Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

American Horror Story - 8x8 : Sojourn

Résumé

Esseulé par la mort de Mme Mead, sa guide spirituelle, Michael Langdon entreprend de la ramener auprès de lui en s’aidant d’une secte satanique.

8x8 : Sojourn © FX - 2018

Et patatras ! Après quelques épisodes aussi réjouissants que cohérents, American Horror Story nous inflige un épisode expéditif et ennuyeux. En seulement trente sept minutes, les scénaristes auront donc cédé aux sirènes de la facilité. En enfonçant des portes ouvertes et en accueillant encore de nouveaux personnages, la saison s’engage sur une voie décevante loin des promesses des épisodes passés. Retour (rapide) sur un échec narratif.

Le ratage est relatif parce que l'épisode maintient la cohérence narrative instaurée cette année tandis que Langdon cherche un moyen de donner un sens à sa vie face au mutisme de son père diabolique. Malheureusement, tout ce qui se passe a l’écran se révèle anecdotique et répétitif. Après la secte présentée dans l’épisode six - et qui suffisait largement pour aborder l'avènement de l'Antéchrist - les scénaristes en dépeignent une seconde grand guignolesque portée par l'exubérante Sandra Bernhard. Point de subtilités cette fois-ci : des dialogues jusqu’aux situations, tout est exagéré. A l'image des messes noires célébrées par cette prêtresse obnubilée par les péchés. On peut également compter sur les deux scientifiques ridicules apparaissant en fin d’épisode (campés par Billy Eichner et Evan Peters affublés de perruques ridicules) pour nous abreuver de répliques lourdes et terriblement ancrées dans notre modernité (il y est question de Zuckerberg, de Rihanna, d'Elon Musk et d'autres encore). En ce sens, la saison aura bien du mal à prétendre à l’universalité. Cette huitième saison dépeint notre monde contemporain et seulement ce monde-là : difficile d'imaginer que la saison sera encore appréciée dans quelques années tant elle s'ancre dans une réalité déjà dépassée.

La réalisation fait évidemment son office à grands coups de chants latins et autres plans banalement iconiques (les contreplongées sur Cody Fern n’en finissent pas) mais tout ce qui est raconté n’avait pas besoin de l’être tant les implicites ayant précédé suffisaient. La narration semble prendre le spectateur pour un idiot. Était-ce nécessaire de passer un épisode entier sur le retour de Miriam Mead ? Non. Était-ce nécessaire de renforcer le culte autour de Langdon ? Non, si ce n’est pour le plaisir de retrouver l’actrice Harriet Sansom Harris dans la peau d’une fanatique matérialiste aux ambitions infernales. Définitivement, l'épisode accumule les séquences dispensables à l'exception du retour de Venable, enfin reliée aux intrigues développées depuis le début des flash-backs dans l'épisode trois. Une consolation bien maigre dans un océan de choix douteux. Ni horrifique, ni comique, l'épisode échoue là où les précédents déployaient une vague d'émotions.

En somme, à deux épisodes du final de la huitième saison, l’équipe créative frustre ses spectateurs avec un épisode tout juste passable qui oublie d’apporter quelque chose à l’intrigue générale. C’est d’autant plus dommageable qu’il semble difficile de conclure toutes les intrigues en place en deux épisodes. Serons-nous frustrés une fois encore par la conclusion d'une saison d'American Horror Story ? Une critique anormalement courte pour un épisode tragiquement vain.

5/10

Bilan

Un épisode globalement ennuyeux qui perd du temps en développant des intrigues déjà comprises. Assurément le maillon faible de cette saison, avant le retour d'une bataille tant attendue entre les sorcières et l'Antéchrist.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

6 votes

Contenu relatif

American Horror Story
Note de la série :
9/10