Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Orange Is the New Black - 5x10 : The Reverse Midas Touch

Résumé

Récap : Red et les filles se retrouvent à la merci de Piscatella, Gloria décide de libérer les gardes et Taystee voit les négociations s’enlisées.

5x10 : The Reverse Midas Touch © 2017 - Netflix

Déception et frustration. Ce sont les termes qui définissent à mes yeux cet épisode, le plus mauvais de cette saison. Deux scènes ont sauvé l’épisode de la descente en enfer… C’est assez inimaginable au vu de la place de « The reverse Midas Touch » dans cette saison mais aussi le travail fourni par l’équipe de la série. Ce dixième épisode représente le pire de ce que peut devenir Orange is the New Black avec un vilain sans aucune direction scénaristique, des flashback déconnectés de l’épisode et des scènes choc d’une superficialité sans nom.

Piscatella… il n’y a pas si longtemps je portais de grands espoirs dans ce personnage qui se détachait des précédents « méchants » de la série par un style assez unique. Ce qui manquait au garde étaient des éléments clés sur son passé afin d’affiner sa personnalité (et avec ses convictions). Donc pour ma part, les flashbacks étaient grandement attendus. Malheureusement, ces scènes sont si hors propos que non seulement elles n’apportent aucune réponse intéressante mais elles alourdissent l’épisode. Attention tout n’est pas à jeter : les acteurs et les sujets abordés dans ces scènes sont intéressants, par ailleurs la relation entre Piscatella et Wes semblait suffisamment sincère pour ne pas plonger dans la question d’abus entre un garde et un prisonnier. Malgré ces qualités, les flashbacks ont pour défaut de ne pas venir en aide au spectateur face à la violence des scènes entre Piscatella et Red. La série a toujours su travailler un minimum ses personnages pour qu’on puisse comprendre pourquoi ils prenaient telle ou telle décision. Je défie quiconque de m’expliquer les actions de Piscatella durant cet épisode… Sa haine envers Red, son mépris des femmes, son plaisir à torturer, tout cela aurait plus de sens avec un personnage comme Humps. Est-ce que les flashbacks sont censés justifier les actes de Piscatella ? D’où vient sa haine envers Red ? Comment passe t-on d’un meurtre par vengeance (et amour) à une scène sadique d’humiliation ? Je pense que si le personnage avait été hétéro et que son histoire avait été située dans un contexte d’une prison pour femme, ses actions auraient eu un véritable contexte psychologique. Mais ce n’est pas le cas et Piscatella devient une coquille vide de sens malgré un grand potentiel.

Ensuite il y a l’aspect « shocking » avec l’humiliation de Red face à ses amies. Le plus terrible est l’impact que ces scènes auraient pu avoir si elles avaient eu un contexte favorable. Le cast est excellent : toutes les actrices offrent une performance incroyable ce qui rend cet arc si difficile à regarder. Personnellement à part me sentir mal à l’aise au point de prier pour que la fin arrive, ces scènes ne m’ont pas touché comme elles auraient dû le faire. Cela aurait pu être poignant et dévastant avec cette mise en scène très frontale qui permet au réalisateur de créer un huis clos étouffant : le spectateur ne peut pas échapper à l’image et donc subit la situation comme les personnages. Mais tout cela ne prend pas car à chaque fois que Piscatella reprenait la parole, chaque mot semblait être cliché ou faux. Par exemple, son discours sur les femmes et comment les briser n’avait aucun sens : Piscatella n’a jamais travaillé dans une prison pour femme avant Litchfied. Il n’a donc aucune expérience pour baser sa théorie. Au passage sur le thème de l’abus on peut se demander ce que cherchent les scénaristes avec Angie et Leanne. Je pense que les spectateurs ont compris qu’elles représentaient l’ancien pouvoir, c'est-à-dire la position de supériorité entre un garde et une prisonnière. Le fait d’inverser littéralement ce thème et de l’explorer ne suffit pas à apporter de l’intérêt à un arc. On retrouve seulement le principe du « shocking » avec par exemple cette forme de viol entre Leanne et Jailer.

