Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Arrow - 6x18 : Fundamentals

Résumé

Au plus bas, Oliver se demande s’il a échoué sur toute la ligne – être un père, un maire et un héros. Sa frustration grandissant, Oliver s’en prend à Felicity et à William. Après une visite surprenante d’un vieil ami, Oliver s’interroge sur la prochaine étape.

6x18 : Fundamentals © 2018 - CW

Attention, il faut avoir vu l'épisode avant de lire la critique.

Surprenant, vous avez dit surprenant ? Il est vrai qu'Arrow n'avait pas dévoilé un épisode convenable depuis plusieurs semaines. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer. En effet, Fundamentals avait des qualités scénaristiques indéniables et une idée brillante : le parcours initiatique qu'Oliver doit suivre, alors qu'il est sous l'emprise de la drogue Vertigo. Un parcours qui ramenait sur le devant de la scène Adrien Chase/Prometheus, sorte de conscience tout au long de cet épisode. Cependant, quelques défauts à souligner.

Dans ce parcours initiatique, Oliver est censé apprendre des choses. Mais qu'a-t-il appris mis à part qu'il doit poursuivre sa mission seul pour arrêter Diaz ? Eh bien, pas grand chose puisqu'il campe, à juste titre, sur ses positions. Notamment, celle concernant Laurel Lance et la seconde Team Arrow. Et comment lui en vouloir ? Laurel a fait des caprices pour devenir Black Canary et Curtis, René et Dinah sont partis suite à une crise d'adolescence sans prendre du recul sur la situation. Bref, je ne vais pas revenir sur leurs gamineries désopilantes. Et si toutes ces déceptions lui ont fait prendre conscience qu'il doit donc continuer sa mission seul, quel était le but profond de ce parcours ? Les départs successifs de ses coéquipiers laissent déjà sous entendre qu'il finira seul alors, pourquoi s'acharner à nous le montrer ? N'aurait-il pas été plus sage de ramener des personnages comme Tommy, Moira et pourquoi pas Slade Wilson ? Là, il y aurait eu une véritable envergure dramaturgique. Mais, nous n'allons pas bouder notre plaisir, cette partie de Fundamentals était assez divertissante.

Cependant, je reste toujours dubitatif sur le plan de Ricardo Diaz. Si son objectif de détruire Oliver de l'intérieur est une idée intéressante sur le papier et, comme je l'avais déjà dit précédemment, voir un héros seul, acculé, psychologiquement brisé est ce que je préfère car cela donne toute la dimension au mot héros, la façon dont Ricardo Diaz s'y prend est un peu convaincante. Car en vérité, tout n'est pas véritablement de sa faute. Le départ de Curtis, René et Dinah est plus lié à une attitude enfantine qu'à un véritable plan machiavélique de Diaz, tout comme le départ de Diggle, davantage lié à un comportement qu'à une manipulation mentale de la part de notre grand méchant annuel. Cela aurait été plus subtil si tout venait réellement de Ricardo, lui donnant une vraie crédibilité, que ce dernier a perdu depuis longtemps.
Ok, il a quand même mis en marche des actions efficaces. Prendre la ville de Star City en otage, destituer Oliver de son poste de Maire et donner aux FBI des éléments sur son identité secrète, mais finalement, cela a plus ou moins déjà été vu dans la série. Et on se retrouve donc avec une saison, dont la fin est proche, et où rien de vraiment dramatique ne s'est produit. La faute à des scénaristes qui n'osent pas aller jusqu'au bout des choses. Cette saison aurait pu, en effet, se transformer en The Dark Knight Rises, si ils avaient eu le courage de leurs ambitions. Tout paraît fade dans les plans de Diaz, à tel point qu'on se demande ce qu'il a réellement accomplit en 18 épisodes car, mis à part la corruption de policiers et des membres du Conseil, la visibilité de ses autres actions est nulle. Aucune manifestation dans les rues, les hôpitaux et autres services de la ville semblent fonctionner, aucune persistance dans l'enquête sur Oliver, la loi anti-vigilante semble totalement oubliée, aucun kidnapping pour mettre des pressions psychologiques (le fils d'Oliver...), rien.

Concernant la décision d'Oliver de revenir aux sources, j'ai envie de dire : " Enfin ! ". Mais là encore, ce n'est que de la poudre aux yeux. Je doute, personnellement, que cela dure très longtemps, d'autant que les scénaristes nous ont habitué aux réconciliations et autres embrassades situations ridicules. Mais, je ne serais pas contre si cela durait éternellement. Car si vous me suivez depuis quelques années maintenant, vous savez que j'ai horreur des sideckiks et des partenaires secondaires, qui n'apportent rien aux histoires qu'elles racontent. Malheureusement, le but du Arrowverse étant de mettre aussi en lumière des héros de seconde zone, je ne pense pas qu'Arrow veuille se débarrasser de Mr. Terrific, Black Canary, Wild Dog et Spartan.

6/10

Bilan

En conclusion, un épisode d'Arrow plutôt appréciable qui remet en cause les actions de Green Arrow, mais qui sur le fond, traîne un peu. Nous arrivons au 19ème épisode et, tout semble superflu, tout semble avancer au ralenti pour éviter des conséquences trop dramatiques, qui pourraient choquer les quelques ados sensibles.
Divertissant malgré tout, Fundementals prouve qu'Oliver tient la série à lui-seul, sans personnages/héros secondaires, qui plombent cette série depuis trop longtemps.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

9 votes

Contenu relatif