Critiques

Seriesaddict.fr  par | 2

The Good Fight - 3x2 : The One Inspired by Roy Cohn

Résumé

Récap : Maia 2.0 fait son entrée. Kurt travaille pour la famille Trump. Diane a atteint sa limite. Lucca a une proposition.

3x2 : The One Inspired by Roy Cohn © 2019 - CBS

The One Inspired by Roy Cohn est un épisode complètement fou et complètement génial avec l’entrée de Roland Blum joué par Michael Sheen (Masters of Sex).

Généralement je critique l’excès. Donc dans cette logique je devrai écrire un paragraphe sur le sur-jeu de Michael Sheen et la caricature de son personnage. Pourtant j’étais à fond de la première à la dernière scène. La performance de l’acteur aide beaucoup : sa gestuelle et sa voix en particulier imposent immédiatement une présence. Je doute que le scénario apporte une profondeur au personnage. Dans sa démesure, le personnage exprime une vision du système judiciaire corrompu, ici par un avocat mais l’année dernière les scénaristes avaient créé un juge spécial Trump. Roland s’érige en tant qu’antagoniste parfait pour The Good Fight. Ce n’est pas la première fois que la série aborde ce thème mais dans cet épisode, elle le relie à deux arcs :

- Celui de Maia qui doit trouver sa place en tant qu’avocate mais aussi choisir comment évoluer dans un métier de plus en plus complexe. Va-t-elle céder à Roland ? Ou au contraire exprimer une force de caractère ? Elle commence dans cet épisode mais je dois avouer que l’idée d’une dark Maia est aussi très intéressante. L’alchimie entre les deux comédiens permet de créer immédiatement une tension et un enjeu autour de cette affaire.

- Celui de Diane qui franchit de plus en plus de ligne en se souciant de moins en moins des conséquences. Par ailleurs comme l’explique le petit dessin animé, Roy Cohn est lié à Donald Trump. En parlant de cette scène, c’est une nouveauté qui est vraiment ambitieuse de la part de la production et montre aussi une envie et un talent de chercher toujours plus loin. Pour revenir à Diane, son obsession est certes drôle mais aussi dramatique car elle fonce droit dans un mur. Je regrette par contre le manque de scènes avec Maia par exemple ou même Liz. J’adore Kurt mais j’aimerai voir Diane interagir avec d’autres personnages.

Enfin l’arc de Lucca qui devient le nouvel allié de Liz. Au-delà de l’aspect féministe, girl power de cet arc, j’ai surtout aimé comment les scénaristes construisent le personnage de Lucca après son accouchement. La scène avec son fils par exemple était très touchante et apporte de la nuance sur un sujet qui est souvent bafoué. Etre une carriériste et une mère n’est pas simple. On oublie les non dits pour mettre en avant la force de caractère mais aussi les doutes d’une femme moderne.

8/10

Bilan

Un antagoniste de haut vol, des lancés de hache et un bébé qui pète. Que demander de plus ?

2 Commentaires

  • Toff63
    Le 23/04/2019 à 13h15

    Je ne sais pas si tu as vu l'épisode 3 mais à mon sens il va de pair avec celui-ci.

    Sur Roland Blum, j'ai été un peu décontenancé au départ par son aspect très caricatural mais j'ai changé d'avis quand j'ai compris qu'il incarnait un mal très actuel dans nos sociétés: la vérité n'est pas ce qui est vrai mais ce qui est le plus assené!!! Roland incarne la prédominance des histoires inventées et martelées sur les faits, et cela il illustre la quintessence des Fake News, qui dupent de plus en plus de monde (l'épisode 3 l'évoque plus en détail).
    Au final, Roland Blum est donc un too-much accepté car c'est un portrait assez ressemblant à Donald Trump, soit le gars blanc, avide de sexe (on sait que Trump a des pratiques sexuelles spéciales, style Golden Shower!!!), qui aime gesticuler et raconte n'importe quoi avec un tel aplomb que ça passe pour la vérité.
    Michael Sheen est génial, comme à son habitude, et je trouve très pertinent qu'on mette ce type de personnage dans les pattes de Maia, au moment même où celle-ci s'affirme de plus en plus (épisode 1).

    Sur Diane, c'est vrai qu'elle existe qu'à travers Kurt (ici, le meurtre d'une girafe par les Trump) et que c'est surprenant/décevant de ne plus la voir a tribunal, toutefois, on a les prémisses d'une suite plus audacieuse et rebelle pour Diane (elle frappe trop fort au combat, le lancer de hache plein de rage, le passage hilarant à la Convention Républicaine).
    Tu as raison de le souligner, le passage animé (y en aura visiblement 1 à chaque épisode et j'avoue que ça ne me déplaît pas du tout) fait le lien entre Maia et Diane.

    Concernant Lucca, j'apprécie qu'elle s'affirme elle aussi (comme Maia) et se batte pour gérer à la fois la parenté et le travail au cabinet. Ce qui m'a fait rire, c'est l'ironie de l'histoire, qui veut que Lucca soit compétitive pour le poste de responsable des Divorces en partie grâce à son rôle de mère (habituellement considérée comme un frein professionnel), puisqu'elle recrute chez les amies de sa mère!!!
    Dans le même temps, Lucca prend aussi les choses en main pour éliminer la concurrence, en trashant son adversaire, ne s'occupant que des hommes et ayant préparé Brett Kavanaugh. La série fait d'une pierre 2 coups en refusant le candidat à la fois républicain et anti-féministe, le tout en montant habilement Liz contre Robert. On sent sur ce dernier point que la saison a envie de progressivement créer des tensions au sein du cabinet, et ça me plaît, d'autant plus qu'entre Liz et Robert, impossible de les départager: Liz aide Lucca par solidarité féminine en apparence mais surtout pour avoir des soutiens en interne par la suite, Robert se pare de justice mais en perd un peu de vue les valeurs du cabinet.

    Enfin, des petits rajouts sur ta critique, avec la perspective de voir Julius en juge fédéral (la campagne pourrait être intéressante et changer de ce qu'on a déjà vu dans la série et The Good Wife) et toujours quelques allusions furtives à l'actualité. Ici, il s'agit d'une éventuelle conspiration juive, un truc qui revient hélas souvent chez les complotistes en tout genre!!! 8/10

  • cyp
    Le 24/04/2019 à 20h42

    Je suis content que tu aies repris les critiques de la série. Par contre, je suis plutôt déçu par cette saison (j'ai vu les 6 épisodes). Le côté judiciaire passe clairement au second plan, alors que sans parler du rapport Mueller, il y a pas mal de choses intéressantes dans l'actualité.
    S'intéresser au côté plus intimiste est intéressant, malheureusement je trouve que cela stagne au niveau de la caricature, notamment pour Dianne.
    Alors oui, il y a beaucoup d'idées d'écriture et de mise en scène (j'adore les cartoons explicatifs avec une mélodie catchy), mais je trouve que c'est plus creux qu'avant, comme le traitement bâclé des secrétaires dans le premier épisode. Beaucoup d'éléments ont créé une forte attente, mais j'ai l'impression que leur potentiel est étouffé.
    Blum fait le job, il est détestable et fun, avec un côté Jack Nicholson dans Shining que je ne connaissais pas à l'acteur.
    Pour l'épisode, 6/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

1 votes

Contenu relatif

The Good Fight
Note de la série :
9.3/10