Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Hung - 1x7 : The Rita Flower or The Indelible Stench

Résumé

Jemma prend des distances avec Ray qui a du mal à se concentrer sur autre chose. Tanya rencontre Pierce, un jeune homme plein d'entrain qui va l'aider à faire face à ses peurs.

1x7 : The Rita Flower or The Indelible Stench © 2009- Home Box Office

Malgré un enthousiasme marqué la semaine dernière, je replonge dans une critique négative qui définit Hung comme un OVNI gâché. Après sept épisodes, on peut dire que la série s’essouffle. Sept, seulement. Là où la faiblesse d’une série comme Weeds est facilement pardonnable (après cinq saisons tout de même), la nouveauté combinée à la négligence des scénaristes de Hung est irritable. En effet, avec cet épisode, nous assistons à un gigantesque ramassage qui renforce l’idée d’une supercherie même pas préméditée. Car oui, Hung n’a pas de fil conducteur fiable. Les personnages vont et viennent sans véritable mission, les personnages principaux se font lyncher par le système de la série. Non, vraiment, la déception est de rigueur.

Dans l’histoire, l’épisode ne nous apporte pas grand chose. Ray se retrouve coincé entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle. L’éternel dilemme reste complet. Ray est amoureux de Jemma qui elle s’en fiche. Moments de tendresse entrecroisés d’incompréhension, de tristesse. J’avoue ne pas avoir adhéré à ces instants mielleux où Ray donnerait un rein à sa belle. Les clichés sont trop gros, trop voyants pour captiver avec intérêt mon regard. Quoi qu’il en soit, on nous montre plus ou moins la marche à suivre. La storyline de Ray reprend son point de départ. Jemma n’aura été qu’un passe-temps. Mais nous sommes déjà au septième épisode et il serait temps de nous prouver que la série vaut le coup d’œil. D’intégrer une vraie intrigue qui prendra la fin de la saison. Car là, je commence à m’ennuyer fermement. Aucun développement n’est fait, aucune profondeur n’est soulignée par la série et je dois avouer que c’est bien dommage.

Alors que Tanya et Ray s’étaient livrés à une véritable relation au début de la série, ceux-ci semblent s’être perdus de vue, ce qui est incompréhensible. Nous les avons connu ensemble et au bout de quelques épisodes, ils ne partagent que très peu de scènes. Comme si chacun avait sa propre mini série. Déconcertant.

Tanya a donc, elle-aussi, sa part du gâteau dans l’épisode. Une storyline incongrue qui ne laisse pas la place à l’étonnement. Oui, elle rencontre un jeune homme dans un bar. Attention, pas n’importe quel jeune homme. Non, un bien. Un de ceux qui aiment aider les gens et qui fera de Tanya (alors que cela fait à peine un jour qu’il la connaît), un être rayonnant qui n’a plus peur d’une page blanche. N’oublions pas que Tanya est une artiste ! Son rôle de pimp s’est donc envolé alors que la justification de son personnage était dans le fait qu’elle soit la maquerelle de Ray (qui, en passant, n’est plus tellement un gigolo). Une série qui parle de prostitution sans protagoniste représentant cette profession, c’est un peu délicat. D’autant plus qu’aucun autre thème n’est abordé.

Les enfants et la rénovation de la maison de Ray n’ont aucune place dans cet épisode. Les évènements n’ont plus vraiment de fondement et le manque d’intérêt pour la série s’évapore avec eux. Dommage, encore une fois.

0/10

Bilan

Les enfants et la rénovation de la maison de Ray n’ont aucune place dans cet épisode. Les évènements n’ont plus vraiment de fondement et le manque d’intérêt pour la série s’évapore avec eux. Dommage, encore une fois.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler