Critiques

Seriesaddict.fr  par | 10

Broadchurch - Bilan saison 1

Bilan saison 1 © 2013 - ITV1

Quand le corps d’un enfant de 11 ans est retrouvé au bord de la mer, la petite communauté de Broadchurch se retrouve au coeur d’une enquête menée par l’inspecteur Alec Hardy et Ellie Miller et aussi sous le feu des médias qui s’emparent de l’affaire.

Série composée de 8 épisodes diffusée sur ITV, Broadchurch explore une fois de plus comment une tragédie va affecter une communauté d'apparence tranquille. Le petit village de Broadchurch est l'épicentre de l'enquête où tout le monde dans le village se connait, seulement voilà, un meurtre va être commis et toutes les certitudes vont voler en éclats.

Ainsi le premier épisode va nous dépeindre une famille subissant de plein fouet la perte d'un enfant (Danny Latimer), les conséquences de ce décès sur la vie au village, les remous que cela va entrainer sur tous les habitants, et bien sûr l'enquête qui va être menée par l'inspecteur Alec Hardy, joué par David Tennant (Doctor Who, Spies of Warsaw) qui fera équipe avec Ellie Miller incarnée par Olivia Colman (Twenty Twelve, Accused).

L'équipe de choc sera formée par Hardy et Miller et comme dans beaucoup de séries, les tensions entre les deux enquêteurs vont se faire sentir. Alec Hardy étant d'un caractère plutôt renfrogné et taciturne, tandis que Ellie Miller elle, voit sa place prise par un autre (Hardy en l'occurrence), ce qui n'est pas fait pour lui plaire, et les deux vont devoir cohabiter tout au long de la saison pour résoudre l'enquête, complexe à loisir, mais pouvait-il en être autrement ?
On pourra déjà noter l'influence plus que visible qu'a pu avoir le désormais classique Forbrydelsen (The Killing) sur les anglais, la patte scandinave est plus que présente sur le pilot, et les anglais feront l'effort de se détacher de cette influence.

Les médias vont jouer également un rôle important dans cette enquête, accumulant révélations, dossiers sortis de terre, et mises en accusation qui ne seront pas sans conséquences.
Car bien sûr, les villageois ont tous des secrets bien enfouis, des caractères radicalement dissemblables, et des frictions vont pointer le bout de leur nez tout au long de cette enquête.

L'inspecteur n'est pas en reste avec les secrets, puisqu'il nous cache des choses, qui ne semblent pas très catholiques pour un inspecteur, et l'on ne saura que tardivement, trop à mon goût, les raisons de ses secrets, qui finalement expliquent un peu plus son caractère et son mode de vie, mais n'apportent pas grand chose à l'enquête.

Et même si Miller va tenter de concilier son travail et sa vie de famille, sa proximité avec la famille du petit Danny Latimer va lui poser pas mal de problèmes, il n'est jamais évident d'être confronté à un événement qui nous touche personnellement.

Le concept éculé de la série qui est de nous proposer différentes pistes pour trouver qui est le tueur sera développé tout au long de la saison, et l'on "s'amusera" à chercher avec les enquêteurs les différentes possibilités qui s'offrent à nous.

Les cliffhangers ne manquent pas durant la série, et l'on a envie de connaitre rapidement la suite. Peu à peu les suspects vont apparaitre encore plus nombreux que l'on ne l'espérait, et l'on ne sait plus où donner de la tête, tant les possibilités sont nombreuses.
Néanmoins, j'avoue avoir ressenti une piste concernant le tueur présumé vers le milieu de saison et qui s'est avérée exacte, la manière de nous amener au meurtrier reste cependant fort habile. L'identité du meurtrier est quand même assez surprenante !

Il faudra aussi noter quelques longueurs sur certains épisodes, pas tous certes, mais ces longueurs ont tendance à ralentir le rythme qui n'était pas forcément des plus échevelés !
L'occasion pour nous d'admirer une photographie impeccable, des images soignées comme les anglais ont l'habitude de nous en proposer, et des acteurs irréprochables. Beaucoup de soins ont été apportés aux décors, la traitement du son et de l'image colle bien à l'histoire.

Ce qui va intriguer le plus, c'est certainement le mobile du crime, en effet pourquoi vouloir tuer un enfant de 11 ans ?
Cette question lancinante va être la clé pour bien comprendre l'acte criminel, mais nous n'en saurons plus qu'au dernier moment.
On s'aperçoit également que les enquêteurs ont toutes les peines du monde à émettre des hypothèses, les pistes sont nombreuses, et ils tâtonnent beaucoup avant de tenir vraiment le bon bout, on en viendrait presque à vouloir les aider...

Beaucoup de sujets sont traités, certains plus importants que d'autres, adultère, drogue, amitié, religion, tentative de réinsertion  ...
Peu à peu, le puzzle se met en place et le nom du meurtrier n'est dévoilé que dans le dernier épisode, les enquêteurs ayant perdu pas mal de temps sur certaines pistes pas vraiment convaincantes, Miller et Hardy ayant réussi au fil des épisodes à trouver leur place respective sans trop se marcher sur les pieds.

