Critiques

Seriesaddict.fr  par | 5

Game of Thrones - 7x7 : The Dragon and the Wolf

7x7 : The Dragon and the Wolf © HBO - 2017

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

La scène d’introduction impose un point de vue intéressant dès ses premières secondes : si le motif de cette réunion tant espérée transcende les petites guerres du royaume, la méfiance reste de mise. Face aux troupes de Daenerys, Port-Réal aligne ses défenses. Passage obligé par les effets spéciaux numériques pour montrer l’importance des troupes de chacun. S’ils sont corrects voire bons, on fermera les yeux sur ce plan large immonde de l’arrivée de cavaliers Dothraki même pas digne d’un jeu vidéo moderne.

En coulisses, Cersei prévoit le pire : si quelque chose tourne mal, la Montagne a pour ordre d’écraser l’exécutif de l’ennemi, Daenerys en premier. Avant même de voir Fossedragon, Jorah et Tyrion posent le décor. Ce dôme gigantesque abritait les anciens dragons Targaryen qui y furent mis en captivité à cause de leur ingérabilité, ce qui les a fait rétrécir jusqu’à leur disparition.

Sur le chemin, les différentes délégations se rencontrent. Uniquement des seconds couteaux (Jon Snow et Tyrion le sont dans cette situation), histoire de tâter le terrain. Les voir marcher tous ensemble est étrange mais plutôt logique. Beaucoup se connaissent et savent que rien ne peut arriver à ce moment précis. Les retrouvailles, pour certaines après plusieurs saisons, continuent pour certains de nos personnages qui n’imaginaient même pas un jour vivre l’Histoire d’aussi près.

Je dois avouer que j’ai été plutôt déçu de la représentation de ce haut lieu symbolique du passé de Westeros. Au delà de la difficulté à illustrer les descriptions que l’on peut lire, je n’ai ressenti à aucun moment le pouvoir et la vie passée du lieu. Les ruines sont assez banales et peu, voire pas du tout identifiée. Sur une musique de circonstance, le groupe entre enfin dans l’arène. Tout le monde se jauge et observe les moindres recoins du dôme. Quel genre de piège l’ennemi a t-il posé ? Qui va doubler l’autre en premier ? Sans que la tension ne soit réellement pesante, on passe par les mêmes phases que les personnages.

Sandor Clegane est le seul a explicitement traduire cette ambiance : va t-il mourir dans la même ville pourrie qu’il a fui ? Le vice de Cersei plane sur Fossedragon alors que celle-ci daigne enfin se montrer, brisant le silence pesant qui s’était installé. Accompagnée d’une garde rapprochée de choix composée de la Montagne, du mestre fou Qyburn, de l’instable Euron Greyjoy et d’un Jaime distant, son seul coup d’oeil à ses ennemis va à Tyrion pour un échange de regard ampli de haine et de rancune.

Alors que Daenerys se fait attendre, les échanges de regards continuent. Tyrion ose à peine se tourner vers sa sœur quand elle l’interroge sur le retard de sa reine tandis que Brienne, Jaime et Cersei partagent une bataille de d’observation lourde de sens. Vous l’aurez compris, une bonne partie des ressentiments de chacun passent par des expressions non-verbales et plus particulièrement par les yeux. Le limier lui aussi y passe avec son frère la Montagne : la confrontation cordiale promet un affrontement plus houleux dans un futur proche. Le colosse ne bronche pas et ne transmet aucune réaction, encore moins via ses yeux livides qui sont la seule partie de son corps visible par tous.

Le cri de Drogon vient briser ce nouveau silence de plomb. La Khaleesi aime soigner ses entrées et ce retard voulu vient déjà piquer Cersei qui refreine sa réaction et essaye de ne rien laisser paraître face à cette jeune et magnifique reine qui possède une arme surpuissante entre les mains. Si une bonne partie des personnages présents ont déjà vu les dragons, dommage que la caméra ne prenne pas le temps de s’arrêter sur les réactions d’une Brienne probablement pétrifiée, d’un Qyburn surexcité à l’idée de voir cette bête mythique bien vivante ou même des simples soldats.

