Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

The Good Fight - Bilan saison 2

Bilan saison 2 © 2018 - CBS

Après une première saison marquée par son ton acerbe sur la politique de Donald Trump, la série avait deux choix : enfoncer le clou ou prendre une nouvelle direction. Mais après des mois difficiles pour une partie de la société américaine, je pense que Michelle et Robert King avaient besoin d’utiliser The Good Fight comme une arme. Cela se sent dans le scénario et les thèmes choisis. Pour autant, cette deuxième saison se démarque aussi par des épisodes proches de la perfection avec notamment une réalisation peut-être supérieure à l’année dernière. On peut aussi noter des nouvelles dynamiques grâce à l’arrivée de Liz ou l’amitié entre Marissa et Maia. Malheureusement celle-ci est aussi le défaut majeur de la saison et cela de manière assez inexplicable.

Commençons donc par ce problème qui mérite son paragraphe car il est non seulement récurent tout le long de la saison mais il y a de réels mauvais choix de la part des scénaristes (et la production). Pourtant l’idée de base était intéressante : Maia a des problèmes de couple avec par-dessus une non existence au travail depuis le procès de ses parents. On aurait pu voir un personnage déprimé, dépassé par des événements très dur qui ont conduit à l’éclatement de sa famille. On aurait pu voir un couple qui se serre les coudes ou contraire se détruit après ce genre d’épreuve. A la place, nous avons eu le fantôme d’un personnage principal qui na plus aucun arc scénaristique après les deux premiers épisodes. Pire que cela nous tombons dans des clichés en rapport avec sa sexualité et le spectateur peut même oublier à la fin de la saison que Maia est avocate…Bref c’est un déception qui ne s’explique pas et qui ne peut être rattrapée malgré tout le talent de Rose Leslie.

Heureusement il y a tout le reste ! Cette saison voit briller Christine Baranski qui délivre de merveilleuses performances toute la saison. Delroy Lindo travaille aussi sur son personnage grâce à des arcs importants. Si l’histoire autour des meurtres à apporté un bel impact je reste déçue de son dénouement un peu trop simpliste. J’ai préféré le fil conducteur de la première saison avec le scandale Rindell.

Les scénaristes ont surtout réussi (à quelques exceptions) à aborder de nombreux sujets de société certes à majorité politiques mais aussi sociaux et culturels. Je pense qu’il est important en tant que spectateur d‘accepter que l’essence de la série reste un pamphlet de la politique de Trump. C’est une prise de position assumée par la production. Après je pense que contrairement à la première saison cette critique est parfois poussée jusqu’à la caricature. C’est un choix pour aussi montrer un aspect proche de la folie de la nouvelle société américaine. Par ce prisme politique la série aborde de nombreux thèmes en particulier le mouvement #metoo qui est découpé sous toutes ses formes. C’est l’une des grandes qualités de cette saison car elle autorise de nombreux points de vues et donc un dialogue ouvert sur un thème parfois difficile d’accès

Note : 8.8/10

9/10

Bilan

Une excellente saison encore une fois sous le signe de la critique Trump. Bravo à Christine Baranski qui mérite beaucoup de statuettes pour son dévouement au personnage de Diane. Un défaut seulement sort du lot et gâche l’ensemble du tableau. Vivement la saison 3 !

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler