Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

The 100 - Bilan saison 5

Bilan saison 5 © 2018 - CW

Avec du recul, la saison 5 est clairement un adieu à la naissance de la série, ce qui la fait connaître, l’histoire qu’elle a développé au fil des années… Un livre se ferme pour laisser place à un renouveau de la série. Dans l’ensemble cette cinquième saison était bien mieux réussie que la précédente : il n’y a pas de mauvais épisodes. Il y a des idées et du rythme. Les premières ne sont pas toujours explorées et le second empiète parfois sur le scénario. Mais on sent que la production a tenu jusqu’au bout sa fiche de route et que les réalisateurs ont trouvé du plaisir derrière la caméra.

Entre divertissement et drama, cette saison impose son esthétique. Un rythme rapide et percutant pour mieux souligner la sensation d’urgence qui ne quitte jamais les personnages. Cette saison permet aussi d’explorer une dernière fois je suppose des thèmes présents depuis la première saison et d’apporter des points de vues concrets. Cela fonctionne pour une vision d’ensemble en particulier sur les sujets moraux tels que la nature humaine ou l’homme en tant que parasite sur Terre. Mais dans le détail, on se retrouve avec les mêmes situations, les mêmes conversations, les mêmes évolutions aussi… Tout semble se répéter et il faut que la série cherche des contextes très particuliers pour s’approcher d’une certaine originalité. Je pense à l’arc d’Octavia mais aussi l’idée de rendre Dyoza enceinte. L’actrice l’était vraiment (elle l’a découvert la veille du premier jour de tournage) mais du coup cela a changé l’écriture du personnage. Pour le coup cela fonctionne à merveille puisque Dyoza obtient une nuance dans son caractère qui l’éloigne de la case « méchante ». Mais cette saison ne brille pas par son scénario, la seule différence avec les années précédentes est que la Terre ne sera plus un terrain de jeu.

Certains arcs auraient pu avoir tellement de potentiel, comme l’addiction d’Abby. Mais la production a fait le choix de l’action et je pense que si l’arc d’Octavia n’existait pas, cette saison aurait été d’une superficialité à mourir. Car d’autres histoires méritent l’attention du public mais elles sont soit gâchées par des problèmes d’écriture soit par le temps. Par exemple, Clarke et son rôle de mère : il faut attendre la fuite de Polis pour que la relation mère/fille deviennent importante. Et encore, sans flashback j’ai trouvé que cet arc reposait surtout sur quelques répliques ciblées et le jeu des actrices. Il y a Bellamy aussi qui assassine une femme d’une horrible manière pour atteindre son but. Mais qui par la suite refuse de comprendre les motivations de sa petite sœur… après qu’il l’ait empoisonnée. Pour moi, le rythme qui se veut efficace nuit à l’écriture des personnages car dans le fond il y a peu de dialogues importants cette saison. On peut noter quelques tirades ou répliques par ci par là mais très peu de réels échanges. Je pense à Bellamy/Octavia mais aussi Bellamy/Clarke ou Octavia/Madi.

Et ne parlons pas des personnages secondaires. Entre Raven qui existe simplement pour une histoire d’amour forcée, Murphy qui ne vaut que pour des répliques comiques et Kane dont l’arc scénaristique n’a aucune logique... Au secours. Comment Echo qui est apparu sur le devant de la scène à la saison précédente peut avoir plus d’utilité et d’importance que Raven ?! Alors j’aime beaucoup le personnage et l’actrice, Tasya Teles, a une présence charismatique à l’écran. Mais en un sens il aurait été plus juste que Raven possède un arc intéressant cette saison plutôt qu’Echo. Il faut attendre littéralement le dernier épisode pour que Monty et Harper obtiennent leur moment de gloire.

La grande qualité de cette saison à mes yeux est l’arc d’Octavia et la performance de Marie Avgeropoulos. Celle-ci a tout donné dans chacune de ses scènes. Son jeu répond très bien à l’histoire de son personnage : on passe de l’incompréhension au mépris, de la colère à la pitié en tant que spectateur. Octavia est le centre de cette saison car il réunit aussi de nombreux thèmes philosophiques qui sont chers à la série tels que la survie, être un leader ou tout simplement un être humain. Si la fin de la saison offre un début de rédemption, j’ai apprécié le fait que tout ne soit pas oublié et que l’arc débute à peine en quelque sorte.

Le reste du cast offre aussi de belles performances comme Eliza Taylor qui prend à cœur son rôle de maman ourse. J’avais été très déçue par son jeu l’année dernière donc c’est avec plaisir que je retrouve des émotions chez l’actrice. Il y a la petite nouvelle bien sûr en la personne de Lola Flanery. Il ne devait pas être simple de jouer Madi avec aussi peu d’informations sur son passé. Dans l’ensemble, l’actrice effectue un bon boulot et donne envie de voir son personnage évoluer.

Enfin, on peut noter la bande son qui est assez inexistante cette année. Tree Adams a réalisé seulement cinq thèmes cette saison qui ne sont pas aussi marquant que ceux de la troisième. J’ai été très étonnée de ne trouver aucun thème officiel pour BloodReina par exemple.

PS : ce sera un 7.8/10 pour moi. Je serai montée jusqu’à 8 si ce n’est pour le traitement inexistant des personnages secondaires. Aussi, désolée pour le retard j’ai eu des problèmes d’ordinateur.

7/10

Bilan

Cette cinquième saison fait le travail. Elle n’est pas parfaite mais meilleure que la précédente. Elle manque de profondeur mais le spectateur ne s’ennuie pas. Les acteurs offrent de belles performances et certaines scènes réussissent à marquer de leur empreinte cette saison. Une page se tourne car comme annoncé par la production, la saison 6 démarrera sur de nouvelles bases et je pense que le pari est réussi pour Jason Rothemberg.

1 Commentaire

  • Madmike
    Le 01/09/2018 à 12h54

    D'accord avec une chose : bien meilleure que la saison 4.
    Et cette fin est particulièrement intéressante et annonce une suite bien plus SyFy...vivement 2019 !

Ajouter un commentaire







 Spoiler