Critiques

Seriesaddict.fr  par | 2

Agent Carter - 2x1 : The Lady in the Lake, 2x2 : A View in the Dark

Résumé

Peggy part pour la Cité des Anges afin d’aider Daniel Sousa – le chef du Strategic Scientific Reserve (SSR) de la Côte Ouest, dans une enquête, un homicide bizarre impliquant un tueur présumé et Isodyne Energy, l'occasion pour elle de renouer avec des visages familiers.

2x1 : The Lady in the Lake, 2x2 : A View in the Dark © 2016 - Disney

Attention, il faut avoir vu l'épisode avant de lire la critique.

Nouvelle saison. Nouvelle menace. Nouveau décor. Agent Carter fait son retour à la télévision, tout juste un an après sa première apparition sur le petit écran. La saison 1 fut une vraie surprise, un véritable vent de fraîcheur dans l'univers Marvel, dont la sublime Hayley-Atwell est devenue l'égérie et la chouchoute d'un public qui suit ses aventures depuis Captain America : The First Avenger.

Le season premiere diffusé mardi aux Etats-Unis a t-il tenu toutes ses promesses ? Retrouvons-nous les mêmes qualités, le même charme que la saison passée ? Agent Carter est-elle une série qui peut perdurer dans le temps ?

Comme je le disais quelques lignes plus haut, les producteurs d'Agent Carter ont pris le pari fou de changer radicalement cette seconde saison : décors, casting, ambiance/tonalité, menace, tout sent le neuf comme une maison qu'on vient tout juste de bâtir. Et la magie opère dès les premières secondes avec une scène d'introduction originale dans le genre braquage de banque.
On plonge ensuite sans attendre dans un Los Angeles des années 40 où régnait l'exaltation, la folie humaine sous toutes ses formes et où le cinéma hollywoodien devenait prospère. Un endroit parfait pour poursuivre une carrière d'espion. C'est ainsi que la série continue d'assumer, pour notre plus grand bonheur, son aspect rétro : l'atout charme d'Agent Carter. Cependant les scénaristes appuient ici davantage sur le côté série B/film d'espionnage d'époque avec des séquences, des plans et des dialogues simples mais terriblement efficaces. Évidemment, il faut avoir les références culturelles cinématographiques et même télévisuelles, et être fan de ce genre-là ; sinon, on peut devenir rapidement réfractaire à la série et la juger avec trop de radicalité.

Une série de femmes

Que cela plaise ou non, Agent Carter est avant tout une série de femmes avec des protagonistes féminins forts. Si on compare le personnage de Dottie (Bridget Regan) avec celui de Whitney Frost (Wynn Everett), c'est un contresens de dire qu'elles se ressemblent. Certes, dans le caractère, on y retrouve la même poigne, la même force (encore que Frost à une certaine fragilité en elle) que l'espionne russe et il faudrait arrêter de penser que si une actrice joue une femme forte, elle est forcément identique à d'autres actrices qui jouent dans le même registre car on risquerait vite de tomber dans un sexisme puéril. Le personnage de Whitney Frost est bien plus intéressant qu'il n'y parait au premier abord. En effet, en tant que comédienne (mise en abyme), elle nous permet de nous mettre face à la réalité d'une ère où le cinéma ne jugeait guère les femmes à leur juste valeur et où ces dernières n'étaient réduites qu'à un aspect esthétique et esthétisant (voir la scène entre le réalisateur et Frost), de toucher, par ailleurs, une autre facette d'un machisme très féroce dans les années 40 (qui n'a malheureusement pas beaucoup évolué). Pour les fans de cinéma, c'est aussi l'occasion d'apprendre quelques techniques de trucages (la pluie, le baiser masqué...). Mais si Whitney Frost subit sans broncher les foudres de ses collègues de cinéma, elle n'en reste pas moins une sacrée manipulatrice, qui commande à la fois son mari - dont le mariage n'est qu'une façade - et sa vie (sa carrière d'actrice n'étant qu'un masque - vous aurez compris le jeu de mots). Cette inversion est assez hilarante, surtout dans un monde tel que celui-ci. Et rien que pour voir Currie Graham jouer les faibles/soumis, ça vaut le coup d’œil (rires).

