Critiques

Seriesaddict.fr  par | 4

Fear The Walking Dead - 3x13 : This Land is Your Land

Résumé

Réfugiés dans le bunker à provisions, les survivants du ranch se retrouvent piégés entre la horde de milliers de rôdeurs et un manque d’oxygène imminent.

3x13 : This Land is Your Land © AMC - 2017

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

This Land Is Your Land reprend directement là où Brother’s Keeper nous avait laissés. Dans le bunker à provisions, les rares survivants du ranch attendent dans un calme paradoxal un destin funeste.

Une nouvelle menace vient intelligemment assombrir le tableau. Si techniquement les survivants auraient pu squatter le bunker jusqu’à une aide extérieure, la réalité est toute autre. En plus d’avoir accueilli des habitants s’étant fait mordre par les rôdeurs, la ventilation du relatif abri ne fonctionne plus, ne laissant que deux heures d’oxygène pour tous. En quelques minutes, This Land Is Your Land referme ce tombeau et nous plonge dans un quasi huis-clos prometteur.

Étonnamment, c’est la jeune Clark qui va se charger d’organiser ces heures cruciales. Tandis que Crazy Dog et Ofélia vont remonter le système d’aération et tenter de le réparer, Alicia et un lieutenant, lui-même mordu, vont tenter de gagner quelques heures d’oxygène supplémentaire. Pour ce faire, la seule solution est radicale : éliminer les mordus.

Bien que j’aurai aimé une espèce de rébellion chez les survivants, je dois avouer que j’ai été plutôt emballé par cette optique de voir concrètement explorer la valeur du sacrifice grâce notamment à ces personnages tiers. L’épisode retranscrit efficacement l’urgence de la situation et nous emmène, au même titre qu’Alicia, au bord de nos limites voire même au delà. Le sacrifice de cet amérindien défiant la mort, dans un silence glaçant, puis la panique de la jeune femme prouvent encore une fois que la série est capable du meilleur avec très peu. Reste que je ne comprends pas pourquoi les autres suicides assistés font l’objet d’une ellipse. Quid aussi de la réaction des autres survivants qui ne bronchent pas une seconde face à la disparition soudaine de l’un de leur proche ? Si on comprend aisément la gravité de la situation avec ce plan de cadavres amoncelés dans une réserve, on comprend moins pourquoi la série passe à côté d’une rare occasion de réellement souligner le « Fear » de son nom avec ces passages certes insoutenables, mais à l’ampleur dramatique inégalable.

Malheureusement, la dizaine de minutes suivantes fait office de ventre mou dont on se serait largement passé. Épaulée par une survivante, Christine (Linda Gehrigher), Alicia se laisse aller à des confidences sur sa jeunesse, bienvenues pour la caractérisation de son personnage. En face d’elle, on apprécie les quelques miettes d’informations sur celui de Christine, entre traumatisme lié aux attentats du 11 Septembre et lente coulée vers le survivalisme. Même constat pour Crazy Dog qui, coincé dans la ventilation, est pris d’une panique aux airs de syndrome post-traumatique lié à son engagement dans la récente guerre du Golf. Si ces passages sont intéressants sur le fond, notamment grâce à leur ancrage historique et sociétal, ils ne le sont pas autant sur la forme qui affiche un minimum syndical dommageable qui vient pénaliser la tension initiée jusqu’ici.

En parallèle, Nick et Troy tentent le tout pour le temps pour les sauver. Faire exploser le stock d’essence permettrait de donner une chance aux survivants de s’enfuir. Mais en pratique, leur voiture ne parvient pas à atteindre son objectif et le duo se retrouve coincé dans la carcasse du fameux hélicoptère du season premiere. Au passage, Fear The Walking Dead distille un peu de gore entre ces quelques rôdeurs explosés sur le pare-brise du pick-up ou encore ce malheureux crâne cisaillé par un rotor.

Après l’échec de cette tentative de sauvetage, retour dans le bunker où les niveaux d’oxygène sont au plus bas. L’épisode saute l’agonie des survivants à cause du manque d’air et nous fait vivre un coup de pression au même titre qu’Alicia. Un premier survivant transformé lui saute dessus alors que son état second ne lui permet pas de résister. Le passage est court mais efficace, grâce notamment à cette image trouble et agitée ainsi qu’à une bande son effrayante. Profitant d’un coup de chance qui élimine la menace, Alicia semble s’évanouir alors que la pression retombe soudainement. Mais le pire reste à venir : en arrière-plan, les cadavres reviennent à la vie et se relèvent. Le plan est classique mais le symbole est fort.

C’est alors que Fear The Walking Dead joue la carte d’un deus ex machina questionnable. Faire mourir Alicia aurait été un choix lourd mais ambitieux pourtant la série ne prend pas ce risque. Au tout dernier moment, alors que la jeune femme se la joue Rambo et rassemble ses dernières forces pour éliminer les rôdeurs, Madison et compagnie arrivent à la rescousse. Sur la forme, j’ai trouvé que tout était expédié voire un peu trop facile. Après une vraie montée en pression, ce relâchement aussi rapide est du plus mauvais effet. Il arrive comme un cheveu sur la soupe et dynamite le réel danger qui pesait sur ce personnage principal.

