Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Powerless - Bilan saison 1

Bilan saison 1 © 2017 - NBC

En février 2017, Warner Bros. Télévision et DC Entertainment lançaient leur nouvelle sitcom humoristique liée à l'univers DC Comics, dans laquelle on suivait un groupe d'" ingénieurs ", travaillant pour la Wayne Security, une filiale de Wayne Enterprises. Leur objectif était de concevoir des objets pour protéger et prémunir les civils en cas d'attaques de super-vilains ou d'affrontements entre super-héros et méchants.
Pourtant à la base, la série avait une direction artistique bien différente de celle qui a été dévoilée aux téléspectateurs récemment. En effet, la conception originelle devait mettre en scène les péripéties d'employés d'une compagnie d'assurance, dont les clients avaient reçus des dégâts matériels, toujours à cause d'altercations entre héros et vilains. Assurément une meilleure idée, et c'est ce changement soudain de synopsis qui a été l'un des facteurs principaux de l'échec de Powerless.

Wayne Security : Un cadre de travail insipide

Malgré ce revirement de scénario, l'environnement de Wayne Security et ses objectifs avaient de quoi faire rire. Mais le manque d'imagination des scénaristes a eu raison de leurs bonnes intentions. Car outre le fait qu'il ne se passe absolument rien dans cette sitcom, que ce soit dans le développement des personnages ou d'un point de vue dramaturgique, la création d'objets censés aider les citoyens de Charm City à faire face aux attaques de super-vilains est totalement délaissée au fur et à mesure des épisodes, alors qu'elle devait justement être l'aspect comique de Powerless, son moteur à blague. Même quand les scénaristes tentent de mettre en lumière ce genre de situation (le parapluie, la combinaison...) les effets humoristiques tombent à l'eau, comme les petites plaisanteries lourdes de tonton au repas de famille. Peut-être parce que les choix et partis pris sur la création des gadgets n'étaient pas les bons. Et bien que la mise en scène et la réalisation n'aident pas à renforcer le côté tragi-comique des personnages et des situations au sein de Wayne Security, le jeu et l'interprétation des acteurs y est aussi pour beaucoup.

Mais que fait-on dans cette galère ?

C'est précisément ce que devaient se dire les acteurs de Powerless. Et malheureusement pour eux, cela se ressentait à l'écran. Que ce soit Vanessa Hudgens (Emily Locke) ou ce pauvre Alan Tudyk (pourtant excellent quand il s'agit de donner vie à un personnage animé comme dans Les Nouveaux Héros, Zootopie ou encore Star Wars : A Rogue One Story), aucun des comédiens présents ne croient à ce qu'il disent, aux vannes qu'ils lancent et surjouent pour tenter d'arracher un sourire aux téléspectateurs. Mais même en surjouant, on ne les sent pas réellement investis par la mission sacrée de faire rire les gens, presque abattus, comme s'ils savaient à l'avance que le show de Ben Queen allait littéralement essuyer un cuisant échec. Et ils ne se sont pas trompés.

Enfin, leur antipathie les uns envers les autres ne les rend absolument pas attachants (à l'exception de Christina Kirk alias Jackie, touchante dans ses séquences avec sa fille ou celle avec Emily lorsqu'elle essaie d'entreprendre une amitié ensemble - ce qui en fait des rares personnages à avoir un développement personnel abouti dans le laps de temps très court qu'a duré la série). Les scénaristes ont très mal équilibré humour et empathie. Trop déconnectés du réel pour ressentir une quelconque émotion à leur égard ?

Powerless décrédibilise-t-il le DC Extended Universe (DCEU) ?

La première chose qui m'a choqué lors du changement de statut de la sitcom, ce sont les choix scénaristiques qui ont été élaborés. Outre le fait que l'action se déroule à la Wayne Security soit discutable, c'est d'avoir choisi le cousin de Bruce Wayne comme protagoniste principal qui me pose soucis. En effet, on imagine pas un seul instant un des membres de la famille Wayne aussi bête et incompétent, ni même que la Wayne Security puisse laisser un tel gugusse diriger son entreprise. Et encore moins qu'elle engage des ingénieurs si " légers ", qui passent leur temps à regarder des émissions débiles ou jouer à des jeux qui le sont tout autant et ne travaillent que quand cela les arrange. De plus, et je parle à titre personnel, je trouve que l'introduction du personnage de Van Wayne (Alan Tudyk) détruit absolument toute la mythologie de Batman et du drame qu'à vécu Bruce étant enfant.

Et donc, Powerless ne décrédibilise-t-il pas l'univers cinématographique de DC ? S'il ne semble pas avoir de lien entre les deux, on ne peut s'empêcher de faire un parallèle entre le DCEU et la sitcom. En parodiant, la série veut à tout prix casser l'image de l'univers DC Comics et sa noirceur insoutenable. Un virage peut-être trop radical pour les fans de DC Comics, et qui pourrait être une des autres causes de l'échec de Powerless à la télévision. Car même les super-vilains et les super-héros (sans parler des membres de l'administration royale d'Atlantis), au-delà du fait qu'ils manquent cruellement de profondeur et d'intérêt, sont caricaturés au possible, comme s'il fallait manquer de respect aux personnages de DC Comics pour être drôle.

2/10

Bilan

Annulée au neuvième épisode par la chaîne qu'il l'a diffusée(NBC), la sitcom Powerless était décevante sur tous les plans (humour, interprétation des comédiens, scénario, ambition artistique...). Elle n'aura donc laissé qu'un goût amer et aurait peut-être du tout simplement mettre en scène de vrais personnages, au cœur de l'action, comme le montre le superbe générique, qui est la seule réussite artistique de la série.

1 Commentaire

  • Yazid
    Le 07/06/2017 à 18h40

    Déjà que l'annulation m'avait mis la puce à l'oreille, ton avis détaillé ne me fait pas regretter une seconde de m'être arrêté au pilot !

Ajouter un commentaire







 Spoiler