Critiques

Seriesaddict.fr  par | 2

Vinyl - 1x8 : E.A.B.

1x8 : E.A.B. © 2016 - HBO

Ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas ! Un adage qui, dans Vinyl, ne l'est pas vraiment, puisque les conséquences du voyage en Californie et à Vegas obligent American Century à aller faire un prêt à la banque qui, finalement, ne va pas aboutir. Désespéré, Richie décide d'emprunter 100 000 $ au boss de la mafia Galasso (Armen Garo). Mais pour Richie, le pire est à venir...

Le voyage de Richie et Zak (Ray Romano) sur la côté ouest a marqué un tournant dans la série, qui semble enfin avoir trouvé son rythme depuis son sixième épisode, Cyclone. Les histoires des protagonistes principaux semblent enfin avancer, à commencer par celle de Lester (Ato Essandoh) et les Nasty Bits. Ce sont d'ailleurs eux qui vont nous proposer le meilleur moment de cet épisode.

Dans ma critique de l'épisode 4, The Racket, je mettais en doute l'implication artistique de Lester en tant que manager des Nasty Bits. J'avais le sentiment que le groupe ne l'intéressait pas plus que ça. D'ailleurs, lui-même reconnait dans cet épisode qu'il commence enfin à voir les Nasty Bits comme autre chose qu'un moyen d'agacer Richie. Et il le prouve dans une superbe scène où, constatant que les Nasty Bits sont en panne d'inspiration, il leur apprend une leçon de rock n’ roll : E-A-B est tout ce dont vous avez besoin en terme de progression harmonique. N'étant pas musicienne, cela ne veut pas dire grand chose pour moi, en revanche, la démonstration que Lester fait derrière a magnifiquement illustré ses paroles. A travers une scène où on le voit prendre la guitare pour interpréter plusieurs titres dont une composition personnelle, A Woman Like You, il se connecte musicalement avec les Nasty Bits pour la première fois depuis leur rencontre. Il aura suffi d'une scène pour faire avancer l'intrigue de Lester et des Nasty Bits, et qu'est-ce qu'elle était belle !

De son côté, Zak pense avoir trouvé la perle rare en la personne de Gary (Douglas Smith), le jeune chanteur qui l'avait envoûté par sa voix lors de la Bat-Mitzvah de sa fille. Le jeune homme semble venir d'un autre monde, il y a comme quelque chose d'angélique et naïf chez lui. Il ne ressemble en rien aux artistes croisés jusqu'ici dans la série. Je suis curieuse de voir de quelle manière il va s'intégrer au label, et cela commencera en lui donnant un nom de scène : Xavier. J'espère en tout cas que Gary/Xavier va tenir ses promesses pour Zak, car ce dernier, qui croit tellement en lui, va aller jusqu'à hypothéquer sa maison pour produire la démo de son poulain ! En tout cas, on sent quand même que Zak espère, avec Gary, rattraper le coup des 90 000 $ perdus au jeu (alors qu'il n'y est pour rien, rappelons le)...

L'histoire de Devon, la femme de Richie, avance elle aussi. Depuis qu'elle a quitté le domicile familial avec ses deux enfants, elle réside au Chelsea Hotel et semble avoir repris sa vie de bohème. De sortie avec son amie Ingrid (Birgitte Hjort Sørensen), elle repère un photographe, Billy McVicar (Richard Short), alors qu'il tente sans succès de prendre un cliché de John Lennon (Stephen Sullivan). Empruntant l'appareil photo du malheureux photographe, Devon use de son charme et réussi à photographier Lennon. Elle poursuit ensuite la soirée avec Billy, et vu le baiser échangé entre eux, pas sûr que les problèmes du couple Finnestra soient résolus dans l'immédiat !

8/10

Bilan

Avec E.A.B., Vinyl est à un tournant de sa saison : les intrigues bougent enfin pour tout les protagonistes, en particulier pour Lester et les Nasty Bits, qui nous proposent d'ailleurs l'une des plus belles prestation musicales depuis le lancement de la série. De son côté, Richie est au pied du mur puisqu'il termine l'épisode en prison. Il lui reste maintenant deux épisodes pour se sortir de là...

2 Commentaires

  • yottt
    Le 18/05/2016 à 09h36

    Merci pour cette critique. Très chouette série. J'ai bien bien accroché. Petite remarque : "bougent enfin pour touS les protagonistes"

  • Toff63
    Le 21/10/2016 à 14h15

    Cet épisode confirme que la série peut adopter différentes structures selon les épisodes.

    Alors que le précédent parlait de musique à travers Richie et des artistes connus (Elvis), ici on évoque la musique à travers le processus créatif, par le biais des Nasty Bits en devenir ou bien du prometteur Xavier, permettant à Zak d'avoir enfin un grand rôle dans la série.
    Du côté de Devon, son évolution est intéressante, elle s'émancipe de Richie et saisit les opportunités. Et puis, John Lennon lie un peu plus Vinyl à l'univers de l'époque.
    Enfin, parmi les bémols, Clark demeure inintéressant et cette histoire de mafia peine à me passionner. Certes elle met Richie dans le pétrin, mais à quelle fin???

    La série parle de musique de manière différente ici, à travers la création, et c'est un très bon point. Les personnages secondaires prennent de l'importance pour le meilleur, à l'exception de Clark. 8.5/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

4 votes

Contenu relatif