Critiques

Seriesaddict.fr  par | 4

Game of Thrones - 7x3 : The Queen’s Justice

7x3 : The Queen’s Justice © HBO - 2017

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

Ce troisième épisode démarre avec un événement de taille attendu par tous à savoir la rencontre en Daenarys et Jon Snow. Comme le précise Mélisandre, le feu et la glace sont enfin réunis, référence au nom de la saga littéraire qui a donné la série.

La Prêtresse Rouge quitte déjà Peyredragon et n’assiste pas à cette rencontre qu’elle a provoquée. Interrogée par un Varys méfiant et accusateur, elle adopte une posture de rédemption pleine d’humilité assez mystérieuse. Mélisandre jette alors un froid quand elle annonce, sereine, que l’Araignée et elle sont voués à mourir ici à Westeros en terres étrangères. Comme toujours, ces marionnettistes de l’ombre intriguent et promettent des révélations pour la suite.

Des personnages secondaires importants il en existe ailleurs que dans l’ombre. Pour cette rencontre au sommet, les lieutenants des deux leaders jouent un rôle primordial. Ser Davos et Tyrion, anciens ennemis, luttent pour le bien collectif alors que Daenarys et Jon Snow se jaugent. Après tout, les deux jeunes dirigeants ne se connaissent pas et n’ont aucune idée de ce que chacun a traversé : l’un paraît un primitif chef auto-proclamé du Nord alors que l’autre passe pour une gamine puissante obnubilée par le Trône de Fer. Une fois le passé ressassé à coups de références historiques, le présent pose aussi problème : jamais, la « petite » guerre des Sept Couronnes n’aura autant été confrontée à la « grande » bataille à venir contre l’Armée des Morts.

Après réflexion, je trouve que le choix de ne pas dramatiser ce moment crucial est plutôt concluant. La complicité entre Jon Snow et Tyrion apportant même une certaine légèreté et un peu d’humour. En proposant UNE rencontre et pas LA rencontre, les scénaristes font le choix moins risqué mais plus constructif d’une potentielle relation solide qui se tissera au fur et à mesure. Je reste quand même peu satisfait de l’écriture du personnage de Daenarys dont le comportement est beaucoup trop lisse et mesuré, ce qui n’était pas forcément nécessaire. Au final, même si aucun accord ne fut possible, la Mère des Dragons offre tout de même du verredragon et apporte un soutien détourné face à la menace Marcheurs Blancs.

Du côté de Winterfell, le retour de Bran Stark sur ses terres vient probablement brouiller la paix relative qui règne au Nord. On attendait Arya mais la grande réunion des Stark est remise à plus tard. Les émouvantes retrouvailles avec Sansa une fois passées, la nouvelle dimension mystique de Bran, davantage pesante qu’auparavant, nous interroge. Pour l’instant, il fait la démonstration de ses pouvoirs à sa sœur, ce qui permettra sûrement qu’elle ouvre les yeux sur le questionnable Littlefinger, d’autres protagonistes ambigus, ou pourquoi pas elle-même...

Attaquons alors le second gros morceau de ce troisième épisode. À Port-Réal, Cersei a tout d’une Mad Queen. Même Jaime semble sentir la pente glissante alors que sa sœur rivalise d’ingéniosité pour détruire ses ennemis. Bien qu’entourée d’un bras armé de choix, incarné par La Montagne, et du réalisateur de ses fantasmes morbides Qyburn, elle reste un leader charismatique. Face à la puissante Banque de Fer de Braavos, elle ne se défile pas et impose sa propre vision des choses ou comment faire accepter son emprise dictatoriale face à la menace de révolutionnaires anticapitalistes qu’est le peuple de Daenarys.

Dans les geôles de la cité, le vice de la Reine ressort à la lumière des bougies. Tout se joue sur son visage et en un instant, Cersei passe d’une mère en deuil à une vengeresse cruelle. La prestation de Lena Headey est parfaite, soulignée par celle d’Indira Varma qui parvient à nourrir tension et frayeur sans aucune ligne de texte.

Daenarys est encore plus happée par sa vengeance personnelle. La perte de deux alliés la pousse à prendre des risques et à se mettre en danger en attaquant directement la flotte d’Euron Greyjoy. Empêchée (pour l’instant) par son proche conseil, elle est loin de s’imaginer que le plan de Tyrion, déjà affaibli, va subir un sacré revers.

A Castral Roc, Les Lannister opèrent un retournement de situation inouï. En reprenant une tactique utilisée contre lui par Robb Stark, Jaime anticipe l’attaque des Immaculés et évacue le château. Après avoir fait face à une résistance vaine, le piège se referme sur eux : Euron Greyjoy vient couler le peu de flotte restante, laissant l’armée de Daenarys à pieds en plein milieu du continent. On est loin de la bataille de l’année mais les moments choisis, associés à la narration de Tyrion, donnent un résultat plus que correct pour ce revirement de situation. En trois épisodes, la Mère des Dragons perd une grande partie des forces engrangées depuis plusieurs saisons. Alors que l’échiquier tanguait la semaine dernière, le voici complètement renversé aujourd’hui. Une chose est sûre, Game Of Thrones maîtrise assez ses storylines globales pour se permettre de réaliser aisément ce genre de pirouettes scénaristiques qui feraient suer beaucoup d’équipes créatives.

