Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

American Horror Story - 8x2 : The Morning After

Résumé

Avec l'arrivée de Michael Langdon au sein du bunker rassemblant des survivants hystériques, les rancoeurs de chacun se renforcent et mènent à d'inévitables tragédies tandis que les secrets les plus enfouis refont surface.

8x2 : The Morning After © FX - 2018

Dire que le season premiere fut une déception est un euphémisme. Décousu, nébuleux et tragiquement ennuyeux, il n'avait pas su se démarquer par rapport aux débuts de saisons précédents. Fort heureusement, ce deuxième épisode est un peu plus rassurant, bien qu'il manque toujours d'inventivité et de dynamisme pour pleinement convaincre. S'installant dans une routine contraire aux principes anthologiques du show, cette huitième saison d'American Horror Story risque l'épuisement d'une recette sur-exploitée. A moins que la narration ne se décide enfin à oser prendre des risques !

En huis-clos, l'Apocalypse imaginée par Ryan Murphy, Brad Falchuk et leur équipe prend forme. Etouffante, l'atmosphère prodiguée par les espaces symétriquement cloisonnés du décor unique s'accorde parfaitement aux rancoeurs grandissantes des personnages. Cette fois-ci, le personnage d'Evan Peters se densifie par le biais de sa relation conflictuelle avec sa grand-mère. Focalisée sur ces deux êtres épris de haine, l'intrigue de l'épisode installe le nouveau venu, Michael Langdon, comme le catalyseur des tragédies. Interprété avec une délicieuse froideur par Cody Fern, qui semble prendre un malin plaisir à incarner une entité diabolique, ce personnage est probablement ce qui manquait le plus dans l'épisode précédent. Son omniprésence pousse les personnages à agir avec inconscience, à l'image de la furie vengeresse de Gallant (Evan Peters) dans la dernière séquence de l'épisode qui devrait avoir de terribles répercussions sur la suite de la saison. L'occasion pour l'acteur de se montrer moins caricatural que dans le premier épisode (et de confirmer, par là-même, son talent).
Cette intrigue est également l'occasion pour les scénaristes de glisser une nouvelle référence à la première saison du show : l'homme en latex. Pour l'instant, il se résume à des mirages et des mystères non dévoilés, mais le spectateur aguerri sait qu'il a un lien évident avec Langdon, engendré par ce fameux personnage silencieux. D'épisodes en épisodes, le cross-over tant attendu entre plusieurs saisons devrait prendre forme. L'avenir nous dira s'il s'agissait d'une idée purement marketing ou d'une brillante idée scénaristique. Mais il reste difficile d'imaginer que tous les personnages pourront exister dans l'intrigue avec le retour prochain de nombreux autres personnages passés... Nous ne savons toujours rien du personnage d'Adina Porter, tout comme celui de Billie Lourd.

A côté de cette intrigue riche en mystères suffocants, les deux tourtereaux présentés dans le season premiere bafouent les règles instaurées par Venable qu'ils savent être un imposteur. D'ailleurs, ce personnage incarné par Sarah Paulson gagne en épaisseur, alors que son autorité est mise à mal par les convives hébergés sous le toit qu'elle s'est appropriée et par Langdon, fin connaisseur de ses intimes secrets. La révolte affirmée des deux personnages ayant succombé au péché de chair promet une nouvelle intrigue : l'expédition à l'extérieur du bunker.

Malheureusement, la saison ne comptant que dix épisodes (apparemment), on ne peut que regretter le caractère futile de certaines séquences, allant à l'encontre de l'intensité d'autres rencontres entre les personnages. Le tête-à-tête entre Gallant et Langdon est intense, tout le contraire des discussions trop ancrées dans la pop culture des autres personnages dans le salon commun (le personnage de Leslie Grossman est définitivement insupportable). En quarante minutes, l'épisode ne raconte finalement pas grand chose alors que les personnages ont probablement beaucoup d'enjeux à dévoiler. Dix-huit mois se sont déjà écoulés dans le temps du récit alors que les spectateurs n'assistent au quotidien des personnages que depuis deux épisodes de quarante minutes à peine : c'est bien trop peu pour rendre palpable le quotidien fait d'ennui de ces êtres désabusés.

En somme, ce deuxième épisode réussit là où le précédent a échoué. En dévoilant quelques secrets originaux (le corps androïde de Mme Mead en cliffhanger de fin d'épisode ou la colonne désaxée de Venable) au contact d'un antagoniste glacial, la saison promet enfin quelques intrigues inspirantes. Mais l'équipe créative ne doit pas se reposer sur un décor anxiogène pour créer l'horreur pourtant vantée par le titre de l'anthologie. Quelques serpents ressuscités et autres flaques de sang ne suffisent plus à surprendre un spectateur maintenant bien habitué des ressorts narratifs du show. Peut mieux faire, donc !

7/10

Bilan

Les mystères s’épaississent et densifient le propos jusque là trop restreint de cette nouvelle saison. Si l'ensemble manque encore de diversité pour réellement convaincre, les cliffhangers en fin d'épisode promettent enfin l'arrivée de nouvelles intrigues dynamiques !

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

10 votes

Contenu relatif

American Horror Story
Note de la série :
9/10