Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

American Horror Story - 8x9 : Fire and Reign

Résumé

De nouveau réuni avec Mme Mead, Michael Langdon prépare l’apocalypse qui le débarrassera enfin des sorcières et leur Suprême, Cordelia. C'était sans compter l'esprit auto-destructeur des Hommes.

8x9 : Fire and Reign © FX - 2018

Sur la lancée du huitième épisode très anecdotique, American Horror Story déçoit encore avec un nouveau jalon dispensable. En se concentrant uniquement sur l’origine de l’Apocalypse au détriment de ses répercussions, la saison n’aura finalement pas été si intéressante que prévue. Pire encore, cet épisode complexifie inutilement le propos en apportant de nouvelles intrigues censées justifier certains choix narratifs. Alors que l’on pensait retrouver le brio des premières saisons avec cet Apocalypse, il n’en sera manifestement rien. Après une introduction laborieuse, la saison aura réussi à se hisser au plus haut avant de chuter avant la ligne d’arrivée. Quel dommage !

Petite amélioration par rapport à la semaine dernière, les scènes gênantes et anecdotiques alternent avec des séquences plus intenses en émotions. Ainsi, les deux scientifiques interprétés par Evan Peters et Billy Eichner (qui font ce qu'ils peuvent avec de tels personnages) font partie des personnages les plus mauvais de toute la série, même si le scénario tente de les ériger en génies du mal manipulant l’Antéchrist. L’idée n’est pas mauvaise : Michael n’est finalement pas si méchant que ça mais est perverti par les gens qui l’entourent et sa supposée prédestination. Malheureusement, les bonnes idées n’ont pas toujours un grand intérêt à l’écran et la dernière scène, en simulacre de conseil Illuminati tient plus du ridicule qu’autre chose. Ces deux scientifiques ridicules permettent évidemment de raconter l’origine du bunker, théâtre des intrigues des trois premiers épisodes, et notamment le rôle de Venable en son sein, mais était-il vraiment nécessaire de leur consacrer autant de temps à l'écran ? D'autant plus que l'horreur est aux abonnés absents depuis quelques épisodes... Un comble, pour une série censée être horrifique !

Les bons moments de l'épisode sont plutôt à trouver du côté des sorcières, injustement massacrées en une séquence trop vite expédiée. Comme à son habitude, la série perd son temps sur des séquences dispensables et bâcle les évènements les plus intéressants. Et ne parlons pas du retournement de veste improbable de la nouvelle reine des sorcières vaudou dans laquelle Adina Porter se glisse non sans stéréotypes (comment pourrait-il en être autrement vu le peu de temps qu’on lui accorde à l’écran ?). Le plaisir du visionnage est plutôt à trouver du côté de la relation émouvante entre Myrtle Snow et Cordélia, entre une fille et sa mère d’adoption. Sarah Paulson est décidément plus à l’aise dans la peau de la Suprême que dans celle de Venable, quelque peu stéréotypée. Malheureusement, les séquences émotions ne suffisent pas à faire oublier les égarements narratifs d’une saison en quête de liens superficiels avec l’Histoire.

Que viennent faire les Roumanoff ici ? En casant grossièrement le personnage historique d’Anastasia, les scénaristes montrent qu’ils se moquent du peu de cohérence de la saison, seulement pour rendre vraisemblable la capacité de voyager dans le temps de Mallory (une manière de nous préparer au retour dans le passé annulant la naissance de l’Antéchrist ?) Les scénaristes amorcent encore l’introduction de nouveaux personnages alors qu’il serait temps qu’ils concluent le destin de ceux qui ont déjà été présentés. Depuis quelques saisons déjà, American Horror Story ne parvient pas à se contenter de ses personnages et ses intrigues et se sent obligée de complexifier inutilement ses fils narratifs à la veille du grand final. Cette huitième saison ne déroge pas à la règle.

En somme, un avant-dernier épisode qui inquiète plus qu’il ne rassure. Même s’il demeure plus intéressant que le précédent grâce à l’émotion qui en ressort, il reste difficile d’imaginer que la saison obtiendra une conclusion satisfaisante tant les personnages et les intrigues sont encore nombreux à l’aune du season finale. Comme d’habitude, American Horror Story risque de s’achever dans la frustration, et c’est fort dommage !

Un épisode qui mériterait plutôt un 5,5/10...

6/10

Bilan

Un avant-dernier épisode anecdotique qui alterne les séquences efficaces et les instants décevants. Un résultat en demi-teinte, à la veille du grand final.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

3 votes

Contenu relatif

American Horror Story
Note de la série :
9/10