Critiques

Seriesaddict.fr  par | 4

True Detective - 2x3 : Maybe Tomorrow

Résumé

Alors que Ray Velcoro se remet de ses blessures, l’enquête sur la mort de Caspere avance par bribes, jusqu'à la nouvelle apparition de l'homme mystère. De son coté, Franck retombe dans ses anciennes habitudes.

2x3 : Maybe Tomorrow © HBO-2015

Attention, il faut avoir vu l'épisode avant de lire la critique.

Le deuxième épisode de True Detective nous avait laissé avec un énorme cliffhanger, qui laissait Ray Velcoro apparemment mort dans le petit appartement de Ben Caspere. Le troisième épisode désamorce vite la situation ce qui a provoqué en moi deux sentiments contradictoires : d’une part, je trouve dommage que Nic Pizzolato ne soit pas allé au bout de son idée. Tuer son « héros » au bout de deux épisodes aurait été vraiment osé et aurait permis de faire bouger les choses. D’un autre côté, Ray Velcoro est vraiment, dans le trio de flics, le personnage qui possède le plus d’épaisseur pour l’instant, et celui pour lequel – en tout cas pour moi – on éprouve une certaine forme d’empathie malgré la corruption qui l’étreint.

Avant la « résurrection » de Velcoro, nous avons droit à une séquence très onirique, digne comme j’ai pu le lire dans certaines très bonnes reviews d’un épisode de Twin Peaks (l’inspiration lynchienne est d’ailleurs très présente dans ce début de saison, tant par la musique que dans la manière de filmer ce bar miteux aux murs verdâtres). Le détective se retrouve face à son père, ce qui inaugure le thème du passé et de la famille qui court tout au long de l’épisode. Dans ce rêve, sur fond de musique « à la Elvis », Ray se retrouve face à son passé, mais un passé qui lui montre aussi ce que pourrait être son futur. On retrouve cette même idée dans la scène – réelle cette fois-ci – entre les deux hommes. La relation Velcoro père-fils n’est pas de tout repos, mais elle souligne l’importance de la famille et de la transmission des valeurs pour Ray, qui s’occupe de son père comme il veut s’occuper de son fils. Le détail du badge est d'ailleurs marquant : Ray voulait que son père se souvienne avec fierté de sa carrière dans la police, et va maintenant transmettre cette relique à son fils. Il se met à part de la lignée, reconnaissant ainsi qu'il n'est pas digne d'honneur. Son fils est une boussole, la seule chose qui permette à Ray de garder un soupçon de moralité. Il est d'ailleurs hors de question pour lui qu'on achète son renoncement à son fils. L'homme a du voir passer de nombreuses enveloppes de billets, mais il ne peut accepter celle que lui tend sa femme. Son père lui agit comme un électrochoc, un exemple de déchéance et de solitude à ne pas suivre. Velcoro semble dans cet épisode se reprendre en main, quitte à aller contre les ordres ? Cela est une possibilité très probable.

Autre personnage rattrapé par son passé, Paul s’ouvre un peu mais reste encore assez caricatural. On comprend que ses agissements pendant la guerre le torturent, mais on découvre aussi que le personnage est hanté par une homosexualité refoulée. En ce sens, toute la partie pendant laquelle Paul interroge les prostituées et tombe, « comme par hasard », sur homme qui l’entraine dans une boite où se mélangent prostituées femmes et prostitués hommes est un peu trop attendue à mon goût. On sent bien qu’il est à deux doigts de péter un plomb, et cela ne m’étonnerait pas que cela arrive bientôt. A côté de ces hommes torturés, Ani est un peu en retrait, en tout cas pour ce qui est de son développement personnel (la petite scène servant à montrer une nouvelle fois qu’elle consomme les hommes sans chercher/trouver les sentiments est un peu redondante avec ce que nous avions déjà vu). Mais en ce qui concerne l’enquête, c’est elle qui, par la blessure et la mise en retrait de Velcoro, prend les devants, en allant notamment chez le maire de Vinci (qui habite dans les beaux quartiers de LA). Toute cette scène est assez… surréaliste, tant par le lieu, ce manoir luxueux, vulgaire et outrancier, que les personnages qui y habitent, comme ce fils bodybuildé, bronzé et acteur spécialiste des accents. J’ai déjà cité cette référence mais je ne peux m’empêcher d’y repenser ici, il y a un côté foutraque qui me rappelle Inherent Vice de Thomas Pynchon, une espèce de folie étrange qui règne sur les collines huppées de Los Angeles et qu’incarne parfaitement le maire de Vinci.

