Critiques

Seriesaddict.fr  par | 4

The Shadow Line - Bilan saison 1

Bilan saison 1 © 2011 - BBC2

Le DI Jonah Gabriel reprend du service et se retrouve à enquêter sur la mort d’un baron de la drogue, Harvey Wratten, qui a été récemment libéré de prison. Joseph Bede se voit reprendre les reines du business...

Mini-série anglaise, écrite, réalisée et produite par Hugo Blick, The Shadow Line est une série policière en 7 épisodes pas tout à fait comme les autres.
C'est une sorte de Thriller policier mélangeant les intrigues et les personnages tous plus complexes les uns que les autres où la psychologie tient également une part importante.

S'il y a deux principaux personnages dans la série, le DI Gabriel, incarné par Chewitel Ejiofor, et le nouveau baron de la drogue, Joseph Bede, joué par Christopher Eccleston, beaucoup d'autres personnages vont venir se greffer à cette enquête, ce qui va considérablement agrémenter le scénario qui ne ménage pas les rebondissements.

Que dire de la tentation qui me brûle les doigts, à l'idée de vous dévoiler le fin fond de l'intrigue ?
Car si la mort de Wratten sert de fil rouge pour l'intrigue, elle met en exergue de nombreux candidats ayant postuler au poste tant convoité de "Baron de la drogue".

Au fur et à mesure que l'enquête avance, nous faisons la connaissance de personnages des plus inquiétants, à commencer par le neveu d'Harvey Wratten, Jay, incarné par Rafe Spall, carrément hallucinant en sociopathe/psychopathe - acteur qui m'a beaucoup impressionné.
Et bien sûr, il ne faut surtout pas oublier Gatehouse (Stephen Rea, doté d'un charisme hors norme, personnage sombre (sorte d'ombre vivante tout de noir vêtu) délivrant une prestation excellente, avec sa voix posée en toute circonstance.

Le rythme de la série, assez lent, pourra il est vrai, rebuter les plus avides d'actions, de rebondissements en pagaille et de courses poursuites.
Rien de tout ça dans cette mini-série, tout est contenu, un suspens psychologique diffusé au compte gouttes, pas d'éclats.

Les secrets sont légions dans cette série, à commencer par l'inspecteur Gabriel, atteint d'amnésie, mais qui cache des choses qu'il ne comprend pas lui même !
À l'exact opposé de l'échiquier, Joseph Bede, lui, se doit de faire face à la maladie d'Alzheimer de sa femme, mais la série ne sombre jamais dans le pathos le plus inadéquate pour nous tirer les larmes.

Les questions se bousculent, et ne trouvent de réponses que tardivement, telle une partie d'échecs, les pions tombent un à un, entrainant dans leur chute des dommages collatéraux.
Dans cet univers glacial, il y a peu de place pour les joyeusetés, peu de personnages étant réellement sympathiques, l'histoire avance sans s'encombrer de détails superflus et si l'on connait mieux les personnages, c'est pour mieux appréhender l'intrigue, pas pour faire de l'empathie.

Nous somme happés du début à la fin par cette intrigue tissée de manière méticuleuse, alternant les mises en avant, qui s'avèrent difficilement lisibles, au début tout du moins. On craint une enquête des plus classiques, même si le fond est tortueux et complexe, mais les événements se décantent et les liens se créent rapidement pour une mise en place des plus efficaces.

Une chose qui m'a particulièrement impressionné, ce sont ces "duels", ces rencontres, où la tension culmine à des sommets incroyables, la maitrise des dialogues est stupéfiante, pas une phrase de trop, tout est calculé au millimètre, grâce aussi à une mise en scène théâtrale qui fait toujours son petit effet.

Si la tension constamment palpable que The Shadow Line instaure fonctionne si bien, c'est aussi en raison du soin avec lequel la forme est traitée, une belle photographie et une quasi absence de bande son qui ne pénalise nullement la série.

