Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Once Upon a Time (2011) - 7x4 : Beauty

Résumé

A Hyperion Heights, Alice/Tilly cherche à aider Rumple à retrouver la mémoire, alors que Victoria Belfrey fait tout ce qu'elle peut pour l'en empêcher. Les flashbacks, quant à eux, entreprennent de retracer la douce vie de Rumple et Belle à Storybrooke.

7x4 : Beauty © ABC - 2017

Quel bel épisode ! Cela faisait bien longtemps que Once Upon a Time (2011) ne s'était pas montrée aussi bien écrite. En jonglant savamment entre émotion, avancées narratives et références bien placées à l'univers des contes, ce quatrième épisode de la saison s'impose comme une véritable réussite. On pouvait pourtant craindre le pire, à l'annonce du retour d'Emilie de Ravin dans la peau d'une Belle trop aseptisée par des années d'indécisions narratives, mais nous tenons finalement l'un des plus beaux épisodes de la série (tout de même!) L'utilité d'une septième saison ne fait désormais plus aucun doute : elle permet d'achever avec émotion les intrigues rapidement clôturées lors de la sixième saison.

Nous avions donc laissé Rumple et Belle avec leur fils Gideon à Storybrooke lors du season finale de la saison précédente. Et si nous avions retrouvé le Dark One à Hyperion Heights cette année, nous ne savions pas encore pourquoi il s'y trouvait seul. Les flashbacks habituels de la série nous dévoilent donc, cette fois-ci, le quotidien touchant du couple emblématique du show. L'ensemble aurait pu être banal s'il n'avait pas brillament osé se référer au long-métrage d'animation Là-Haut des studios Pixar. Au cœur d'une belle séquence muette – la musique étant le seul ressort narratif avec les images – les deux personnages vivent une vie heureuse dans la maison qu'ils ont construite ensemble, jusqu'au dénouement funeste que l'on pouvait imaginer. Et pour une fois, les maquillages sont soignés, la réalisation est charmante et le fan-service marche à plein régime (on pense notamment à la brève apparition de « l'histoire éternelle » du dessin animé des studios Disney). Cette séquence, magnifiquement menée, nous rappelle également que Robert Carlyle est un très bon acteur, et qu'il porte le show sur ses épaules aux côtés de Lana Parrilla qui se fait très discrète cette semaine (une scène et puis s'en va).
Mais au-delà de sa dimension émouvante, l'épisode maintient le rythme narratif imposé par les trois premiers épisodes en accumulant les révélations cohérentes. Le personnage d'Alice, entraperçu dans le season premiere, prend une place d'importance cette fois-ci, en menant Rumple sur le chemin de la vérité. Si la menace de Victoria Belfrey manque toujours d'efficacité (elle maîtrise Alice avec des pilules d'oubli?), la justesse de Rose Reynolds qui incarne la fille au lapin blanc est à saluer. Les références abondent par rapport au conte de Lewis Carroll et les promesses de belles intrigues à venir devraient être tenues. L'incarnation de ce personnage devrait nous permettre d'oublier l'horrible série dérivée du show, Once Upon a Time in Wonderland.

L'épisode se paye même le luxe d'être raccord avec l'actualité américaine en mettant en scène la soirée d'Halloween à Hyperion Heights. Si cette partie de l'épisode passionne moins, puisqu'elle ne fait guère avancer l'histoire d'Henry et de Jacinda/Cendrillon, elle n'en demeure pas moins rafraîchissante. Même si Storybrooke avait un charme indéniable, il est intéressant de voir les personnages et les thèmes du show évoluer dans de nouveaux décors plus réalistes. Alors qu'à Storybrooke il était difficile d'imaginer une vie au quotidien (dès lors que les personnages ne servaient plus l'intrigue, ils semblaient disparaître), à Hyperion Heights il n'en n'est rien. Tout semble vrai et la série n'en paraît que plus ambitieuse.

Evidemment, tout n'est pas parfait, on doit subir une seconde story-line sur les insatisfactions de Lucy chaperonnée par Ivy (la demi-soeur de Cendrillon) qui permet toutefois de développer ce dernier personnage. De même, les effets spéciaux demeurent perfectibles (le nouveau quotidien de Rumple et Belle est constitué d'innombrables fonds verts) mais l'écriture de l'épisode étant soignée, notre esprit n'en à que faire. Finalement, Once Upon a Time (2011) prouve que peu importe la réalisation de ses épisodes, si l'écriture est efficace, le plaisir est là !

Vous l'aurez compris, « Beauty » est un épisode essentiel, qui doit être vu par tous les fans de la première heure car il amorce la conclusion d'une intrigue trop longtemps étirée. Désormais, Rumple doit trouver celui (ou celle?) qui le sauvera de l'immortalité, pour qu'il puisse rejoindre sa belle dans l'autre monde.

9/10

Bilan

Tout ce que l'on peut attendre d'un épisode de la série d'ABC. De la magie, de la romance et de la cohérence pour un épisode aussi émouvant qu'important sur le plan narratif. Et si cette septième saison se révélait être une parfaite manière de conclure le show ?

1 Commentaire

  • MrFraise
    Le 30/10/2017 à 18h49

    Pour ma part, je me suis énormément ennuyer à regarder cet épisode. Un épisode qui me donne clairement envie d’arrêter la série là. Après je suis bien content que la romance entre Belle et Rumple s'arrête, ce n'est pas comme si cela fait 4 saisons qu'elle aurait du se terminer.
    Après ce n'est que mon point de vu.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

17 votes

Contenu relatif

Once Upon a Time (2011)
Note de la série :
9.1/10