et à la télévision, notamment dans les 7 saisons de Star Trek, Next Generation. L'acteur s'est également offert plusieurs apparitions en «guest star» en tant qu'hôte du festival dans le pilote, ainsi que  dans l' épisode «La Traque» (saison 3).

Ce qu'a réussi à faire Jason Katims est impressionnant. Sur 61 épisodes, il est parvenu à produire une chronique réaliste sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte d'un groupe de jeunes paumés d'Amérique profonde sur fond de science-fiction. La transition se fait en douceur, sans fausse note.

Un casting solide :

Roswell bénéficie d'un casting intéressant. Jason Behr et Brendan Fehr sont les révélations de cette série. Touchants, parfois très justes, ils réussissent à élever leur niveau de jeu de saison en saison. Une mention spéciale à Nick Wechsler qui part d'outsider à personnage secondaire marquant, tout comme Colin Hanks.

L'amour, toujours l'amour :

L'amour. Voilà la force de Jason Katims. Le créateur de Parenthood, Friday Night Lights possède un don. Il sait mettre en scène le sentiment, l'émotion, la vie quoi. Là où un scénariste lambda utiliserait le monologue pour décrire le sentiment, l'auteur se tournera, lui vers un plan, une main, un geste à travers une camera tremblante, peut être à l'occasion une musique mais jamais de surenchère.

Ici, «l'amour» fait même basculer la narration. La première saison s'appuyait sur un très bon cocktail d'X-Files et de Dawson (plus adulte). Puis, la seconde saison s'épanche sur la nature des sentiments, le sexe, le triangle amoureux. La science-fiction est reléguée au second plan. La quête d'identité du protagoniste s'efface petit à petit au profit de la recherche de l'autre, une âme soeur. Le générique interprété par Dido en est l'écho: Oh I am what I am, I do what I want, but I can't hide, I won't go, I won't sleep, I can't breath until you're resting here with me.  I won't leave,  I can't hide,  I cannot be until you're resting here with me.

Toutefois, la dernière saison, très différente des autres, revient aux fondements de la série.  Les personnages sont plus matures. Ils se marient, travaillent....Le rythme du Teen show est plus rapide et les scènes d'action sont nombreuses. Isabelle voit sa vie bouleversée par son mari qui finira par découvrir sa véritable nature extraterrestre. Michael vit des aventures palpitantes au sein de son nouveau lieu de travail. Maria, quant à elle devient une chanteuse professionnelle et Max abandonne ses polos pour un look plus branché (perfecto, barbe de 4 jours, cheveux longs etc...). Et la peur d'être découvert est toujours présente. La mort est d'ailleurs de plus en plus proche. L'enquête du FIB touche bientôt à sa fin.

Roswell, la fin :

Après deux premières saisons sur la WB, Roswell est envoyée en 2001 sur la chaîne UPN, autrement appelée le cimetière des séries. Elle sera diffusée juste derrière Buffy contre les vampires, expédiée elle aussi sur un autre canal après sa 5ème saison (normal, il n'y avait plus de vampires). Roswell a été annulé après une année passée sur UPN. Dommage, la série avait encore un sérieux potentiel. En 2004, des milliers de fans se sont mobilisés pour obtenir un téléfilm pour clore le programme. Mais le studio n'a pas cédé. Rescapée à deux reprises, Le show de Jason Katims a tout de même bénéficié d'une 3ème saison grâce à son fanbase. Pas mal, pour un Teen show sous-estimé par ses pairs.

8/10

8/10

8/10

Bilan

Roswell fait partie des séries «madeleine de Proust». Lorsqu'on la regarde, elle nous replonge dans notre enfance ou notre adolescence. Savant mélange de science-fiction et romance, l'oeuvre de Jason Katims restera à jamais une série culte pour les aficionados de la WB.

3 Commentaires

  • Lafayette
    Le 18/03/2013 à 17h13

    bel hommage,j'avais bien aimé la première saison et étais tombé immédiatement sous le charme de Katherine Heigl que je découvrais.

  • Corinoo
    Le 20/03/2013 à 23h05

    Tiens j'ai presque envie de la revoir!

    J'adorais Majandra Delfino, qui a une voix sublime. Elle avait d'ailleurs fait un duo avec la chanteuse française RoBERT, que je vous conseille!

  • Manouchka
    Le 23/03/2013 à 17h52

    Oh génial cette article! Cette série a été la toute 1er que j'ai vu quand j'étais ado. Je suis tombé amoureuse du show! Et aujourd'hui encore il m'arrive de revoir des épisodes en DVD.

Ajouter un commentaire







 Spoiler