David Tennant (Hardy) est d'une sobriété étonnante, ne décochant que peu de sourires, son caractère des plus renfermés faisant opposition à celui de Olivia Colman (Miller) qui tente de gagner sa place et d'affirmer son caractère au fur et à mesure.

Des fausses pistes en veux-tu en voilà, des non-dits, des histoires de famille, des secrets enfouis, des rebondissements qui laissent pantois, le tout servi par des acteurs au meilleur de leur forme, on pourra reprocher un "certain" surjeu de la part de certains, mais l'important n'est pas là, à mon avis.

On est happé par l'enquête et on a envie de voir la suite, connaitre l'identité du meurtrier, et on va suivre le déroulement avec beaucoup de plaisir, en laissant de côté les quelques facilités et raccourcis qui vont ponctuer un récit pas toujours passionnant.

7.5/10

Bilan

Une saison 1 très agréable, pas exempte de défauts certes, mais les acteurs sont très convaincants, avec une belle image et une intrigue qui tient en haleine jusqu'au bout.

10 Commentaires

  • Ouioui
    Le 17/05/2013 à 20h25

    Encore une fois la critique de Dimitri fait mouche. Le parfait Whodunit briton (Agatha chritiesque relooké on ne s'en lasse jamais) teinté de danois, (le tempo, les intertitres, l'attention portée aux personnages ) une photo genre mais classe,(Le choix du repérage quand même !) une musique excellente et une actrice dans le role de Miller qui pète la classe naturelle, à tel point qu'on sent presque l'acteur chez D.Tennant.
    L'histoire est classique, les dommages collatéraux atomique à l'échelle d'un bled et les effets secondaires dramatiques. Le seul bémol est le role des médias et journaleux qui sont en dessous et plutot grossier comme détonateur.
    Pour moi largement une des trois meilleures séries de l'année, je suis déçu par la faiblesse de la note, ( pour revenir à un com précédent) , visiblement on ne passe rien aux excellentes séries, notées carrément sévères.
    L'excellence appelle certes l'exigence mais pas l'injustice. A ne pas rater pour ceux qui aime le britsh sryle et je crains quand même (comme pour the Killing DK) une saison deux qui ne s'imposait pas.

  • Rooney
    Le 17/05/2013 à 20h56

    Une déception pour ma part. J'aurais été encore plus sévère sur la notation.
    Effectivement la série a des qualités : décor et photographie (cette falaise recouverte de gazon bien vert), un casting plutôt réussi dans l'ensemble mais pas d'étincelle.

    Les rebondissements et les thèmes abordés sont (trop?) classiques: de l'adultère à la pédophilie, en passant par le médium. Concernant l'inspecteur Hardy, j'ai également trouvé son background creux (affaire Sandbrook et ses "absences") à tel point que je me suis dis "tout ça pour ça".

    La résolution même de l'enquête, en plus d'être rapidement éventée ne donne pas non plus lieu à un grand suspens.

    On me répondra alors que l'important n'est pas l'enquête mais l'ambiance et la galerie de personnages. Je ne suis pas d'accord dans le cas présent.

  • Ouioui
    Le 18/05/2013 à 08h39

    je comprend parfaitement qu'on ne soit pas sensible à Broadchurch, je reviens juste sur quelques arguments.
    Le coté (trop) classique est une évidence pour ce genre (télé comme en littérature) les raisons ou les motivations sont forcément les toujours mêmes (pognon, sexe, pouvoir et leurs déclinaisons ) l'intérêt réside dans comment les choses sont menées et quels chemins sont pris pour arriver à la vérité (ou pas)
    Dans ce cas je suis assez satisfait de la vue en coupe de la communauté et des différents protagonistes.
    La problématique de Tennant n'a d'intérêt que parce qu'elle le déstabilise et le décridibilise (Dans ces cas là je préfère d'ailleurs n'en rien savoir c'est plus intéressant)
    Si tu tenais le coupable avant l'avant dernier épisode c'est que tu es un fin limier...
    Et pour la galerie de persos le personnage de Miller et sa famille, la mére du mome et les persos secondaires sont loin de manquer de relief.
    Je pense qu'un adaptation US montrerait à quel point ils sont crédibles.
    Certes c'est moins "dramatique réaliste" que The Killing DK (Là option ambiant)
    mais si cela sonne creux, que dire des quatre cinquième de la production sériesque, qui sonne la cuve en inox résonnant bien fort dans les oreilles.
    Je donne une Miller ( Et à fortiori une sarah Lund) pour beaucoup de Gillian Anderson, Mary Shannon, Milicevic et consoeurs.
    Et un Broadchurch contre n'importe laquelle des séries policières de bled US (à part Justified) et pas que pour des raisons d'ambiance.

