Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Once Upon a Time (2011) - 7x9 : One Little Tear

Résumé

Plus que jamais, Victoria Belfrey est décidée à ramener à la vie sa fille Anastasie, plongée dans le coma depuis de nombreuses années. Mais pour y parvenir, elle doit briser la foi de sa petite-fille Lucy…

7x9 : One Little Tear © ABC - 2017

Après une pause de quelques semaines, Once Upon a Time (2011) reprend l'antenne sur ABC pour deux semaines avant les fêtes. L’occasion de faire pleinement avancer les intrigues mises en place dans le season premiere, sans l'appui de Regina et Henry qui sont partis à la recherche d'un(e) allié(e). Ce neuvième épisode s'intéresse donc à celle que l'on pensait être l'antagoniste de la saison en octobre, Victoria Belfrey mais qui s'était révélée n'être qu'un vulgaire subterfuge pour masquer la vilenie de sa fille. Par un subtil twist inattendu (preuve que la série sait encore surprendre), sa véritable identité prend sens et complexifie l'intrigue en cours. Reste à savoir où tout cela va nous mener, alors que le toutéliage (le fait de lier TOUTES les storylines les unes aux autres) risque à tout instant de faire basculer le show dans l'incohérence qui la caractérise depuis ses débuts.

Les flashbacks de la semaine s'intéressent au conte de Raiponce, très (trop?) remanié pour réellement convaincre. Quelques éléments inhérents au récit d'origine sont présents (les lanternes, la longue chevelure, la tour... et c'est à peu près tout) mais le show doit prendre garde. A trop vouloir réinventer les contes pour se les approprier, les scénaristes risquent de les dénaturer : l'histoire de Raiponce devient surtout celle de Lady Tremaine (la belle-mère de Cendrillon) et celle de Tremaine, une revisite du destin servile de Cendrillon : on pourrait s'y perdre ! Ces réinventions permettent d'éviter les redites avec les saisons précédentes, mais elles ternissent également le personnage de Gothel, pourtant présenté par tous les personnages comme une menace de taille. L'on attend encore de voir cette puissance si effrayante... Pour l'instant, ce personnage est réduit au rôle de faire-valoir d'Ivy à Hyperion Heights.

Tout ce qui entoure la quête de Victoria Belfrey permet donc de redorer le blason de ce personnage si passif depuis le début. Elle en deviendrait presque le personnage le plus intéressant de la saison, c'est dire à quel point cet épisode est important, allant même jusqu'à finaliser l'objectif poursuivi par cette Raiponce mâture. Toutefois, si les retrouvailles entre Anastasie et sa mère étaient attendues, elles manquent d'émotions : les flashbacks n'ayant pas permis d'instaurer une véritable relation entre la mère et sa fille. C'est sans doute le talon d'Achille de cette saison : le cruel manque d'alchimie entre les personnages : qui croit décemment à la relation entre Jacinda et Lucy ? Nous sommes loin de la proximité immédiate d'Emma et Henry en première saison !

Les storylines sont nombreuses et se mêlent aux références du passé : c'est parfois compliqué à suivre mais le contenu se densifie et légitime l'existence d'une septième saison, alors que la foi de Lucy est remise en cause par la perspicacité de Victoria/Tremaine/Raiponce (à ce rythme, les multiples identités des personnages n'auront plus de limites). Le mid-season approchant, les révélations s'amoncèlent, alors que les références truculentes se poursuivent. L'on appréciera la référence qu'Ivy fait à la série Orange is the new black de Netflix, sans la citer, en observant la tenue de détention de sa mère. Avec plus d'irrévérence et de folie narrative, le show d'ABC montre qu'il en a encore sous le capot.

Mais l'épisode ne se cantonne pas à l'avancée de cette intrigue principale puisque les personnages secondaires poursuivent également leurs quêtes respectives et l'absence de Regina et Henry se fait ressentir. Le choix de Dania Ramirez continue à nous questionner dans la peau de Jacinda, alors que les recherches de Crochet deviennent fort ennuyantes : alors qu'il a trois trains de retard par rapport aux spectateurs dans sa quête de réponses, difficile de s'impliquer dans sa mission. Finalement, les faiblesses de l'épisode sont ce qui en fait sa diversité : les quêtes secondaires ennuient plus qu'elles ne dynamisent l'intrigue, alors que le « toutéliage » en cours nous rappelle les heures sombres du show. Le Gardien, Raiponce, Cendrillon, tous ces personnages font finalement partis d'une seule et même intrigue et le gardien a des faux airs de « sauveur » si l'on en croit le discours de Gothel. Difficile de savoir où tout cela nous mènera. Seule l'achèvement de ces nombreux fils narratifs nous permettra d'en juger la qualité.

En somme, un neuvième épisode efficace et surprenant à défaut d'être pleinement clair sur ce qu'il nous promet pour la suite. A trop vouloir surprendre, Once Upon a Time (2011) risque parfois de construire un propos défaillant. Mais une chose est sûre, nous sommes face à une saison cohérente et consistante : fait assez rare pour être souligné !

7/10

Bilan

Un épisode très dynamique qui risque à tout moment de faire basculer les intrigues dans l'incohérence. Mais pour l'instant, cohérence et inventivité sont les maîtres mots de la saison : pourvu que ça dure !

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

11 votes

Contenu relatif

Once Upon a Time (2011)
Note de la série :
9.1/10