Même interrogation pour la conclusion de l’épisode. This Land Is Your Land ellipse totalement l’évacuation du ranch qui compte encore des milliers de rôdeurs malgré la diversion de l’explosion. J’ai vraiment du mal à comprendre les équipes créatives qui ont décidément la mauvaise habitude de sous-exploiter des situations qui ont un véritable potentiel.

La petite dernière dizaine de minutes conclut ainsi la storyline du ranch alors que celui-ci brûle en arrière-plan. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle vu l’enlisement des intrigues en son sein après quelques épisodes. Après cet espèce de rite initiatique express qui est venu souligner l’évolution du personnage depuis le début de saison, Alicia décide de faire bande à part et d’aller retrouver l’autre communauté de survivalistes évoquée par Jake la semaine dernière. L’échange avec Madison autour de la survie est fort et la mère de famille laisse courir le risque de perdre ses deux derniers proches.

Les autres échanges ne sont pas tous aussi importants bien qu’il faille noter que Nick a volontairement menti sur les intentions de Troy de détruire le ranch. Le jeune homme reste un atout de choix dans la région et constitue un binôme particulier pour Nick. Le reste du groupe quant à lui, fait demi-tour pour retourner vers le barrage qui, rappelez-vous, est l’objet de toutes les attentions dans la vallée de Tijuana et se voyait voué à une fin explosive.

Ce treizième épisode marque ici le début de la fin de cette troisième saison. Alycia Debnam-Carey se montre à la hauteur des responsabilités qui pesaient sur les épaules de son jeune personnage. Après avoir proposé le faible Burning in Water, Drowning in Flames, la scénariste Suzanne Heathcote propose une intrigue plus ramassée. Pour ce presque huis-clos traditionnel, elle échoue à imposer une certaine ambition et se laisse aller à des facilités scénaristiques (deus ex-machina et ellipses) préjudiciables. La vraie surprise créative vient de Meera Menon, jeune réalisatrice au tout début de sa carrière dont l’expérience principale est le montage du talk-show Larry King Now sur la plateforme Hulu. Elle maîtrise haut la main les passages de pression intense grâce à une vision brute et sombre des événements qui n’est pas sans rappeler le très bon season premiere.

7/10

Bilan

Les quelques facilités scénaristiques font de l’ombre à la réalisation solide de ce presque huis-clos traditionnel qui vient marquer le début de la fin de cette troisième saison.

4 Commentaires

  • Toff63
    Le 08/10/2017 à 15h36

    Que de facilités (Alicia qui sans oxygène rivalise avec les zombies, l'arrivée de Madison), d'inutiles (le passé de personnages secondaires qui ont soit fait la guerre, soit connu le 11 septembre, c'est très redondant et pas forcément passionnant) et d'ellipses (sur les mordus tués, tuant l'aspect tendu du procédé) en effet, gâchant une idée de départ correcte, donnant à Alicia un rôle plus important et tout à fait appréciable.
    Sinon, je regrette que la série adopte un schéma bien conventionnel, où tout le monde meurt sauf les personnages principaux et où tout le monde se sépare 2 secondes après avoir été réunis.
    Enfin, Nick et Troy, c'est vraiment un duo à la noix. Comment trouve-t-il le moyen de rire de leur situation??? Quant à l'hélicoptère, il offre des scènes de zombies bien banales, du gore peu créatif.

    Une bonne idée de départ et une excellente Alicia, mais un scénario multipliant les défauts et ayant du mal à gérer certains personnages (Nick et Troy en particulier). 5.5/10

  • Yazid
    Le 10/10/2017 à 20h39

    Je comprends ton avis plus sévère Toff63. Perso j'ai eu un plutôt bon feeling avec l'épisode et seules les grosses ficelles ainsi que le manque d'audace m'a gêné.

  • Toff63
    Le 12/10/2017 à 10h58

    @Yazid
    En fait je me rends compte que je n'accroche toujours pas aux personnages (à l'exception peut-être d'Alicia), contrairement à ceux de The Walking Dead. Madison est devenue agaçante, Nick est passé du protagoniste à fort potentiel à celui d'acolyte inutile et aucun personnage du ranch ne me plaît, que ce soit les frangins ou bien Otto et les indiens. Je ne parle même pas de Salazar et Ofelia!!!
    Sinon, j'ai vraiment l'impression que la série n'a qu'un schéma en tête, c'est faire une saison un lieu en ne maintenant vivant que les personnages principaux. Travis est le contre-exemple de cela mais en y réfléchissant bien sa mort aura été un pétard mouillé. Tuer un personnage qui devenait intéressant pour ne pas en exploiter les conséquences.... drôle d'idée!!!

  • Yazid
    Le 12/10/2017 à 20h14

    La saison n'est pas encore finie mais je suis tellement déçu que tout le potentiel existant soit gâché...

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

7 votes

Contenu relatif

Fear The Walking Dead
Note de la série :
7.6/10