Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Lucifer - Bilan saison 1

Bilan saison 1 © 2016 - Fox

Cette première saison de Lucifer a le mérite de se baser sur un synopsis original, adapté de comics du même nom. L’idée de base est donc alléchante puisqu’on se retrouve avec le diable en personnage principal. Une série qui s’annonce donc à la fois fantastique et policière. Malheureusement ce qui est joli sur le papier ne l’est pas forcément à l’écran.

Avant de parler de ce qui n’allait pas dans cette saison, je dois d’abord mettre en avant les points positifs de Lucifer. En effet la série n’a pas été confirmée pour une saison 2 grâce à la volonté divine mais à des audiences moyennes mais stables, une fanbase qui s’est très vite constituée et un cast alléchant. Par cast, j’entends en particulier et surtout l’acteur principal, Tom Ellis qui joue Lucifer. Avec son flegme britannique, son physique charmeur et un humour à toute épreuve, l’acteur réussit à se glisser parfaitement dans la peau de son personnage. Il sait utiliser son image, ce qui attire sans nul doute une audience féminine et jeune. Les scénaristes lui offrent des répliques faciles et humoristique sur un plateau d’argent mais l’acteur peut aussi surprendre en montrant un Lucifer vulnérable face à son passé par exemple. Cela permet non seulement au comédien de donner de la profondeur à son jeu mais aussi de dessiner un personnage peut-être plus complexe qu’au premier abord.

Ce qui m’amène à parler de la religion. Les scénaristes ne pouvaient pas passer à côté. Si la série manque de profondeur dans son ensemble, elle aborde quand même pas mal de questions autour du christianisme, de la Bible et bien sûr Dieu. La relation de Lucifer avec son papa est intéressante et aussi rafraîchissante. D’abord car le personnage nous offre un point de vue à la fois distant et intimiste, ainsi que des questions classiques mais qui deviennent plus originales à cause de la voix qui les porte. Par exemple, le thème du libre-arbitre, en soi ce sujet est presque cliché mais le fait qu’il soit apporté par un personnage religieux et mythique peut amener à des scènes très intéressantes. Je pense au dialogue entre Lucifer et Linda autour de sa chute ou encore l’image du Mal qui est reliée à Lucifer contre son gré. Ce sont là des thèmes peu communs dans les séries américaines pour une raison simple : le diable est le Mal. L’homme a le choix mais peut être poussé par des forces extérieures vers de mauvaises actions. Un exemple classique serait le thème de la vengeance. Cette notion de force extérieure n’existe pas avec le personnage de Lucifer puisque celui qui est censé incarner et faire le Mal n’est en réalité pas mauvais. Du coup, le côté fantastique classique du Bien contre le Mal dans la première saison est remis en question et placé au niveau de l’Homme. Nous sommes maîtres de nos propres actions en d’autres termes.

Le problème de la série est sa superficialité et les clichés qui en découlent. Tout ce que j’ai exprimé plus haut existe mais n’est pas exploré. Cela aurait eu peu d’importance les cinq premiers épisodes, mais les clichés s’étalent tout le long de la saison. Les scénaristes utilisent un nombre de ficelles inimaginables pour soit, mettre en avant Lucifer au détriment d’un personnage secondaire par exemple, soit le couple Chloé/Lucifer. Une série comme Castle qui repose sur le couple principal et leur relation peut se permettre (enfin pas vraiment mais ils le font quand même) de négliger ses personnages secondaires voire même l’histoire des épisodes. Tout simplement parce que la série n’existe pas sans ce couple. Pour Lucifer, cette première saison est pour moi portée par le personnage principal. Le problème est que dès que les scénaristes essayent de s’attarder un peu plus sur l’arrière-plan, ils fabriquent une usine à cliché pour éviter, peut-être, que l’attention du public dévie. Résultat ? Même le personnage de Chloé semble fade et sans intérêt face au personnage de Lucifer. Il existe des séries qui reposent sur un seul protagoniste mais l’histoire dans ce cas tourne presque exclusivement autour de lui, et souvent cela permet à des personnages très complexes de naître (Legend). Dans Lucifer, il y a une mauvaise répartie dans les histoires car elles doivent au final mettre en avant le protagoniste principal ce qui est un cliché en soit. Par exemple, il y a pour moi un vrai gâchis dans les personnages de Maze et Amenadiel. En treize épisodes, les scénaristes ont fait d’eux des clichés fantastiques, alors qu’ils avaient le potentiel pour être de bons éléments de la série. A la rigueur, ce sont les personnages de seconde zone tels que Linda ou Trixie qui deviennent plus intéressants car ils apportent soit une touche de sensibilité, de fraîcheur, soit de l’humour brut. Les scènes entre Trixie et Lucifer sont très drôles par exemple. Pour finir sur les clichés, l’erreur des scénaristes est je pense leur utilisation au fur et à mesure des épisodes. C’est-à-dire que je connais très peu aujourd’hui de séries sans clichés ou alors il faut chercher les True detective et encore... Le problème est quand ces clichés deviennent la bête noire de la série, la raison qui agace le spectateur. Pour moi, la ligne entre divertissement et parodie n’est pas si fine. Alors je comprends, Lucifer est une série sans prise de tête mais quand certaines scènes frôlent le ridicule à cause du scénario qui n’a aucun sens ou de la romance à en vomir pour faire plaisir aux fans...là je dis non.

6/10

Bilan

Une série simple. Beaucoup trop simple. Qui oublie la profondeur pour de bonnes blagues et des regards langoureux. C’est dommage mais je pense que la saison 2 pourrait surprendre si les scénaristes décident de monter la barre d’un (ou trois) cran.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler