Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Orange Is the New Black - 5x3 : Pissters!

Résumé

L’émeute s’organise et avance ses pions. A l’extérieur, la confusion règne.

5x3 : Pissters! © 2017 - Netflix

Un épisode confus… entre un rythme décousu et un scénario en demi-teinte. « Pissters » est le premier bémol de ce début de saison.

Après Frieda, c’est au tour de Linda d’avoir ses flashbacks dans cet épisode. Le seul point positif de ces scènes a été de montrer une tout autre facette du personnage, proche de la sociopathe qui casse complètement avec la saison précédente. J’ai apprécié la froideur qui ressortait du personnage qui est au final très manipulatrice et ne ressent aucune empathie envers les autres. Cela a été fait de manière comique mais je suis curieuse de voir où les scénaristes veulent emmener cet arc. A quel point Linda va jouer au caméléon avec les autres détenues ? Pendant combien de temps ? Mais le problème de ces flashbacks est leur réalisation… C’est quoi cette perruque ?! Personnellement, cela m’a complètement sortie de l’épisode à chaque fois que le personnage « jeune » apparaissait. De plus, j’ai trouvé l’ensemble de l’arc très poussif. J’ai conscience que de nombreux accidents ont lieu dans les campus américains mais les scènes clichées à foison n’ont pas aidé.

Le reste de l’épisode se regarde sans grand intérêt : il y a de l’humour, de bonnes répliques mais l’ensemble est trop dépareillé pour avoir un réel impact. Bien sûr cela est consistant avec le nombre de personnage mais « Pissters ! » enchaîne les arcs sans réelle exploration. Par exemple la relation entre Pennsatucky et Coates mériterait un peu plus qu’une scène de masturbation dérangeante. Si le but des scénaristes est de peindre une relation toxique, je ne vois pas comment cette scène peut aider. Lors de la saison précédente, Boo était en quelque sorte la voix du spectateur, celle qui osait dire ce qui se passait réellement entre les deux personnages. Mais dans cet épisode, il y a une normalisation de l’acte du viol qui est assez perturbante. Certaines critiques que j’ai pu lire mettaient en avant le fait que Pennsatucky ne connaissait les relations humaines que par la violence et l’abus. Même si le spectateur visionne cet arc dans ce sens, Jenji Kohan se doit de respecter l’impact qu’une histoire de ce style (un viol) peut avoir (Pretty Little Liars, Thirteen Reasons Why…). Dans ce sens, j’espère que cette relation sera écrite par la suite d’une autre manière que simplement des scènes de sexe superficielles.

Pour finir, cet épisode a été sauvé par des scènes clés, très touchantes qui ont permis de montrer une nouvelle image de cette émeute à la fois réaliste mais aussi cruelle. La première est celle de Humps seul sur une chaise au milieu d’un couloir, abandonné de tous. Effectivement je suis très vite revenue sur mes propos sur de l’épisode précédant… Car la force de cette scène est de transformer en quelques secondes un personnage détestable en une victime tragique. Sans pour autant oublier ce qu’il a fait et ce qu’il est, je dois avouer que l’image de cet homme apeuré et désespéré était très poignante. Le but des scénaristes est certainement de poser la question « Mérite-t-il ce sort ? » car on retrouve le thème de la vengeance avec des personnages comme Maritza ou Taystee. Par ailleurs, l’arc autour des demandes des prisonnières est la grande qualité de cet épisode. Il m’a fait penser aux scènes qui ont suivi la mort de Poussey où le spectateur réalisait que contrairement à lui, peu de personnes se souciaient réellement de son sort. Avec cet arc, les scénaristes jouent sur l’ironie autour de l’émeute où tout le monde semble avoir oublié l’élément déclencheur. Cela rend la scène de Suzanne (dans la cantine) encore plus touchante et offre un joli moment d’émotion.

PS : un 7.4 pour les deux scènes dont j’ai parlé à a fin.

7/10

Bilan

Un épisode en demi teinte qui est sauvé par quelques séquences poignantes.

1 Commentaire

  • Toff63
    Le 10/07/2017 à 13h22

    J'ai adoré Linda dans cet épisode, tant dans les flashbacks réussis (la mort est particulièrement grotesque et tragique) que dans son attitude dans la prison où elle s'affirme et s'insère parfaitement au milieu des autres, jusqu'à ce qu'elle croise le regard de Caputo à la fin.
    Concernant le reste, il est difficile pour la série de gérer tous les personnages mais dans l'ensemble, les scènes à la cantine et la construction des revendications offrent de bons passages, tragiques avec l'ordre des demandes où "Justice pour Poussey" est tout juste devant les chips ou bien le mémorial touchant de Crazy Eyes (qui est aussi drôle avec les fantômes!!!), et comiques avec les effets secondaires des médocs et les discussions sur les homos, les musulmans et le Black Friday.
    Globalement, le groupe de Taystee me plaît beaucoup, Piper et Alex aussi grâce à Linda (et le pénis de Caputo sur le téléphone), et puis Dayanara et Gloria qui ont une relation mère-fille intéressante. L'obsession de Red pour Piscatella est pas mal non plus, tout comme la tentative d'évasion de Judy King.
    Par contre, Pennsatucky m'indiffère, Boo est trop en retrait et le duo Nicky-Lorna n'évolue pas.
    Enfin, ce qui passe à l'extérieur de la prison est clairement le point faible de ce début de saison, si on excepte les regrets du meurtrier de Poussey. À l'intérieur de la prison, les otages sont guère passionnants, se contentant de quelques vannes cinématographiques moyennes. 7.5/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

5 votes

Contenu relatif

Orange Is the New Black
Note de la série :
9.2/10