Pour conclure, Queen’s Justice nous réserve une surprise de taille. Les grandes manœuvres s’enchaînent rapidement et voient les Lannister assiéger Haut-Jardin. A leurs côtés, Randyll Tarly semble avoir mis de côté son honneur et son respect pour les Tyrell. Encore une fois, l’épisode ne se perd pas en fioritures. Exit les scènes de batailles, l’issue de l’affrontement pouvant être devinée dès le début sur le visage d’Olenna Tyrell observant stoïquement l’avancée des troupes ennemies.

Sur les notes de Rains Of Castamere, Jaime marche sûrement jusqu’à la tête de l’ennemi dont il vient de sectionner les bras et les jambes. Le choix de cette musique n’est pas anodin puisqu’elle raconte le sort affligé par Tywin Lannister à un allié s’étant rebellé, ce qui rappelle bien évidemment la situation d’Olenna Tyrell qui cite même un passage du chant.

Loin de la folie de sa sœur, Jaime prend le temps d’une sage discussion avec son ancienne alliée. L’occasion de donner une ou deux clés de compréhension de ce qui vient de se passer. Suffisant, le leader victorieux détaille son plan, faisant écho à celui de son frère. Olenna Tyrell profite de ses derniers instants pour cracher toute son amertume pour Cersei. Cette dernière est qualifiée d’infection bien plus vicieuse et diabolique que quiconque. Bien que plus mesuré, Jaime approuve cette façon de faire, précisant que la fin justifiait les moyens.

En l’espace d’un instant, Olenna Tyrell reprend les rênes de la confrontation et se permet une ultime provocation envers les Lannister alors même qu’elle boit le poison qui fait office de sentence. Malgré le fait que son sort soit scellé, elle avoue avoir manigancé l’assassinat de Joffrey Barathéon, espérant pouvoir atteindre Cersei une dernière fois. Diana Rigg, déjà très bonne dans les courtes apparitions de son personnage, se paye ici un tour d’honneur exceptionnel qui fait toute la réussite de cette scène finale.

Moi qui disais que Stormborn était fourni, que dire de Queen’s Justice qui, après une heure, a mis une sacrée pagaille dans l’histoire. Qui de mieux placés que Benioff et Weiss pour écrire et gérer cet épisode très (probablement trop) dense ? A l’écran, Mark Mylod qui rempile cette semaine ne peut que se satisfaire d’une réalisation simple qui profite néanmoins de scènes en extérieures rafraîchissantes, bien loin des caves et recoins de la semaine dernière. Un retrait presque obligatoire face à l’épaisseur du scénario.

Je ne peux clairement pas faire la fine bouche avec les événements relatés cette semaine tellement ils sont primordiaux pour la narration globale de la série. Pour les souligner, les scénaristes signent des dialogues lourds de sens et des punchlines percutantes pleines de références.

Mais je me pose néanmoins des questions. Ce genre d’épisode doit clairement être une exception. Idéalement, ces storylines auraient pu être traitées plus longuement. Le choix a du être difficile pour les deux showrunners qui, on le remarque, se sont déjà délestés de beaucoup de pages et ont opté pour une temporalité questionnable à grands renforts d’ellipses temporelles. Quand on parle d’épisodes longs d’une heure trente voire de deux heures pour l’ultime saison, j’émets quand même des doutes quant à l’utilité de ce rythme, acceptable ici et là mais potentiellement étouffant sur toute une saison.

9/10

Bilan

Épisode très dense aux retournements de situations inouïs qui parviennent à faire oublier de justesse une temporalité floue et une réalisation parfois trop simple.

4 Commentaires

  • Alex
    Le 02/08/2017 à 17h24

    Très bonne critique !

  • SukaiChan
    Le 06/08/2017 à 13h01

    Attention pavé !
    Merci pour cette très bonne critique. Néanmoins je serai moins indulgente cette fois. Pour moi cet épisode vaut tout juste un 7... les dialogues sauvent la mise.

    Si j'ai énormément aimé les passages " posés " : la rencontre entre la Glace et le Feu, la vengeance de Cersei ou sa discussion avec la Banque de Fer, la dernière joute verbal de Olenna Tyrell... je suis déçue sur de nombreux points.

    J'avais volontiers fais l'impasse et pardonné le saut temporel de Varys dans la saison 6 mais là ça commence à ne plus devenir possible. Si on a en tête la géographie de Westeros, les déplacements - spatio-temporels - des personnages sont un non sens. C'est n'importe nawak ! Demain Jorah sera auprès de Daenerys avant Arya auprès des siens alors que la distance est moindre ?! J'aurai aimé que les batailles soient traitées avec un peu plus soin. Ces sauts géographiques et temporelles ce n'est plus possible ! Comme dis dans la conclusion il faut vraiment que ça soit une exception au risque de devenir indigeste.