Les nouveaux personnages féminins sont aussi très importants, parmi elles, Ana (Lotte Verbeek), la femme de Jarvis, véritable révélation et coup de cœur, qui apporte un vent de fraîcheur à la série. De plus, elle offre une nouvelle dynamique au duo formé par Carter et Jarvis, dont ce dernier explose littéralement dans ce début de saison. A noter la présence de Rose (Lesley Boone) - apparue très occasionnellement dans la saison 1 mais qui ici a plus de scènes - tout aussi comique dans ce nouveau rôle de " directrice de casting ".

Les critiques sur le net ne sont pas très tendres en ce qui concerne les intrigues amoureuses auxquelles la série prend part. Si ces love-stories sont, pour la plupart du temps inévitables, elles sont parfois nécessaires dans la construction d'un ou plusieurs personnages. Peggy Carter a le droit de ressentir des émotions, des sentiments, on ne peut pas passer outre, ça serait rendre le personnage insensible et froid. Reste la façon dont cela est scénarisé, mise en scène et joué. Dans Agent Carter, il y a beaucoup de tendresse et de sobriété dans les séquences, c'est à la fois plein de poésie et de délicatesse, ce qui rend ses scènes particulièrement touchantes et émouvantes, notamment grâce à la justesse du jeu d'acteur. Si on devait faire une comparaison avec Arrow, leurs love-stories sont écrites de façon trop cheap et adolescentes, du soap-opéra pour teenagers, insupportables pour les oreilles. La force d'un drama, réside dans la capacité à savoir où est la limite du ridicule.

En bref

Beaucoup de fans ont critiqué l'aspect redondant d'Agent Carter expliquant que la série ne serait qu'un copié collé de sa grande sœur, Agent of S.H.I.E.L.D. Il ne faut pas oublier que les aventures de Peggy Carter sont à l'origine de la création du S.H.I.E.L.D. Par conséquent, les organisations secrètes qu'elle combat, les objets mystérieux extra-terrestres/extra-dimensionnels avec lesquels elle est en contact, sont étroitement liés à son futur et au futur du S.H.I.E.L.D. Il y a donc une logique dans tout ce que nous propose les producteurs.

Le point fort d'Agent Carter reste sa chronologie. Se déroulant à la fin des années 40, la série permet énormément de références historiques telles que la crise financière de 1929, la Seconde Guerre Mondiale, la course à l'armement atomique et la position sociale des personnes de couleurs dans une Amérique profondément raciste à cette époque, notamment à travers le protagoniste de Jason Wilkes (Reggie Austin).
Cette confrontation à la réalité historique est toujours un plus et offre à Agent Carter, un caractère presque didactique et pédagogique.

A noter, quelques références au Marvel Cinematic Universe dont Doctor Strange avec la Matière Zéro, appelé Darkforce dans les comics. Un bon moyen pour préparer le film à venir, peut-être aurons-nous le droit à un flashback de Peggy Carter dans la prochaine production Marvel, expliquant ce qu'est la darkforce.

Note de l'épisode 2x1

9/10

Note de l'épisode 2x2

9/10

Bilan

La seconde saison d'Agent Carter démarre sur les chapeaux de roues. Tout est admirablement maîtrisé : les dialogues, la réalisation, les costumes/décors et la musique très jazzy, qui ajoute une petite touche de dynamisme à la série. L'humour est également plus présent en ce début de saison et chaque séquence humoristique est un véritable petit bijou scénaristique.
Quant aux choix des nouveaux acteurs, Marvel prouve une fois de plus sa capacité à recruter le bon acteur pour le bon rôle.
Agent Carter est une série sans prise de tête à l'image de Los Angeles, divertissante et en pleine ébullition.

2 Commentaires

  • Sandrine
    Le 31/01/2016 à 19h24

    Peggy, Jarvis et ce fameux flamant rose.... que de fou rires !!!!! :)

  • Toff63
    Le 02/02/2016 à 14h33

    Très bon retour pour la série, un vrai bonheur. Beaucoup d'humour, des intrigues solides, scientifiques et amusantes, des acteurs parfaits, un féminisme assumé et des décors superbes, la série réussit très bien à retranscrire son époque et à modifier son cadre par rapport à la saison 1. 9/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez l'épisode 2x1

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

19 votes

Notez l'épisode 2x2

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

17 votes

Contenu relatif