Le temps commençant à se faire long, Tyrion débute son grand oral avant de se faire couper par les insultes d’Euron. L’harmonie n’existera probablement pas mais les petites guerres du royaume doivent stopper et chacun doit se consacrer à la grande menace. Suit l’habituel discours de Jon Snow puis la logique méfiance de Cersei.

Entre en jeu le mort-vivant capturé dans Beyond the Wall au prix d’une mission suicide passée à deux doigts du ratage total. La caisse s’ouvre enfin mais rien n’en sort. Les quelques secondes de flottement qui suivent paraissent des heures. Encore une fois, on partage les mêmes question que les personnages : quelqu’un a t-il volé la précieuse cargaison, auquel cas l’avenir du monde entier serait compromis ? Un coup dans la caisse suffit pour faire bondir la créature, tout aussi effrayante seule qu’accompagnée de ses milliers de semblables la semaine dernière. Sa course vers Cersei nous coupe le souffle et montre une femme effrayée qui se crispe dans son fauteuil. Comme jamais, le personnage est montré vulnérable. La démonstration semble fonctionner et Jon Snow porte le coup de grâce en prouvant que seul le feu ou le verredragon peut venir à bout des morts-vivants. Le silence qui succède aux cris stridents de la créature est différent des autres. Alors que la méfiance planait sur l’assemblée, la crainte s’est imposée. Si Jaime Lannister comprend l’ampleur de cette mythique menace après avoir goûté à une autre -le feu du dragon- Euron Greyjoy lui se dégonfle et décide de repartir sur ses IÎes de Fer naturellement protégées par l’eau.

L’acceptation très rapide de la trêve par Cersei paraît trop belle pour être vraie. La délégation Targaryen prend à peine le temps d’expirer de soulagement que la reine Lannister impose une condition de taille : Jon Snow doit se retirer et ne pas prendre parti. Bien évidemment, celui-ci refuse et offre à Cersei le moyen de retourner la situation à son avantage en quittant avec fracas les négociations, signant ici la fin d’un premier acte tendu. Bien que ce soit une technique de pression connue, ce départ est à mon goût un peu trop expédié et pas très subtil après une demi-heure de tensions et de longs échanges silencieux. Brienne jusqu’ici invisible, apporte une réelle plus-value à ce twist avec un appel à la raison poignant lancé à un Jaime tiraillé entre deux feux et obligé de suivre sa sœur.

Le second acte de cette grande réunion de tous les dangers se jouera en coulisses. Tyrion prend le risque d’aller seul raisonner sa sœur et ses premiers pas, sous la surveillance de la Montagne dans une pièce sombre, laissent présager le pire. Cersei prend rapidement l’avantage et attaque frontalement son frère. Les deux Lannister se parle après avoir été séparés plusieurs saisons. Toute l’amertume et la haine de Cersei submergent un Tyrion qui se défend tant bien que mal et agite un argument original : tout ce qu’il a fait jusqu’à présent a été fait pour protéger sa famille malgré les reproches de sa sœur.

Lena Headey campe une Cersei rarement vue aussi touchée par les morts tragiques de sa famille. Peter Dinklage offre à Tyrion une défense viscérale très crédible. Son injection à sa sœur de donner l’ordre de le tuer est déchirante. Le silence ici ajoute encore plus de drame. Les longues secondes qui suivent sont étouffantes, on s’attend au pire pour Tyrion alors que Cersei jette plusieurs coups d’oeil incertains à la Montagne qui a déjà commencé à tirer son épée de son fourreau. Tyrion s’en sort in extremis après avoir tenté un quitte ou double risqué qui l’aura fait suer autant que nous.

La suite de la conversation change complètement de ton. Une fois l’abcès crevé, le calme après la tempête favorise une discussion plus fraternelle et cordiale. Avec les larmes aux yeux en évoquant de son désir de voir triompher sa famille, Cersei pose une main sur son ventre, indiquant à son frère qu’elle porte un enfant. La reine nous a habitué à être plus intelligente et ce qui s’apparente à un automatisme incontrôlé pourrait s’apparenter à un geste délibéré finement réfléchi.