Franck est le dernier personnage qui voit son passé revenir. Mais alors que Ray semble vouloir s’en échapper, que Paul lutte encore avec, Franck replonge dans ce qu’il avait réussi à quitter : sa vie et ses habitudes de gangster. D’ailleurs, plus il se rapproche de son ancienne maitresse qu’était la vie de malfrat, plus il semble s’écarter de sa femme. L’une des questions avant cette saison 2 était de savoir si Vince Vaughn aurait les épaules pour jouer le rôle qui lui était destiné. Avec ce troisième épisode, je pense qu’on peut être d’accord sur le fait qu’il tient bien les ficelles de son personnage. La scène "de boxe" est intense et le charisme de Vaughn augmente à chaque coup donné, pour terminer avec cet arrachage de dents, acte qui marque le vrai retour du gangster qu’il était jadis. Gare donc à celui qui a tué Caspere et s'amuse à jouer avec Franck, car celui-ci n'est pas là pour pardonner.

Justement, après l’apparition du corbeau à la fin de l’épisode précédent, l’homme mystérieux fait son retour, ayant revêtu cette fois un masque blanc de mime. La course poursuite est là encore une scène plutôt réussie, avec quelques effets de pyrotechnie qui rendent très bien. Elle permet aussi de voir une nouvelle facette de cette Californie du pauvre pendant que les personnages traversent le camp de SDF. Enfin, elle offre aussi à Ray la possibilité de montrer au spectateur qu’il est bien décidé à faire équipe avec Ani pour découvrir le fin mot de l’histoire. Il aurait pu la laisser passer sous ce camion, cela aurait rendu le maire de Vinci particulièrement heureux. Au lieu de cela, il la sauve, dans un acte qui pourrait marquer le début d’un pacte entre les deux personnages. Malheureusement, l’homme-mystère court toujours, et il est clair maintenant qu’il s’agit de quelqu’un d’extérieur aux milieux dans lesquels naviguent nos personnages. On a d'ailleurs l'impression, lorsqu'il tire sur Velcoro avec des balles en caoutchouc, ou lorsqu'il vient mettre le feu à la voiture, qu'il cherche à jouer avec les inspecteurs, qu'il cherche à leur faire voir quelque chose, à leur faire ouvrir les yeux. Alors que la saison 1 présentait la traque d’un tueur, d’un méchant traditionnel, cette saison 2 est beaucoup plus floue sur ses enjeux, car étant donné la corruption qui rongeait Caspere, sa personnalité étrange, et la malfaisance des commanditaires de l’enquête, on pourrait presque s’attendre à ce que celui qui l’a tué soit en réalité le « gentil » de l’histoire.

7/10

Bilan

Un épisode qui a le mérite de ne pas faire faussement trainer le cliffhanger de la mort de Velcoro, et qui poursuit l’enquête autour du meurtrier de Caspere. Il manque encore un petit quelque chose, une petite avancée dans l’intrigue pour que la série prenne vraiment son envol.

4 Commentaires

  • TedMosby
    Le 14/07/2015 à 02h05

    Moi perso jusqu'a présent je préfère cette saison 2 a la première, je suis vraiment prit par l'ambiance et l'intrigue.

  • sebfanmuse
    Le 14/07/2015 à 12h39

    J'aime beaucoup cette saison mais elle n'est pas comparable avec la première... Et c'est tant mieux on a pas de sentiment de déjà-vu :)

  • PingouinBishop
    Le 14/07/2015 à 12h42

    Je suis d'accord avec TedMosby. Pour une fois la lenteur made in HBO ne me dérange pas dans la mesure où la ville, la décadence urbaine et américaine, la corruption etc sont pour moi le personnage principal pour le moment dans lequel évolue nos personnages. Je suis bien pris par l'ambiance et je me demande à chaque fois quelle scène/décor on va trouver derrière chaque porte qui est poussée. Je trouve que les Américains ont un vrai savoir faire (que l'on retrouve aussi dans certaines séries anglaises comme Luther) pour mettre en scène le caractère glauque et oppressant de leurs grandes villes gangrénées par les crises économiques, humaines, sociales etc. et qui du coup produisent des personnages névrosés au possible.
    Vivement la suite

  • Toff63
    Le 14/09/2015 à 11h50

    Bon épisode, la saison avance mollement mais sûrement et il faudra juger à la fin, sachant que la saison a été écrite dans sa globalité avant le début du tournage. J'aime beaucoup les personnages, les acteurs et l'ambiance. La scène d'ouverture est excellente et l'épisode ne manque pas non plus d'humour (la visite de la maison du maire est hilarante).
    Sinon, on sent en effet que le tueur recherché est plus joueur qu'autre chose, tant il a eu l'opportunité de tuer les 2 flics. J'aime bien cette idée que le tueur n'ait pas de mobile évident et lié aux affaires classiques de putes et de business. 8/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

19 votes

Contenu relatif

True Detective
Note de la série :
9.4/10