    Si Castral Roc est assez fidèle à l'idée que je me faisais des descriptions... Hautjardin a été une énorme et triste déception ! Pour vous donner une idée...

    « L'imposant château de Hautjardin [...] se dresse sur une colline verdoyante dominant les flots larges et tranquilles de la Mander. Beaucoup considèrent Hautjardin comme le plus beau château des Septs Couronnes [...] Des remparts et des tours du château, on voit au loin, dans toutes les directions, s'étendre des vergers, des prairies et des champs de fleurs, parmi lesquelles ces roses d'or du Bief [...] Hautjardin est entouré de trois cercles concentriques de remparts crénelés en pierre blanches finement jointoyées, protégées par des tours élancées, gracieuses comme des jouvencelles. [...] Entre l'enceinte extérieure, au pied de la colline, et le mur médian s'étend le célèbre labyrinthe de ronces de Hautjardin, vaste dédale d'épines et de haies entretenu depuis des siècles pour la joie et le plaisir des occupants et des visiteur du château... et a des fins défensives, car les intrus n'ayant jamais parcouru le labyrinthe ne trouveront pas aisément le chemin des porte du château à travers ses pièges et ses impasses. »

    Quelle ne fut pas ma déception en voyant ce château tout somme banal... sans vouloir me vanter même le château de mon village est plus joli - certes plus petit - ou ceux des alentours. Hautjardin se situe dans le Bief, une région verdoyante et abondante. Choisir un château espagnol pour Dorne qui est une région plus aride passe très bien mais pas pour le Bief. Le château Almodovar Del Rio semble désertique... ils ont dû rajouter de la végétation numérique pour combler les trous. Le château Hohenzollern en Allemagne aurait beaucoup plus collé - à mon sens - à la description des lieux quitte à rajouter un labyrinthe et des remparts numériquement...
    Quand Olenna Tyrell observe l'armée Lannister approcher on ne voit qu'un terrain vague plat parsemé de-ci de-là de forêt... C'est le BIEF ! Où sont les champs ? Les fleurs ?
    Alors ok Peydragon est super classe, la séquence magnifique mais ils ont clairement bâclé Hautjardin ! Le lieu de tournage a été très mal choisi ne respectant pas les descriptions du lieu.

    Olenna justifie la défaite car les bataille n'ont jamais été leur fort ?! Une château ne se prends pas en une journée même avec une énorme armée et des alliées connaissant le dit château ( sale traitre de Tarly ). C'est les Tyrell qui avait sauvé Port-Réal - avec les Lannister - de l'armée de Stannis. Ils ne doivent pas être nul au point de perdre un château en une minutes top chrono ?! Encore un tour de passe-passe - déplaisant et décevant - pour accéléré le rythme.

    Je suis également sceptique quand à ce que la Banque de Fer soutiennent la traite d'esclave... quand on sait que les ancêtres et fondateur de Braavos sont des anciens esclaves et que le Seigneur des Mer s'opposent à l'esclavage sous toutes ses formes... mais bon passons sur ce détail car des banquiers reste des banquiers Ha Ha Ha

    Game of Thrones m'a habitué à une réalisation plus soignée et surtout des décors absolument merveilleux et respectueux de l'œuvre originale. La date butoir approche et les producteurs/réalisateurs semblent vouloir caser un maximum de choses en un minimum de temps.
    Je croise les doigts pour que la saison 7 ne se résume pas une overdose de scènes qui au finale auront moins d'impactes que si elles avaient été soignées et mises en œuvre plus lentement...

    Lannister 3 -Targaryen 0 - Olenna Tyrell +100

  • Yazid
    Le 06/08/2017 à 21h53

    SukaiChan : c'est un pavé mais référence et argumenté donc c'est un plaisir de le lire. Tu m'apprends des choses sur la représentation des lieux. Je trouve qu'en effets spéciaux numériques la série a rarement été bonne sur les châteaux notamment. Comme tu le dis, c'est le strict minimum. Les scènes en intérieures et donc en décors réels sont minimalistes (ça pourrait être n'importe quel château en effet) mais mieux réussies.

    Benioff et Weiss n'expliquent malheureusement pas ce choix dans la petite vidéo hebdomadaire qui sort avec l'épisode.

    Comme je le précise, ma note est aussi élevée parce que les événements sont quand même importants et que leur narration est plutôt bonne (surtout les twists).

    Je partage les mêmes interrogations que toi concernant la suite.

    A la semaine prochaine !

  • Yazid
    Le 06/08/2017 à 21h58

    Merci Alex également pour ton commentaire.

    A la semaine prochaine.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

54 votes

Contenu relatif

Game of Thrones
Note de la série :
9.4/10