Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Peaky Blinders - Bilan saison 1

Bilan saison 1 © 2013 - BBC

Birmingham, 1919. L'ascension du célèbre (et véridique) gang des Peaky Blinders.

Alors que le fameux gang est actuellement de retour sur la BBC pour une nouvelle saison de six épisodes, il est temps de revenir sur la première saison.

Les Peaky Blinders doivent leur nom aux lames de rasoir cachées dans la visière (peak en anglais) de leur casquette. Ce qui s'avérait fort utile lorsqu'ils se trouvaient impliqué dans un combat.

À la tête du groupe, l'ambitieux et très dangereux Tommy Shelby (interprété de main de maître par Cillian Murphy toujours aussi charismatique qui porte à merveille la série sur ses épaules) compte mener l'entreprise familiale très loin. Ce qui attire l'attention de l'Inspecteur en Chef Chester Campbell (interprété par un Sam Neill qui donne le change dans le rôle de l'adversaire prêt à tout) de la Police royale irlandaise, qui a été envoyé de Belfast pour nettoyer la ville de tous ses criminels.

Une chose très agréable dans cette série est la place donnée aux femmes. Elles ne sont pas en reste et s'avèrent aussi charismatiques que leurs hommes. Helen McCrory en tête. Elle est aussi brillante et impressionnante qu'à son habitude. Et tient tête à merveille à Cillian Murphy. Sophie Rundle (Ada Shelby ne se laisse définitivement pas faire face à ses frères) et Annabelle Wallis (est un peu plus faible en comparaison des deux femmes Shelby) complètent le trio féminin.

La première saison suit donc la partie d'échec qui se joue entre le chef du clan et le policier. Chacun tentant de se montrer plus intelligent que l'autre pour le contrer. En cela, cette série rappelle Sons of Anarchy, avec son jeune leader pleins d'idéaux pour conduire son club toujours plus haut. Même si Thomas Shelby est plus réaliste et écorché par la vie, à cause notamment de ses faits d'arme durant la première guerre mondiale, il peu être dépassé par un/des adversaire(s) plus difficile à vaincre que prévu. Comme le début de saison deux le laisse clairement présager.

La réalisation d’Otto Bathurst (Black Mirror) et de Tom Harper (Misfits, This Is England ’86) nous plonge complètement dans l’ambiance d’après-guerre de Birmingham. Sans oublier l'excellent scénario de Steven Knight.

Et si vous aimez la noirceur de la série ? Rien d'étonnant vu le showrunner, Steven Knight, qui est également à l’origine du scénario du film Eastern Promises, ou encore le scénario et la réalisation de Locke avec Tom Hardy (ajout du casting de la saison deux).

Une autre des grandes forces de la série, est la BO très rock’n roll, à commencer par le générique Red Right Hand by Nick Cave & The Bad Seeds, sans oublier The White Stripes, The Raconteurs, Tom Waits, etc… Cela fait partie intégrante de l’identité de la série, qui s'éloigne ainsi des séries dites de costume habituelles.

Une preuve encore une fois de la diversité de propositions dont est capable la TV anglaise. Ce format habituel de 6-8 épisodes permettant de proposer une histoire bouclée que nous auront la chance de découvrir dans son intégralité, que la série soit un succès ou nom. C'est bien loin du système US avec ses saisons à 22 épisodes, de plus en plus vite annulées si l'audience n'est pas au rendez-vous, nous laissant souvent frustrés devant une fin qui n'apporte pas les réponses aux questions attendues.

L'autre force du système UK, c'est son catalogue d'acteurs polyvalents, que l'on retrouve aussi bien à la tv, au cinéma ou au théâtre. Ils sont capable de tout jouer, et ce avec toujours la même justesse. Et ils ne se limitent plus aux frontières de leur pays, étant de plus en plus présents au générique de séries US. Et ce n'est certainement pas le spectateur qui va s'en plaindre.

Anyway, we're Peaky Blinders. We're not scared of coppers.

8/10

Bilan

Une série dite de costume mais avec un ton définitivement plus moderne, de par sa BO rockn'roll, sa réalisation à tendance clipesque, son casting cinq étoiles (Cillian Murphy en tête) qui habitent à merveille leurs personnages et une cinématographie superbe qui rend honneur à des décors bruts et sombres qui vous plongent dans l'atmosphère du Nord de l'Angleterre post-WW1.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Contenu relatif

Peaky Blinders
Note de la série :
9.6/10