Sur le devant de la scène, le retour à la raison du camp Lannister surprend la délégation Targaryen. On se demande ce qui a pu se passer dans l’ombre entre Tyrion et sa sœur pour que celle-ci change d’avis aussi radicalement. Alors que le thème de la loyauté a entouré le personnage de Tyrion toute la saison, The Dragon and the Wolf vient-il de sceller la trahison de la Main pour sa nouvelle reine ?

Le season finale clôt ici une première partie très dense pour faire le point sur les autres storylines traitées cette saison. Je fais l’impasse sur le repentir de Theon et son espèce de renaissance qui auraient eu sa place plus tôt dans la saison voire la saison prochaine, permettant ainsi de raccourcir les 80 – déjà longues- minutes de l’épisode.

Direction Winterfell et ses pièces sombres où se joue l’avenir du Nord. Au plus proche du pouvoir, Littlefinger récolte le fruit du piège tendu plus tôt aux sœurs Stark. Plus habitué à tirer les ficelles de loin, il jouit d’un plaisir rare : pouvoir contrôler Sansa directement. Cette dernière récite exactement, comme dépossédée, ce que le Roi de Val lui a implanté en tête.

Dans la précipitation, Sansa veut en terminer le plus vite possible. Elle convoque sa sœur dans la grande salle. Les alliés qui composent l’assemblée ont la mine grave. Les rares bougies suffoquent dans l’obscurité de la pièce qui baigne dans un maigre filet de lumière du jour. L’heure est grave. La grande porte qui se referme semble sceller le sort d’Arya qui paye son coup de pression à Sansa. Droite et fière, elle écoute les chefs d’accusation avant que la Dame de Winterfell ne se tourne au dernier moment vers Petyr Baelish. Enfin démasqué, son sourire satisfait s’efface rapidement et laisse place à un visage décontenancé.

En arrière-plan, le presque-mutisme de Bran laisse néanmoins comprendre qu’on lui doit la fin de cette mascarade. Confronté à ses crimes avec des détails irréfutables, concernant l’assassinat de Ned Stark notamment, Littlefinger tente le tout pour le tout et joue ses dernières cartes : les répliques théâtrales ne séduisent pas l’assemblée qui reste muette. Sansa ne se laisse pas non plus amadouer et refuse une seconde chance. Plus le temps passe et plus Littlefinger s’agite et perd ses moyens. Pour celui qui excellait à imaginer le pire pour mieux l’éviter, la fin est proche. Ses supplications n’aboutissent à rien. Maintenant à genoux et en pleurs, le fin stratège s’effondre pour ne plus laisser qu’un simple homme amoureux d’une jeune fille. Arya met subitement fin à son calvaire en lui tranchant symboliquement la gorge, énième rappel que nul n’est inatteignable et que ceux qui profitent du chaos pour se hisser encore plus haut ne font que s’exposer à pire une fois confondus.

On est loin de la lente montée en pression des Noces Pourpres par exemple. Ce retournement de situation est une ficelle un peu facile à tirer et on aurait aimé que cette storyline bénéficie de plus d’attention. Baelish a trop souvent rasé les murs cette saison et sa perte aurait pu être encore plus fracassante s’il s’était réellement mis en danger au lieu de continuer à tout manigancer de loin. Bien que pas très subtile, la scène reste néanmoins frappante grâce à la prestation impeccable d’Aidan Gillen et sa rhétorique caractéristique qui a fait de Littlefinger un personnage complet au fil de la série. Alors qu’il faisait partie des rares personnes qui transcendaient la politique du royaume et avaient presque autant de pouvoir que les grands leaders, sa disparition est un symbole fort. J’ai été personnellement touché par ce passage très profond et par le jeu très juste et prenant de l’acteur irlandais. Derrière les dragons et les grandes manœuvres stratégiques importantes pour l’histoire de la série, ce détail plus intime restera certainement un événement important de l’épisode voire de la saison.

