Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

The Good Fight - 2x6 : Day 443

Résumé

Récap : Lucca a annoncé la grande nouvelle à Colin. Celui-ci a mis un genou à terre (pour la métaphore) que Lucca a très vite refusé.

2x6 : Day 443 © 2018 - CBS

« Day 443 » est certainement l’un des meilleurs épisodes de cette saison. Sérieusement on est proche de la perfection. Je n’ai pas vu les cinquante minutes passer et j’aurai aimé qu’elles ne s’arrêtent pas. Cet épisode était tellement drôle ! Mais aussi assez déprimant par certains aspects et surtout un bel arc pour le personnage d’Adrian.

Commençons par l’avocat : cet épisode focus sur Adrian permets un vent de fraîcheur dans cette saison mais aussi dans la série car jusqu’à présent, seuls les personnages de Maia et Diane avaient des arcs aussi importants. Ce changement apporte un nouveau point de vue sur certains sujets comme les médias. L’intro de l’épisode est par ailleurs très réussie, Adrian passe de l’ombre à la lumière et peut constater l’hypocrisie mais aussi l’impact d’une caméra sur un visage. Bien sûr, la série choisi une image peu reluisante des médias télévisés qui sans être fausse se concentre tout de même sur le négatif. Mais c’est là tout le but de The Good Fight. Cette hypocrisie, ce racisme à moitié décrié à moitié soutenu, les pots de vin ou accords faits derrière des portes closes sont le nœud de l’arc d’Adrian. A travers lui et par extension Diane, le spectateur peut aussi voir deux voix s’élever contre ces situations. Il y a un aspect cathartique dans cet épisode, quand au bout de quarante cinq minutes, Diane descend un juge en manque d’attention et qu’Adrian humilie les participants d’une émission télé.

Cette scène est incroyable mais aussi très dure car il est difficile en regardant cette deuxième saison de rester positif sur l’avenir de notre société. J’exagère et évidemment The Good Fight critique surtout son propre pays mais tout de même on retrouve des thèmes communs comme c’est fameux débats télévisions où on crie plus qu’on ne parle, où le sujet n’est pas réellement abordé, etc. On a aussi l’aspect du gain et du pouvoir avec le sous arc de la réunion des six. Au final, même si les avocats dénoncent le comportement de Franz Mendelssohn, il n’y a aucune avancée. A la place, Diane et Adrian quittent la table à laquelle ils souhaitaient appartenir. On peut aussi citer l’évolution des personnages : Adrian semble démoralisé à la fin malgré la droiture de son choix, quant à Diane je pense que le spectateur doit s’inquiéter de son état. Je ne pense pas que la scène finale était juste un clin d’œil mais bien une hallucination du personnage : dépression, drogue, burn-out… ? Les prochains épisodes seront très intéressants pour elle.

Un dernier mot sur l’arc de Lucca, les scénaristes ont donc choisi d’intégrer la grossesse de l’actrice en abordant des sujets importants pour une femme. Entre ses supérieurs et Colin, le combat de Lucca pour s’affirmer et confirmer sa place sera de plus en plus dur. Mais alors que je comparais auparavant Maia à Alicia Florrick, j’ai l’impression que c’est le personnage de Lucca qui se rappelle de plus en plus à cette figure emblématique de la franchise. Sa force de caractère impressionne car on sent aussi une certaine fragilité autour du sujet de son futur enfant. Cush Jumbo offre une belle performance. Le personnage de Marissa monte aussi en puissance, dommage que cela soit au détriment de Jay.

PS: 9.8/10

9/10

Bilan

Un excellent épisode. C’est tout. Je ne mets pas 10 parce que j’attends toujours de cette série de monter au cran supérieur. Après tout, elle ne semble pas vouloir négliger sa qualité.

1 Commentaire

  • Toff63
    Le 10/05/2018 à 13h55

    L'épisode vaut majoritairement pour sa critique acerbe des médias modernes, avec des experts qui n'en sont pas, la quête éternelle du buzz, un racisme masqué et peu de fond. Si la série se veut drôle par moments (Adrian et sa découverte des médias, son clash sur le mot négro), comme tu le dis on sent que c'est pour aider à accepter l'évolution négative de notre monde.
    Directement liée à cela, l'affaire de l'incendie d'une maison d'un néonazi n'est guère exceptionnelle sur le fond (la résolution rapide), malgré l'évocation du racisme et des réseaux sociaux, mais la forme est jouissive pour montrer le spectacle que peut être la justice (Adrian fait son show, le juge est tordant à tout expliquer aux jurés).

    Sur le groupe des 6 plus grandes firmes, le piège tendu à Adrian est bien mené, la thématique du traitement des violences policières est solide et l'intervention de Marissa est brillante.

    Enfin, à propos de Lucca, je trouve très intéressant de parler de l'impact d'une grossesse sur la vision que les supérieurs peuvent avoir de la personne enceinte par rapport à son travail. Personne ne remettrait en cause le talent de Lucca en temps normal et tout le monde serait à l'aise avec elle. Là, on sent des doutes sur le management à adopter, on a du mal à parler de cette grossesse à cause des barrières légales et il y aussi une forme d'hypocrisie derrière les félicitations de tout le monde.
    Dans un registre plus léger, l'audace de Lucca au tribunal face à Colin était un grand moment de poilade.

    Un bon 9/10 pour moi.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

11 votes

Contenu relatif

The Good Fight
Note de la série :
9.2/10