Corruptions, manipulations, jeux de pouvoirs sont les maitres mot de cette série qui laisse groggy.
Avec cette fin qui laisse sans voix, même si elle semblait prévisible, à bien y regarder, mais on est tellement happé par la série que l'on ne voit pas forcément les choses venir.

Reste à savoir qui manipule qui dans l'histoire ?
Et l'on est jamais au bout de nos surprises, le suspens étant savamment orchestré pour notre plus grand bonheur, sans tomber dans le grand n'importe quoi, tout se tient, rien n'est laissé au hasard.

The Shadow Line s'avère être d'une efficacité éprouvante, un brillant thriller à la lenteur parfaitement calculée, elle monte en tension au fil des épisodes, en distillant sa paranoïa grâce à une mise en images des plus raffinées.

Tout l'art de la série réside dans sa capacité à provoquer des montées d'adrenaline imprévisibles, avec une tension de chaque instant.
Les amateurs de la série The Wire et Luther seront comblés, sans aucun doute.

9/10

Bilan

Une ambiance particulière mais extrêmement bien restituée, une mise en scène quasi théatrale, un casting 5 étoiles pour un thriller psychologique prenant, éprouvant. Elle restera une expérience des plus savoureuses pour les amateurs de polars.

4 Commentaires

  • Ouioui
    Le 01/06/2013 à 12h29

    Belle critique de Dim à nouveau, mais là il s'est un peu fait dessus quand même,
    "Tout l'art de la série réside dans sa capacité à provoquer des montées d'adrenaline imprévisibles, avec une tension de chaque instant." C'est un peu l'idée du genre.
    "Les amateurs de la série The Wire et Luther seront comblés, sans aucun doute. " Fais moi plaisir et regarde The Wire mon Dimou.
    Mais c'est compréhensibe, tu chroniques beaucoup et du coup tu finis par envoyer du gros poncif.
    Je n'ai qu'un regret, c'est que ne pourrait pas lire ta chronique de Top of the Lake, ça m'aurait vraiment plus, parce que là ça va envoyer tu vas adorer....
    Mais je pars en voyage avec maitresse @Charlotte.
    Salut l'artiste et merci mon pote !!!!

  • Chicarito
    Le 02/06/2013 à 12h58

    Vu que vous aviez rajouté récemment dans votre intitulé Série addicts les spécialiste des séries américaines ET anglaises, ouuaais ça vient petit à petit...
    Bientot peut être " des séries du monde" vu qu'Arte s'y met et même le Monde, Libé etc... font des papiers, vous allez pas être à la traine quand même. Faut s'ouvrir les kikis et intéresser vos clients à d'autres choses. et pourquoi pas The Shadow line..

  • Amélie
    Le 02/06/2013 à 22h39

    Notre baseline "spécialiste des séries américaines et anglaises" n'est pas récent, on l'a depuis des années.
    Et non, on n'aura pas de séries du monde, pas parce que ça ne nous intéresse pas, mais que ça n'entre pas dans notre ligne éditoriale. Mais on peut discuter de ça sur le forum, aussi.

    Et c'est vrai que jusqu'ici nous étions bien plus concentrés sur les séries américaines que les séries anglaises, mais c'est en train de changer petit à petit, grâce à Dimitri notamment, auteur de ce très bon bilan.

    Je n'ai pas encore vu The Shadow Line, et si je le fais ce ne sera pas tout de suite, j'aime assez Luther mais il m'a fallu un peu de temps pour réellement accrocher, et je me bat toujours avec la deuxième saison de The Wire...

    On voit en tout cas que le monde des séries anglaises est petit, je commence tout juste à me plonger dedans, et je retrouve assez souvent les mêmes visages !

  • Chicharito
    Le 03/06/2013 à 11h20

    Super merci Dim j'ajoute cette série à ma liste à regarder. N'hésite pas si tu as encore des idées comme ça, tu es vraiment un défricheur !

Ajouter un commentaire







 Spoiler