Sam Tarly rejoint finalement Winterfell et retrouve lui aussi un fantôme du passé en la personne de Bran. Ce dernier est d’ailleurs un peu plus vivant alors que l’esprit de la Corneille aux Trois Yeux semblait l’avoir entièrement dépassé. Le jeune Stark dévoile alors l’étendue de ses pouvoirs et s’attaque à révéler une nouvelle vérité : la vraie identité de Jon Snow. Des indices de plus en plus visibles ont été dévoilés depuis la saison dernière et Game of Thrones porte au grand jour une des histoires les plus attendues de la série. Dans un flashback emblématique faisant écho à ceux de la saison précédente, on apprend que Jon Snow n’est pas un bâtard de Ned Stark mais le fils de Rhaegar Targaryen et de Lyanna Stark, la sœur de Ned. Ce dernier a d’ailleurs caché ce secret après le décès en couches de sa petite soeur et fit passer Jon pour son bâtard.

Au delà du drame familial, c’est toute l’histoire moderne de Westeros qui s’est construite sur un mensonge. Accusé d’enlèvement et de viol, Rhaegar a vu Robert Baratheon se rebeller et s’allier avec les Stark pour renverser le pouvoir Targaryen. Alors que Bran raconte cette histoire, des images du présent apportent une toute autre dimension à cette révélation : longuement teasée ces dernières semaines, la romance entre Jon et Daenerys finit par se concrétiser. Une histoire d’inceste banale pour la série qui aura de lourdes répercussions une fois la vérité exposée au grand jour. La mine inquiète, Tyrion dans le couloir attenant à la chambre semble ne pas voir d’un bon œil cette relation. Sa discrète présence nous interroge quant à un éventuel changement de comportement du Lannister la saison prochaine.

Alors que les Targaryen élaborent une nouvelle stratégie commune une fois rentrés à Peyredragon , la vicieuse Cersei fait tomber son masque. On avait du mal à croire à son ralliement et pour cause, c’était un stratagème qu’elle fomentait depuis l’arrivée de Daenerys à Westeros. Alors que tout le monde sera concentré sur la menace du Nord, elle fera intervenir la Compagnie Dorée, acheminée par la flotte d’Euron Greyjoy lui aussi dans le coup, pour exterminer une fois pour toute ses ennemis. L’ultime saison promet déjà un épisode hors-du-commun.

The Dragon and the Wall arrive à son terme avec un rythme posé idéal pour une fin d’épisode. Mais il s’agit d’un season finale et l’ultime coup de massue de la saison ne tarde pas à tomber. Espionnant le Mur grâce aux corneilles, Bran est spectateur d’une vision terrifiante, au même titre que Tormund et Beric Dondarrion perchés sur les hauteurs de Fort-Levant. A la lisière de la forêt, un Marcheur Blanc fait son apparition et laisse deviner l’armée qui le suit. Stoppée par le mur, la procession attend un soutien de taille : Viserion, revenu d’entre les morts, transperce l’épaisse couche de nuages et fait une entrée glaçante. Jouissant d’une vitesse et d’une agilité aiguisées par les pouvoirs du Roi de la Nuit, il entame la destruction du Mur. Les jets surpuissants d’un feu bleuté entaille petit à petit la seule protection du royaume. Celle-ci ne fait pas le poids face à la puissance inouïe de cette arme de destruction massive. La magie qui fait toute la force du Mur ne résiste pas et ce dernier s’effondre localement.

Voir ce symbole mythique et mystique partir en fumée fait l’effet d’un choc. Implacable, l’armée des morts reprend sa lente et sûre marche à travers la brèche. Les effets spéciaux numériques sont plutôt corrects et la mise en scène de cet événement majeur permet de retranscrire une réelle urgence à l’écran. La colorimétrie grisâtre, qui tranche avec le bleu et le blanc habituels, apporte une dynamique morbide qui dépeint tout le Mal qui se déverse désormais dans en un flot continu. Comme la neige sentie plus tôt par Jaime à Port-Réal, l’Hiver est bel et bien arrivé et Westeros n’est plus à l’abri de l’annihilation totale.

Après cette longue partie descriptive vient le temps de répondre à cette question : The Dragon and the Wolf est-il un season finale satisfaisant ? Comme d’habitude pour ce genre d’épisode très dense, ce sont les showrunners David Benioff et D.B. Weiss qui se sont chargés du scénario. A la réalisation, Jeremy Podeswa rempile après un season premiere assez mauvais.