Malgré tout cela, cet épisode est aussi très frustrant car certaines scènes sont de petits bijoux, des apartés qui font sourire et offrent de jolis instants. Je pense tout d’abord à Suzanne et la scène de miroir : en tant que métisse j’ai vraiment été touchée par la justesse du jeu et la simplicité de l’écriture. A mon sens l’une des plus belles scènes de cette saison, elle permet aussi de montrer un nouvel aspect de Suzanne concernant ses origines qui est le bienvenue. Uzo Aduba nous offre une magnifique performance dans cet épisode. Pour finir, j’ai beaucoup aimé la scène des toilettes (externes) entre Pennsaltucky et Lydia : de nouveau simplicité d’écriture mais une résonance avec les personnages et leur évolution qui sonne juste.

5/10

Bilan

Le plus mauvais épisode de cette saison à cause d’un arc j’ai nommé Piscatella. “The reverse Midas Touch” ou comment gâcher un épisode qui aurait pu être incroyable.

1 Commentaire

  • Toff63
    Le 28/07/2017 à 13h31

    - Complètement d'accord avec toi, j'ai rien compris à l'arc de Piscatella et ses motivations avec Red, toute ces scènes de torture sonnent comme surréalistes et j'ai trouvé que les actrices en faisaient des caisses, ce qui n'arrange rien.
    Les dialogues sont assez affligeants dans leur ensemble, la conclusion à la "maman j'ai raté l'avion" est prévisible et aurait eu plus d'impact si on ignorait que les femmes planquées avaient entendu les plaintes de Piper, et les flashbacks sont décevants, tant ils oscillent entre le prévisible et l'inutile et ne justifient en rien les actions présentes de Piscatella. Le gars a tué un détenu en prison pour avoir agresser son amour, qu'est-ce que ça a à voir avec Red qui n'a rien contre les homosexuels???
    En positif, je ne retiendrais de cette partie que la réplique de Piscatella à Piper: "Tais-toi January Jones". J'ai trouvé amusant que Piscatella compare Piper à une actrice blonde réputée difficile sur les tournages.
    - Sinon, Suzanne est incroyable dans cet épisode, toujours entre comédie et tragédie, avec des dialogues simples et efficaces sur les origines.
    J'ai bien aimé aussi l'affrontement à forte connotation sexuel entre Caputo et Figueroa, avec Taystee en arbitre et Black Cindy qui me fait toujours marrer. La réplique "les blancs gâchent tout, même la Maison-Blanche", au-delà de la critique de Trump était hilarante par le trait d'esprit jouissif.
    Comme toi, la scène des toilettes entre Lydia et Pennsatucky était amusante, avec un soupçon de profondeur.
    Concernant Leanne et Angie, j'adore que ces filles n'aient aucune limite, entre l'histoire du doigt, la scène d'orgasme très étrange (viol ou pas viol???) et l'horrible racisme décomplexé avec le médecin indien comparé à Apu des Simpsons ou bien nommé docteur Curry (ça m'a rappelé l'épisode de Master of None où Dev dit clairement qu'identifier un indien par rapport au curry l'affligeait, même sous le ton de la plaisanterie).
    - Enfin, il y a plein de petites séquences sympathiques avec des personnages très secondaires, l'occasion de rire, entre la critique acerbe des chaînes info et le jeu de mots "Latina Fey" entre autres.

    Au final, tout m'a plu sauf Piscatella et le grand n'importe quoi qui va avec. Je ne sais pas ce que les scénaristes ont fumé avant d'écrire cette partie mais elle gâche tout le reste. 5/10 pour moi aussi, grâce à Suzanne principalement.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

7 votes

Contenu relatif

Orange Is the New Black
Note de la série :
9.2/10