Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Fear The Walking Dead - 3x12 : Brother's Keeper

Résumé

Le ranch fait face à une menace d’ampleur orchestrée par Troy.

3x12 : Brother's Keeper © AMC - 2017

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

Après un aparté convaincant du côté du barrage de Tijuana, Fear The Walking Dead repasse la frontière cette semaine et nous donne des nouvelles de Troy, récemment exilé du ranch par la Nation.

Le rebelle met son éducation de survivaliste à profit et semble s’en sortir bien mieux que la lente mort solitaire à laquelle Walker l’avait condamné. Dans un enchaînement de plans sans paroles, on observe le jeune homme fomenter sa vengeance en même temps qu’il semble vivre une profonde remise en question. Alors qu’il rejoint l’avant-poste du ranch géré par le fondateur Phil dont le cadavre pourrit en plein air, il y trouve de la nourriture et un atout de choix : un lance-grenade planqué derrière un tableau. Il en profite pour enterrer le cadavre de Phil avant de prendre sa place sur cette chaise surplombant la vallée, là même où nous avons rencontré Walker dans Burning In Water, Drowning In Flames.

Plus bas, on peut entendre un bruit sourd causé par un groupe de rôdeurs. Le sourire radieux de Troy face à cette vision ne peut que présager le pire. L’unique balle fournie par Walker, celle-là même qui aurait pu lui apporter une mort rapide face aux rôdeurs, prend un sens tout autre : tirée en l’air, elle symbolise un certain renouveau pour le personnage prêt à tout pour se venger. Brother’s Keeper débute donc avec cette longue introduction de cinq minutes à la mise en scène et au montage millimétrés qui donne efficacement le ton pour le reste de l’épisode.

Pour les vingt minutes suivantes, il nous emmène dans une lente montée de tension au ranch. Dans la gestion du manque d’eau, Fear The Walking Dead s’en sort mieux que dans son mid-season premiere. L’échec du nouveau puits, l’obligation d’abattre le bétail ou encore l’environnement aride sont autant d’images simples mais néanmoins efficaces pour nourrir une vraie urgence autour de cette problématique.

Dans la nuit, Troy s’introduit dans le camp pour s’entretenir avec Nick. Après quelques secondes, on comprend que ce n’est pas une nouvelle hallucination du jeune homme. Troy est bel et bien de retour et il promet un avenir sombre pour le ranch. Délirant à cause de la fatigue, il annonce un événement apocalyptique. Son discours raisonne singulièrement quand il évoque cette bête qui vient du désert, qui grossit et que personne ne peut arrêter. A ce moment de l’épisode, on ne sait pas encore qu’une horde de milliers de rôdeurs se dirige vers le ranch. Cette phrase sert de parallèle pour illustrer la personnalité du personnage qui n’a fait que se marginaliser et se radicaliser. Son exil n’a été qu’un simple révélateur de ce mal-être sous-jacent qui n’a fait qu’exploser au grand jour dans l’introduction de l’épisode.

L’autre frère Otto, qui ne jouit pas d’un temps à l’écran aussi conséquent, se voit ramener un peu plus vers le devant de la scène. Une manœuvre qui présage le pire pour le personnage, surtout que celui-ci explicite également un mal-être profond et remet en question la loyauté d’Alicia. Son sort ne tarde pas à être révélé : dans sa tentative d’empêcher son frère de commettre l’irréparable, il finit par être mordu par un rôdeur. Nick lui tranche l’avant-bras pour tenter de le sauver mais la situation presse. La horde qui prend des proportions bibliques se rue vers le ranch, guidée par les appâts de Troy. Je regrette une certaine faiblesse dans les effets spéciaux numériques de la horde. Bien que la franchise ne s’est jamais réellement foulée de ce côté là, ses effets spéciaux pratiques (les rôdeurs en particulier) quant à eux sont toujours aussi bluffants sur des plans moins larges.

Au ranch, la résistance s’organise et les anciens ennemis s’unissent. Barricadés derrière un mur constitué de vans et autres camions, ils attendent le pire, dans un silence pesant perturbé par le bruit sourd de la horde. Brother’s Keeper parvient à installer une véritable tension avec le strict minimum. Submergées, les deux communautés finissent par s’enfuir dans la panique générale. Alicia, Crazy Dog et Ofélia se réfugient dans le grenier du ranch qui accueille déjà des dizaines de femmes et enfants pétrifiés qui, dans un calme relatif avant la violente tempête, attendent le pire.

Dans les hauteurs, Nick et Troy observent la scène. Ce dernier, bouffé par la fatigue, semble être passé d’un mercenaire suicidaire à un pauvre mec totalement paumé. Si la transition est un peu expédiée, la présence de Nick est une bonne chose. Le jeune homme pousse Troy à affronter ses responsabilités alors que le ranch subit une attaque inédite en contrebas. Mais le coup de grâce sera plus personnel : il se voit forcé de tuer son frère qui vient tout juste de se transformer. Madison et Nick payent leur intervention pour sauver Troy auparavant, permettant à celui-ci de revenir encore plus redoutable. Je ne vois pas très bien où la série veut en venir avec ce personnage mais il a été jusqu’à présent la figure de proue de cette saison grâce à une caractérisation soignée et une écriture précise.

Au final, on ressort de Brother’s Keeper avec l’impression d’un épisode réussit. Simple et efficace, Fear The Walking Dead prouve qu’elle peut proposer quelque chose de solide sans en faire trop. Le milieu de l’épisode peut paraître un peu mou entouré d’une introduction et d’un cliffhanger solide mais le résultat général est satisfaisant.

Si l’intrigue reste classique, elle n’en est pas pour autant faible et on apprécie la montée en tension maîtrisée grâce, notamment, à une vision pertinente des événements par Alrick Riley fraîchement débarqué de la série mère. Si le scénario de l’habitué Wes Brown ne doit pas être bien épais, reste qu’il contrôle efficacement les enjeux de survie pour les personnages, notamment les jeunes qui évoluent ici sans leurs figures parentales. Une chose est sûre, certains téléspectateurs resteront sur leur faim si dans la simplicité de Brother’s Keeper ils n’y ont vu qu’une certaine facilité aux airs de déjà vu. Personnellement, au vu de certains épisodes précédents faibles voire ratés, celui-ci s’en sort plutôt bien et mérite sa note.

8/10

Bilan

Simple mais efficace, la série prouve qu’elle n’a pas besoin d’en faire trop pour proposer un épisode solide.

1 Commentaire

  • Lexaa
    Le 03/11/2017 à 18h17

    Merci pour la critique ! J'ai adoré cet épisode !!! Mon préféré de la saison jusqu'à présent ! Comme toi je l'ai trouvé simple et efficace avec des passages assez marquant. La performance de Sam Underwood m'a beaucoup surprise : Jake était le personnage le plus lisse de la saison (voir de la série) du coup j'ai aimé que les scénaristes lui offre une "belle" fin avec notamment la confrontation avec son frère. Daniel Sharman est aussi excellent dans le rôle de Troy. Je trouve qu'il est difficile de le stigmatiser en "bad guy" à cause de ses problèmes psychologiques. Et c'est ça qui est génial ! Est ce qu'on doit le haïr ou le prendre en pitié ?
    8.5/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

8 votes

Contenu relatif

Fear The Walking Dead
Note de la série :
7.6/10