Commençons par l’épaisse première partie de l’épisode. Si dans les détails beaucoup de petits moments étaient très bons, le résultat global ne produit que peu d’effet. Cette réunion n’est pas à la hauteur de l’attente. Chaque ligne de texte est déclarative, comme si on haussait le ton pour que tout le monde entende et comprenne bien jusqu’au fond de la salle. Les deux scénaristes ne prennent pas le risque de la subtilité et on peut les comprendre : ces minutes sont tellement cruciales que les présenter clairement, quitte à ce que ce soit avec facilité, est presque incontournable.

L’organisation technique d’un tel événement peut également expliquer ce résultat moyen. Trop de personnages, trop de réactions ainsi que du langage verbal et non-verbal à filmer ont fait de la réalisation de cette scène une usine à gaz pour la production. Dix jours de tournage ont été nécessaires pour filmer chaque posture, chaque regard et chaque déclaration. Si le montage global fait illusion, il reste branlant par endroit et laisse échapper quelques flottements et des regards lointains qui peinent à trouver leurs destinataires.

Alors que les personnages secondaires se sont révélés cette saison et ont été à l’origine de nombreuses avancées, les leaders reprennent leur place et s’arrogent les succès. La présence des seconds couteaux est questionnable tant ne peut s’empêcher de les regarder tourner en rond ou admirer le paysage en arrière-plan quand ils ne sont pas entièrement éclipsés.

Au final, si le choix de ranger les violons et d’alléger cette rencontre historique est plutôt louable, reste que la proposition visuelle et scénaristique de The Dragon and the Wolf n’est pas entièrement à la hauteur de l’événement qui se fait rencontrer des personnages qui totalisent, pour certains, une soixantaine d’heures de développement depuis les débuts de la série !

La deuxième partie de l’épisode ne souffre pas de véritables défauts bien qu’elle n’excelle pas non plus. Pour ce season finale plus crucial que jamais, Jeremy Podeswa se contente du minimum encore une fois et propose une réalisation classique qui est néanmoins loin d’être contemplative. Il saisit habilement chaque subtilité du jeu verbal et non-verbal d’acteurs formidables comme Aidan Gillen ou Lena Headey plus tôt.

The Dragon and the Wall aurait également gagné à être un peu plus concis. L’écriture de ce season finale n’a probablement pas été une mince affaire. On peut toujours espérer mieux et plus subtil mais la conclusion de cette saison décisive est plus maitrisée que son introduction. Game of Thrones est arrivé à un point de convergence tel où le choix d’une narration claire et classique est certainement devenu incontournable pour illustrer ces événements fondamentaux. J’y reviendrai plus en détail dans un prochain bilan de cette septième saison. Une chose est sûre, le show continue de pulvériser ses propres records après sept années d’existence. Ce season finale, l’épisode le plus long de la série, totalise 12,1 millions de téléspectateurs. Le chiffre grimpe à 16,5 millions en comptant les replays soit le double par rapport au season finale de la saison six. Un score inouï pour une chaine payante.

7/10

Bilan

Season finale très (trop ?) dense qui atteint son objectif de conclusion via une écriture et une mise en scène classiques et peu subtiles presque obligatoires pour traiter ces événements cruciaux.

5 Commentaires

  • Louca
    Le 02/09/2017 à 00h43

    Je tiens à te féliciter pour le temps que tu as du prendre pour écrire cette excellente critique. Je n'ai rien à redire sauf une remarque : Pourquoi as-tu pris le temps de décrire toutes les scènes, sauf la conclusion d'une des plus importantes selon moi, à savoir la rupture entre Jaime et Cersei ? C'est selon moi l'aboutissement de ce que Benioff et Weiss ont essayés de construire autour des jumeaux incestueux tout au long de la saison, si ce n'est la série entière (je vais peut-être un peu trop loin). Ton avis sur cette scène m'intéresse vraiment :)

  • Carahiah
    Le 02/09/2017 à 17h27

    Oui, bien vu Louca, cette scène est lourde de sens :)

    (Surtout que contrairement à Tyrion, là j'ai cru qu'elle allait vraiment le faire tuer tant Jaime semble y croire aussi, comme si pour la première fois, il voyait sa soeur comme tout le monde la voit).

  • SukaiChan
    Le 03/09/2017 à 18h36

    Le dernier épisode de la saison :'(

    Je suis relativement du même avis que toi Yazid pour ce dernier épisode. Il est beaucoup moins marquant que l'incroyable et inoubliable Wind of Winter qui restera un des meilleures épisodes de la Saga.

    J'ai particulièrement aimé le début de cet épisode avec le positionnement des troupes en " guerre froide ". La musique de Ramin Djawadi est toujours aussi puissante pour la mise en scène !... surtout avec les thèmes liés à Daenerys.

    Il est intéressant de noter que pour Cersei la plus grande menace reste Daenerys... et non Tyrion, ce frère tant détesté, depuis sa naissance... voit-elle finalement en Daenerys la Reine qui lui volera tout ce qui lui est cher ? Elle qui pensait que cette Reine était Margaerys Tyrell... les prophéties de Maggy la Grenouille continueront-elle à se réaliser pour le plus grand malheur de Cersei ? Réponse en saison 8 !

    La conversation entre Brienne et le Limier était assez touchante voire amusante. J'ai vraiment hâte de voir les retrouvailles de Sandor Clegane avec Sansa mais surtout Arya... et pourquoi pas un petit duel amical entre Sandor et Arya ?! :3

    Comme toi Yazid... Quelle ne fut pas ma déception en voyant Fossedragon ! Je n'avais pas l'impression que la Ruine se situait au sommet d'une colline, dominant le reste de la ville de Port-Réal, comme c'est normalement le cas... et depuis quand il s'agit d'une arène ? C'est un bâtiment, un château, de type caverneux mais en aucun cas une arène ! Le dôme s'est effondré lors de la Danse de Dragons mais ses portes de bronze et de fer étaient toujours présentes et ont été scellées il y a des années... et la pierre devrait être noire car noircie par le feu... Encore une déception niveau représentation des lieux...

    J'ai beaucoup aimé le jeu des regards entre les divers protagonistes. Aucune parole n'est nécessaire pour comprendre leurs sentiments vis-à-vis des uns et des autres. Cersei, Jaime, Brienne... le malaise !!!
    Je regrette tout comme Yazid la non représentation de certaines réactions lors l'arrivée de Daenerys au meeting. J'aurai aimé voir un plan de la réaction de la population de Port-Réal pour ma part. On se souviens d'une vision de Bran où l'ombre d'un Dragon plane sur la ville... son ombre obscurcissant les différents quartiers. Après tout des dragons qui survolent la ville ça doit provoquer une légèrement paniques chez la populace... voire des questionnements ?! Est-ce que leur Reine Cersei est vraiment légitime finalement ?!...
    Daenerys c'est un peu la copine friquée qui arrive en décapotable bien lustrée alors que toi t'as pris le métro pour venir... Ha Ha

    Qyburn et sa passion morbide pour les morts vivants... ce mec me fait grave flipper...

    Si la scène entre Cersei et Tyrion est parfaitement joué (Lena Headey est sans doute une voire la meilleure actrice du casting !)... cela ne me laisse présager que le pire pour la suite... le faite de ne pas voir la conclusion de leur discussion est effrayante... les théories allant bon train sur le net depuis lors. Cersei maîtrise vraiment à la perfection le jeu des trônes et je ne vois pas ce qui pour le moment pourrait la faire tomber hormis une attaque direct du Night King sur Port-Réal.
    Pour ma part je ne pense pas que Tyrion ait trahi Daenerys... du moins pas consciemment dans le but de la trahir. Sans doute a-t-il fait un pacte avec sa sœur en lui donnant le même conseil qu'à Jon Snow : mentir... que sa sœur mente à Jon et Daenerys sur son assistance dans la Grande Guerre et en retour sa sœur s'engage à ne pas attaquer à revers la Mère des Dragons. C'est sans doute pour cela que Cersei dit à Jaime qu'il est le plus idiot des Lannisters de penser que leurs troupes allaient aller au Nord...

    La scène entre Theon et Jon peut sans doute nous éclairement sur le futur de ce dernier. Il sera un Targaryen... mais sera toujours un Stark... et un bâtard ! Cette scène faisait vraiment écho pour moi à Jon et non à Theon.

    La séquence à Winterfell... ♥
    Je voyais les choses vraiment mal partie... alors que durant tous les épisodes je gardais espoir. Mais quel ne fut pas ma joie presque perverse quand Sansa tourne le regard vers ce cher Littlefingers ! Ce dernier était déjà en train de rêver... se voir sur le Trône de Fer... mais la mention de son nom le ramène à la réalité et brise son doux rêve !
    Je ne pense pas que ça aurait pu se finir autrement pour Petyr Bealish... il n'est pas homme à se mettre en danger... pas depuis son écrasante défaite face à Brandon Stark. Il est un joueur de l'ombre et des chuchotements... il se devait de mourir dans les ténèbres et le silence.
    Encore une fois je tiens à souligner le jeu de Aidan Gillen qui est toujours aussi excellent ! Si je ne vais pas regretter le personnage - j'ai limite trinqué à sa mort - je vais clairement regretter l'acteur !... mais qui sait peut-être le reverra-t-on...

    La scène entre Jaime et Cersei a eu le mérite de me faire retenir mon souffle. Jaime part au Nord pour rejoindre les ennemis de sa sœur... et entre autre Daenerys. Il choisit le Reine des Dragons plutôt que sa sœur... ce qui rejoint la prophétie qu'une Reine lui prendra tout ce qu'elle aime... et elle aime ou aimait clairement son frère Jaime. En tout cas GG mon brave Jaime ! Tu as enfin ouvert les yeux !

    La scène qui suit m'a particulièrement touché. C'est peut-être celle qui m'a le plus touché d'ailleurs. La musique " Winter is Here " reprends le thème principal mais de façon plus lente presque murmurée. La neige arrive à Port-Réal... alors que Gendry a mentionné qu'il n'a jamais vu de la neige... alors qu'il a toujours vécu à la Capital. Même la carte peinte de Westeros est lentement recouverte par la neige... ce qui est une belle et terrifiante image de ce que nous réserve l'avenir.

    La scène du flashback avec le présent est très bien monté à mon sens. En revanche je suis assez déçue ( comme beaucoup ) de la représentation de Rhaegar et surtout pour ma part de Lyanna Stark. Si Rhaegar ressemble énormément à son frère c'est logique car dans le livre lors d'une vision Daenerys le prends pour Viserys... mais je le trouve assez banal pour le bel homme qu'on nous a vanté. De même Lyanna est représenté comme une jolie demoiselle amourachée, bien coiffée avec une robe assez simple. Ou est passé la SheWolf ?!...
    Personnellement je ne pense pas que Rhaegar aimait réellement Lyanna... du moins pas comme Jon peut aimer Daenerys. Rhaegar était un fanatique de prophéties et notamment celle du Prince qui fut Promis. Il voulait un troisième enfants... mais sa femme Elia Martell ne pouvait lui en donner un au risque de mourir en couche à cause de sa santé. Je pense que Rhaegar tomba " amoureux " de Lyanna car elle était une Stark... une fille du Nord et donc était susceptible de représenter la Glace alors que lui représentait le Feu... et elle pouvait lui donner ce troisième fils/fille qui serait le Prince/Princesse qui fut Promis. Mais ça reste un avis personnel... c'est peut être le véritable grand amour... mais j'en doute.
    Bon pour le reste de la scène... Yazid... j'ai sabré la bouteille de champagne HaHaHa XD

    Concernant la fin... je me pose une question : Viserion est-il capable de cracher son feu non stop ?! On a clairement vu que Drogon doit semble-t-il reprendre son souffle... se recharger... pour à nouveau déverser ses terribles flammes. Mais ca ne semble pas le cas de Viserion mode WhiteWalker.
    Sincèrement je crains le pire... Il faut espérer que Viserion ne grandisse plus contrairement à Drogon et Rhaegal... que le Nord construise une armada de Scorpion avec des carreaux en verredragons et muni de chaînes pour clouer Viserion au sol... un peu à la Horizon Zero Dawn pour ceux qui connaissent.

    Voilà c'est la fin de la saison...
    Merci encore - oui je me répète souvent... ça doit être la vieillesse - Yazid pour ton travail. Merci à toi pour avoir pris le temps chaque semaine pour écrire des critiques détaillées et de surcroît intéressantes et de qualités sur les épisodes. J'espère te retrouver pour les critiques de la huitième et dernière saison ;)

    ... et une nouvelle fois je suis désolée pour le pavé !

  • Yazid
    Le 04/09/2017 à 22h31

    Louca : c'est un oubli involontaire de ma part. Toute la saison, Jaime a été tiraillé par la réalité du terrain (il a goûté au feu du dragon) et la folie de sa soeur. La grossesse était le moyen de pression ultime pour le faire entrer dans le rang. Dans ce dernier épisode il répond même à Brienne qu'il ne sait quoi dire à sa soeur pour la raisonner. Le face-à-face avec Olenna soulignait bien son côté un peu plus humain et respectueux d'un ancien allié avec que cette dernière ne lui crache à la gueule. Son départ est donc plus que logique, surtout que son rôle était déjà bien réduit de part la présence de La Montage et Qyburn, là il se fait complètement squeezer alors que sa famille fait face à un tournant historique. Comme SukaiChan le souligne, la musique ajoute une vraie plus-value au départ de Jaime. Cersei (grâce au jeu subtil et phénoménal de Lena Headey) joue un coup bluff qu'elle perd à mon avis. Elle semble vouloir suivre Jaime pour le rattraper mais se résigne à le laisser partir. Après la méthode douce, ses menaces n'auront pas suffit à le faire rester

    Carahiah : pour moi, il a toujours vu sa soeur comme une leader vicieuse assoiffée de sang. Sauf que ses sentiments l'ont rendu un peu schizophrène. Là c'était la goutte d'eau.

    SukaiChan : bien joué pour le plan avec l'ombre du dragon sur la cité. Il a du sauter au montage final malheureusement et aurait tellement important ! Concernant la représentation de Rhaegar je fais partie de ceux qui s'en foutent un peu. J'étais au courant des ressemblances physiques mais sans plus. La beauté est une notion subjective n'est-ce pas ? Je ne tire pas ma révérence tout de suite puisque je prépare un petit bilan qui te fera plaisir (avant la longue attente). J'espère vraiment rempiler pour la prochaine saison et je t'envoi d'ores et déjà un très gros merci pour tes longs avis et tes compliments chaque semaine. A la semaine prochaine !

    Merci à vous trois d'avoir partagé vos avis et merci encore pour les compliments.

  • Toff63
    Le 19/09/2017 à 11h49

    Un season finale forcément imparfait car arrivée à la saison 7, Game of Thrones a plus de mal à surprendre, tant les choses arrivent à leur conclusion légitime. Toutefois, la saison se termine sur une bonne note et avec des éléments importants.

    Je citerais l'intelligence de Cersei qui remarque l'absence d'un des 3 dragons de Daenerys, la peur que j'ai ressentie pour Jaimie qui n'est sûrement pas passé loin d'une mort atroce, le fait que Jon n'est pas un bâtard, les doutes sur Tyrion, le futur rôle de Theon, la promesse de l'arrivée de la Compagnie Dorée (avec des éléphants!!!), Jaimie qui s'éloigne de Cersei, Winterfell qui sera en première ligne face aux marcheurs blancs, Jon et Daenerys qui vont sûrement avoir un enfant, l'incertitude autour des pouvoirs de Bran et du Roi de la Nuit dans la future bataille qui s'annonce, la mort théâtrale de Littlefinger et les liens renforcés entre les 2 soeurs Stark, la chute du Mur (même si c'est un peu rapide), etc...
    Sinon, je dois bien avouer que je me suis marré plusieurs fois lors des échanges entre les protagonistes dans l'arène. Plus particulièrement, Cersei qui dit à Daenerys qu'elle patiente depuis longtemps était irrésistible!!!
    Enfin, concernant Vyserion, il semble inévitable qu'il devra affronter Drogon et/ou Rhaegar (chevauchés par Daenerys et Jon ou bien contrôlés par Bran) dans un duel fratricide qui devrait être spectaculaire!!!

    8/10 et un gros big up à la musique de Ramin Djawadi.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

59 votes

Contenu relatif

Game of Thrones
Note de la série :
9.4/10