  • Rooney
    Le 18/05/2013 à 13h40

    Dans n'importe quel enquête, les rebondissements/motivations sont effectivement toujours les mêmes (argent, sexe, pouvoirs). Mais je trouve qu'ici le traitement est certes réaliste mais assez superficiel: chaque cliffhanger lance une piste qui est résolue dans l'épisode suivant, puis on passe à une autre piste. Du coup il n'y a jamais 2 potentiels coupables en même temps.

    Ensuite la différenciation avec The Killing (DK/US) se fait au niveau de l'unité temporelle: 54 jours dans Broadchurch. Du coup j'ai trouvé que certains éléments de l'enquête ont été approfondi relativement tardivement (les mails/textos de la victime).

    Je ne pense pas être fin limier non plus. D'autant que si l'on se tient aux seuls éléments donnés par la série, il est difficile de démasquer le coupable.
    Le problème réside dans la recrudescence de séries de ce genre: le schéma reste le même. On sait que les premières personnes suspectées sont rarement les coupables. Le coupable est en général quelqu'un présent depuis le 1er épisode et qui est a priori "insoupçonnable".

  • kate
    Le 18/05/2013 à 15h10

    @Rooney: entièrement d'accord avec toi pour le souci du schéma "The Killing"... On connaît le fonctionnement donc l'effet de surprise est moindre quand on "saute" de coupable en coupable (on sait chaque fois que ce n'est pas le bon), jusqu'au tueur (mais l'est-il vraiment ?? Peut-être vont-ils repartir pour la 2e saison sur le schéma "The Killing" ?). Mais j'étais quand même accro, j'avoue ;-)
    J'ai adoré le jeu d'Olivia Colman. Un peu moins celui de Tennant, qui pourrait pourtant, même si son vécu est un peu téléphoné (on connait par coeur ce type de personnage brisé), en remontrer à un Kevin Bacon dans le genre! Et puis, n'oublions pas l'humour anglais, qui vous cueille régulièrement quand on suit ce couple improbable d'enquêteurs...

  • Ouioui
    Le 18/05/2013 à 15h20

    Ouioui je suis d'accord avec ça car je n'attends pas la "révélation" du coupable, c'est presque subsidiaure dans ce genre de terrain surbalisé (tu fais le tournée des prétendants comme on fait la tournée des popotes).
    pour les mails tu vois d'entrée qu'ils sont planqués donc que ça va trainer pour qu'ils sortent à dessein. Bref du détail.
    Pour les séries de ce genre qui n'ont que ça à offrir, oui c'est chiant et ça vaut pour une blinde et pas que dans ce genre. Juste dans ce cas, moi j'y trouve autre chose qui m'intéresse et me charme, ce qui n'est visiblement pas ton cas. That's all.
    J'ai l'impression que ça vaut également pour Rectify, Top of the Lake et d'autres, ce qui est du coup est plus significatif d'une difficulté avec un certain genre de séries.

  • Chicharito
    Le 19/05/2013 à 10h03

    Tout le monde s'en tape des trucs de rosbifs ! Envoyez du Body of pouf ! du Castle , du mentalist, du following, du revolurton envoyez du rêve quoi !

  • Chiharito
    Le 19/05/2013 à 10h51

    @Kate cela s'appelle un whodunit, ce n'est pas un shéma c'est un genre qui existe depuis perpéte. ça crée une addiction et même si tu en connais les ficelles .Ensuite que ce soit bien ou mal fait, que tu aimes ou pas c'est autre chose.

  • Delphchacha
    Le 01/05/2015 à 14h19

    Je viens de découvrir et finir la saison 1.
    Elle tient en haleine malgré des longueurs certaines et des recherches de style quant à la réalisation pas toujours pertinentes et réussies. C'est triste mais la tristesse de Beth, la mère, est poignante tout au long de la saison (le personnage le plus touchant et juste à mon avis). La psychologie des personnages mériterait d'être un peu plus fouillée et que l'on s'attarde un peu plus sur chacun d'eux parfois.
    Ce n'est pour moi pas la série du siècle, rien de neuf sous le soleil de la série policière ni d'excellence dans du déjà vu mais la 1ère saison donne envie de regarder la 2è à coup sûr...
    Peut-être parce qu'on est loin des effets spéciaux avec le rôle de l'expert et toute sa technologie en tout genre à dispo...Un village anglais avec ses drames familiaux qui ne ressemble pas vraiment à Miami, Las Vegas ou L.A. ...
    Une réflexion sur le traitement de "l'info" (le buzz? le scoop? plus que de l'info nécessaire?) par les médias est très présente aussi.
    A voir.

  • Toff63
    Le 08/06/2015 à 15h28

    Très bonne saison!!! J'ai trouvé le coupable à l'épisode 6.

    La musique est très bien, les acteurs aussi, et l'accent de Hardy est hilarant. Il y a quelques longueurs et un abus de scènes tire-larmes au début mais l'ensemble s'améliore au fil des épisodes, en traitant pas mal de sujets jusqu'à un final bien foutu. 8.5/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler