Critiques

Seriesaddict.fr  par | 2

Fear The Walking Dead - 4x6 : Just in Case

Résumé

Naomi décide d’affronter les fantômes de son passé pour venir en aide aux gens du Diamant.

4x6 : Just in Case © AMC - 2018

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

Le renouveau de Fear the Walking Dead entame déjà son sixième épisode qui calque sa narration sur un schéma auquel nous sommes désormais habitués : la première scène qui a lieu de nos jours sert d’introduction à un long flashback construit de façon à amener à une conclusion de retour dans le présent. Jusqu’ici, les deux timelines ont été alternées de manière à ce que les événements puissent se répondre via une relation de cause à effet.

Restés seuls, John et Morgan tombent sur un Vautour venu désosser une petite station-service déjà pillée : des néons aux câbles électriques en passant par la quincaillerie, tout y est passé. Le pillard manque d’y passer face à la rage du cow-boy qui recherche coûte que coûte sa Laura. Grâce à l’intervention de Morgan, le Vautour s’en tire blessé et prend la fuite. L’épisode en profite pour faire le point avec le reste du groupe, en chemin vers un point de rassemblement des Vautours dans le but de les éliminer. Ce sera tout pour l’introduction de Just In Case qui enchaîne vers les flashback grâce à un simple carton « AVANT ».

Après Laura, Just in Case va continuer de nourrir la caractérisation du personnage de Naomi. Elle décide de retourner dans une zone lointaine dont elle est familière pour apporter des vivres au Diamant. Le bâtiment est infesté de rôdeurs mais renferme bien des trésors entre vivres et mémoires de survivalistes. Mais la mission affecte curieusement Naomi. On comprend rapidement qu’elle a vécu ici même jadis. Les confrontations avec les rôdeurs familiers sont poignantes tandis que les indices de la présence d’enfants viennent étayer l’atmosphère morbide. Cette dernière est d’ailleurs réussie grâce à la mise en scène des lieux soulignée par la maîtrise de la lumière.

Un peu plus tard, Naomi se retrouve piégée par les membres de sa communauté tous transformés. Bien décidée à y rester, elle est sauvée de peu par Victor et Madison à qui elle a fauché compagnie la nuit précédente. Si le sauvetage est correct sur la forme, j’ai été très déçu sur la facilité de celui-ci sur le fond. Quand bien même la lubie d’un personnage vient mettre en danger un groupe, celui-ci sera sauvé. Une sale habitude pour la franchise et un manque d’audace incompatible avec la nouvelle ligne directrice de Fear. Quitte à casser les codes, j’aurai préféré que Naomi se suicide en se jetant dans la marée de zombies par exemple.

Le thème revient autre part dans l’épisode entre Strand et Madison. Confrontée à l’égoïsme de survie de Victor, cette dernière qui prône désormais le pardon et l’altruisme assume ses choix. C’est l’occasion d’en savoir –enfin- davantage sur les événements du barrage. On apprend que la mère de famille a sauvé tout le monde, le traitre Strand y compris, après l’explosion et l’inondation. Bien que louable, cette philosophie risque bien d’être fatale en ces temps de fin du monde.

Il ne faut pas attendre longtemps pour que Just in Case révèle le sort du lieu. Une communauté, comme partout ailleurs, s’y est installée dans l’espoir d’un avenir meilleur. Au fil du temps, ses membres avaient assez de compétences pour survivre en autonomie. Alors qu’ils étaient prêts à gérer n’importe qu’elle menace extérieure, ils ne s’attendaient pas à ce que le danger vienne de l’intérieur. C’est Naomi qui, dans un témoignage émouvant, raconte la perte de la communauté. Dans l’espoir de trouver un traitement pour sa petite fille malade, elle dissimula celle-ci dans un coin isolé sans prévenir les autres. Mais le temps a joué en sa défaveur et la fille s'est transformée après avoir succombé à sa maladie. C’est ainsi que les autres ont été peu à peu infectés, pris au piège dans le bâtiment barricadé.

Naomi consent à revenir au Diamant qui dispose désormais de quoi relancer son autonomie de survie. Et c’est là que Fear the Walking Dead dérape. Les minutes qui suivent sont d’une incompréhensible bêtise doublée d’une facilité affolante. De retour au Diamant, les Clark et compagnie se permettent de narguer les Vautours en détaillant le fruit de leurs trouvailles. Le leader des rapaces, Mel, ne trouve rien de mieux à faire que de mettre en garde Madison puis de plier bagage. Tout ça pour ça. Plusieurs épisodes de siège psychologique pour finalement capituler au moindre revers ? Pourquoi les assiégeurs n’osent pas s’emparer de la marchandise ? Les Vautours menaçants passent pour de réelles poules mouillées. Fear devra absolument corriger cette sortie de route au risque de dynamiter toute l’audace et le renouveau qu’elle vient de semer.

Sur cette mauvaise note finissent les flashbacks qui nous renvoient à « APRÈS ». Au point de rassemblement des Vautours, le trio Alicia-Luciana-Victor accueille difficilement la grâce que Morgan a accordée au Vautour du début d’épisode. Mais comme je l’ai évoqué précédemment, ces choix sont souvent dangereux. Débarque ainsi le convoi des Vautours piloté par un Mel bien décidé à en découdre. Le glaçant échange de condoléances entre ce dernier et Alicia marque le début d’un affrontement tendu, armes prêtes à faire feu. La prévisible intervention de Morgan pour calmer les choses nous interroge sur le rôle du personnage trop cantonné à la neutralité.

Malheureusement Just in Case ne parvient pas à réellement figurer ce point de basculement crucial qui pourrait faire que la situation devienne un carnage. Que ce soit sur le fond avec les courts dialogues ou sur la forme avec la mise en scène et la musique, le résultat est bien trop fade. Le climax de l’épisode fait lui aussi l’effet d’un pétard mouillé. L’arrivée de Naomi/Laura aux côtés des Vautours ne nous emballe pas comme il devrait le faire. Le dernier plan de l’épisode n’a quant à lui aucun sens : touché par un tir d’Alicia en voulant protéger Laura, John finit sur le sol sans que personne ne lui vienne en aide alors que la caméra s’éloigne lentement de lui.

Ce sixième épisode se termine donc avec un arrière-goût amer dommageable. S’il est bon dans les grandes lignes, le scénario de Richard Naing pêche par des détails bâclés et une tendance à user de grosses ficelles dispensables. Collaborateur en salle d’écriture depuis le début de saison, le jeune scénariste bafoue quelque peu l’esprit de cette nouvelle saison. À l’image, la réalisatrice Daisy von Scherler Mayer propose une copie correcte dans la lignée du cahier des charges de cette saison. On aurait espéré un peu plus de vie et d’enjeu pour cet épisode qui lève petit à petit le voile sur les relations entre les Vautours et le Diamant. Il aura néanmoins eu le mérite de placer le personnage de Naomi sur le devant de la scène grâce à une écriture soignée du personnage appuyée par la prestation de Jenna Elfman.

5/10

Bilan

Légère sortie de route dans la montée vers le mid-season finale avec cet épisode inégal aux choix scénaristiques questionnables.

2 Commentaires

  • Toff63
    Le 05/06/2018 à 14h12

    Par certains aspects, j'ai retrouvé le Fear The Walking Dead ennuyeux des saisons 2 et 3, avec notamment la trame de Naomi qui tarde franchement à se décanter. Heureusement, les révélations sont plutôt fortes (la fille de Naomi qui s'est transformée et a tué tout le monde) et inattendues, et la grosse scène avec les zombies fait son effet.

    Sinon, je n'ai pas été franchement emballé par la narration de cet épisode et tout ce qui concerne Morgan, John et cie. Comme tu le dis dans ta critique, il y a des séquences assez ridicules avec les Vautours et Madison, et un sentiment de "Tout ça pour ça" très frustrant!!! 5/10

    Après un début de saison canon, la série semble retomber dans ses travers et a du mal à gérer tout ce qu'elle a introduit, ayant encore beaucoup de mystères à révéler.

  • Lexaa
    Le 23/06/2018 à 11h10

    Merci pour ta critique !
    Pour la première fois je suis vraiment en désaccord avec toi :
    évidemment que les vautours ne cherchent pas à prendre la nourriture c'est le principe même de leur groupe. Sinon on aurait vraiment eu un Negan 2.0 et quel est l’intérêt ? Les Vautours pillent. Et là ils ont perdus. Mais ce qui rend la chose encore plus intéressante puisque le spectateur connait la fin de l'histoire. Les flashback nous présentent un happy ending dans cet épisode qui est d'avance voué à l'échec.
    Ensuite j'ai apprécié le sauvetage de Naomie parce que justement je m'attendais à son suicide ou du moins sa mort. Après je comprend ce que tu dis dans l'idée même de la série il faut prendre des risques et rester réaliste. Oui mais dans ce cas on a un personnage qui meurt par épisode...
    Pour finir j'ai beaucoup aimé la fin parce ce que je ne m'attendais pas à reconnaître la voix de Naomie et la réaction d'Alicia était bien joué. Et pour John on voit tout de suite Naomie appuyer sur la blessure...
    8/10 pour moi, en particulier pour la réalisation très sympa comme tu l'as souligné

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

6 votes

Contenu relatif

Fear The Walking Dead
Note de la série :
7.6/10