Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Orange Is the New Black - Bilan saison 4

Bilan saison 4 © 2016 - Netflix

Attention il faut avoir vu la saison jusqu'à la fin, au risque de se faire spoiler !

Cette saison d’Orange Is The New Black a beaucoup de qualités et a su éviter certaines erreurs de la saison précédente comme des arcs essoufflés avant même d’avoir commencé. Il n’y a pas de perfection certes et j’expliquerai ce que sont les deux principaux défauts de cette saison plus loin, mais les scénaristes ont réussi à retrouver ce ton sarcastique, ironique, vrai, qui fait rire en pleurant et touche des sujets de société importants et encore peu exposé dans les séries télé.

D’abord il faut dire que la saison 4 possède un rythme tenu qui excepté pour un ou deux épisodes, permet une tension presque constante jusqu’au final. On attend l’explosion sur différents arcs et je trouve que certains ont été particulièrement bien travaillés. Je pense notamment au personnage de Lolly qui a créé pour moi l’une des surprise de cette saison, par l’actrice Lori Petty qui est juste exceptionnelle et le traitement du sujet (les personnes déficientes/prison). C’est pour moi l’un des arcs les plus sombre de la série qui je l’espère reviendra lors de la saison 5 car ce sujet mérite vraiment qu’on s’y attarde. De plus, cet arc permet aussi d’apporter de la profondeur au personnage d’Hailey, grâce aussi aux flashbacks. Ils n’étaient pas tous géniaux cette saison mais en contre partie, les scénaristes offrent enfin un aperçu du passé de Suzanne (j’avais trouvé les flashback sur son enfance sans plus) ! Encore une fois, il me faut souligner l’actrice Uzo Aduba qui mérite toutes les récompenses pour son jeu dans la série. Je pense en particulier à l’épisode 11 et la scène de combat qui m’a juste donné des frissons. J’ai beaucoup aimé aussi les nouvelles amitiés si on peut dire entre certains personnages comme Sophia et Gloria ou Red et Alex. Il y en a d’autres mais j’ai trouvé que ces combinaisons apportaient un vent de fraîcheur, d’humour parfois bien nécessaire à cette saison. Une autre grand qualité de ces épisodes, au delà des actrices et acteurs, est ce parallèle constant entre l‘intérieur et l’extérieur. Le monde de la prison s’agrandit et j’ai appris avec horreur certains faits ou j’ai vu pour la première à l’écran ce que le capitalisme signifie pour un prisonnier. Alors je ne suis pas une experte sur ce sujet donc d’autres ont sûrement été moins surpris que moi mais il y a une différence entre entendre parler des problèmes de surpopulation en prison et de le voir en scène à l’écran. Pour citer d’autres séries carcérales, on ne trouve pas ce sujet dans Wenthworth ou Bad Girl, peut-être parce que l‘un n’est pas concerné et l’autre trop vieux mais en tout cas, bravo aux scénaristes pour aborder pleinement ce thème. Un dernier point sur les qualités de cette saison serait le « méchant » : Piscatella. C’est une autre surprise des scénaristes, Piscatella représente un caractère nouveau dans l’univers d’Orange Is The New Black, contrairement aux autres ce personnage n’est pas (pour l’instant) ambigu. Il a une idée ferme de son métier, de la prison et des prisonniers, même lors d’un évènement grave ses valeurs restent constantes. Il sera très intéressant de voir l’évolution de ce personnage pendant la saison 5.

Pour finir, deux points négatifs de cette saison :

- D’abord le personnage de Piper, à part pour l’épisode 7/8 et le coup de monter sur la table en signe de protestation, l’arc de ce personnage cette saison fut une catastrophe. Déjà parce qu’il n’apporte rien ou très peu à l’histoire générale de la série. A part introduire de nouveaux personnages, l’arc de la « révolte blanche » (je ne suis pas très inspirée pour les surnoms) s’essouffle très vite. Ensuite, j’ai trouvé l’actrice, au début de la saison, assez moyenne dans sa performance. Le cast est toujours aussi génial et offre beaucoup d’émotions mais je trouve dommage qu’il faille attendre une scène de torture pour que Taylor Schilling transmette quelque chose. Je pense que cet arc aurait mieux fonctionné si on se basait sur l’ironie et l’humour ou au contraire le drama brut. Mais les scénaristes ont opté pour un entre deux qui pour moi n’a pas du tout marché.

- L’autre point noir concerne les deux derniers épisodes avec le traitement de la mort de Poussey : le final est magnifique certes mais j’aurai aimé que le fond soit aussi beau que la forme. Si le côté psychologique et moral de la mort de Poussey est assez bien écrit (je pense au parallèle du dernier épisode entre la haine des prisonnière et le bonheur dans le sourire de Poussey), le côté social est à revoir. C’est un sujet à risque forcément, omniprésent aujourd’hui dans les médias américains et pourtant pour la première fois, je trouve que les scénaristes n’ont pas été assez loin. On ne peut aborder le thème de la violence policière sur les noirs en écrivant une scène avec une mort accidentelle causée par un « innocent ». Où est le message politique ? A la rigueur, j’ai trouvé plus vrai et intéressant l’après Poussey que sa mort en elle-même.

8/10

Bilan

Une belle saison dans son ensemble avec des bémols de temps à autre dans le rythme ou les arcs scénaristiques. Mais je pense que la série a su repartir sur de bonnes bases après les nombreuses critiques sur la saison précédente. J’ai hâte de voir la suite !

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler