Critique Pose - 1x6 : Love is the Message - Series Addict



Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Pose - 1x6 : Love is the Message

Résumé

Alors que Patty Bowes confronte la maîtresse atypique de son mari, Pray Tell découvre encore un peu plus la dureté des soins intensifs en accompagnant son petit ami dans ses derniers instants...

1x6 : Love is the Message © FX - 2018

Janet Mock à l’écriture et à la réalisation ? Il n’en fallait pas plus pour espérer un épisode fort en émotions. Pour une première expérience derrière la caméra, la scénariste désormais réalisatrice s'en tire avec les honneurs. L’épisode précédent misait sur les relations métaphoriques entre les personnages, ce sixième épisode fait, quant à lui, le choix des sujets lourds. Abordé frontalement, le VIH plane au dessus des personnages jusqu’à l’issue fatale mais attendue de l’un d’entre eux. Pose continue son bout de chemin avec grande intelligence à l’heure où les shows TV délaissent parfois trop le fond au profit d’une forme clinquante. Véritable leçon d'Histoire queer, le show redore le blason d'une Amérique de plus en plus conservatrice...

Nous avions été laissés sur notre faim par un léger cliffhanger la semaine dernière, et nous assistons enfin à la confrontation mesurée entre Angel et Patty avant le générique. La série peut compter sur la justesse d’interprétation de ses acteurs pour faire passer un message clair : Kate Mara se pare d’une mesure qui lui fait pourtant souvent défaut. Preuve s’il en fallait qu’il s’agit d’une très bonne actrice ! Son calme olympien face à la situation apocalyptique qu’elle vit est parfaitement approprié. Son personnage s'étoffe petit à petit, alors que son mari se désagrège psychologiquement en voyant ses secrets être révélés au grand jour.

L’épisode légitime enfin la présence du couple Patty-Stan en abordant avec justesse leur relation, mais surtout l’indécision subie de Stan. La séance de psychanalyse au cours de laquelle le mari est accusé et questionné sur sa sexualité est portée par le jeu tragique d’Evan Peters. Une occasion rêvée pour lui de s’éloigner des rôles obscurs auxquels il est habitué dans la série mère de l’univers de Murphy. Pose ne serait pas la même si elle ne pouvait se reposer sur des interprètes brillamment incarnés par une ribambelle d'acteurs sur lesquels il faudra désormais compter !

Ensuite, l’épisode s’intéresse principalement à la déchéance de Pray Tell, aux côtés de son petit ami mourant. Les murs froids et austères de l’hôpital, renforcés par les mouvements de caméra rectilignes, colorent les propos pessimistes du personnage avec efficacité. L’idée de proposer un divertissement musical à l'étage des soins intensifs est ainsi plus évidente aux yeux du spectateur également refroidi par l’univers déprimant de l’hôpital. C’est avec une sincérité touchante que Billy Porter et M.J Rodriguez se lancent dans une reprise émouvante du titre « Home » du musical « The Wiz » pour crier leur dévouement à la vie. La voix masculine de Rodriguez surprend avant de prendre aux tripes : tel un reflet de la transidentité de son interprète, Blanca se met à nu devant des patients voués à disparaître.

Par ailleurs, le scénario évite le surplus de sentimentalisme en opérant une subtile ellipse après le décès de Costas. Point de voyeurisme morbide, Pose se tourne vers la nécessaire célébration de la vie qu’embrasse Pray Tell après avoir touché le fond. Même si ce ressort narratif peut paraître brutal, il n’en demeure pas moins louable puisqu’il évite la complaisance lacrymale. « Love is the message », le titre de l'épisode qui est aussi le titre musical passé en boucle par Pray Tell pour surmonter la perte d'un être cher, est un hymne à l'optimisme.
En somme, un bel épisode, évidemment trop court, qui s’attarde sur les blessés de la vie. La complexité des personnages évite de les cantonner à des cases (même si le personnage de James Van Der Beek manque cruellement de développement et d'épaisseur). Et dire qu'il ne reste déjà plus que deux épisodes cette année...

Heureusement, nous retrouverons ces personnages dès l'année prochaine, FX ayant enfin commandé une deuxième saison : on peut désormais souffler et se réjouir. En plus d'être une excellente série mêlant les registres avec brio, Pose est plus que jamais nécessaire à notre société. La jeune génération doit se souvenir des dégâts du VIH à la fin du XXème siècle...

9/10

Bilan

En musique, ce sixième épisode d’une saison brillante continue d’illuminer des parcours torturés avec sincérité. C’est beau, c’est intelligent, c’est étincelant.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

3 votes

Contenu relatif