Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Chilling Adventures of Sabrina - Bilan saison 2

Bilan saison 2 © 2019 - Netflix

Après une première saison réussie dans son ensemble, la série avait su proposer une véritable esthétique ainsi que des revendications féministes. Suite à un final intéressant et ouvert, la production devait poursuivre son effort. Est-ce le cas ?

La réponse est un petit oui. Neuf épisodes de qualité même si certains se démarquent plus que d’autres et une belle réalisation avec en particulier une cinématographie superbe. Le scénario est plus dark, ce qui permet d’installer des enjeux plus importants tout le long de la saison. Si l’écriture est souvent prévisible, les scénaristes se rattrapent avec un arc complexe, celui de Lilith.

Abordons en premier les défauts de cette saison pour se concentrer ensuite sur le meilleur. Ceux-ci proviennent principalement du changement de contexte avec la première saison. Sabrina s’est éloignée de sa vie de mortelle, par conséquent tous les personnages reliés à ce monde perdent en valeur. Il y a notamment des incohérences, des grosses ficelles qui tirent certains personnages comme Harvey par le bas et gâchent le potentiel des autres. Si tout n’est pas à jeter, la transition de Suzy par exemple, il n’y a pas grand-chose à retenir non plus. Cet aspect de la série sert le plus souvent à gagner du temps sur un épisode au lieu d’explorer des problématiques. Par exemple, le personnage Rosalind n’a aucune évolution après la saison 1. Elle a ses pouvoirs, l’histoire de ses ancêtres et un crush sur Harvey qui n’apporte rien à la série. Je regrette que la production n’ait pas cherché à approfondir l’amitié entre Sabrina et elle ou même Theo. On peut repérer quelques scènes mais celles-ci sont trop minimes. L’arc d’Harvey encore une fois n’a pas d’essence en lui-même. Il existe pour permettre aux scénaristes d’utiliser des grosses ficelles pour faire avancer l’histoire (le stage par exemple).

Cette superficialité se retrouve en réalité parmi de nombreux personnages secondaires : Hilda et Nicholas sont les premiers qui viennent à l’esprit. Pour la première, le scénario passe tellement vite sur sa relation avec Dr. Cee qu’on peut se demander l’utilité de l’avoir créee en premier lieu. Quant à Nicholas, son défaut est d’exister simplement pour Sabrina. Cela s’est confirmé avec l’épisode trois : le scénario tente de donner un peu de profondeur au personnage pour ensuite faire de lui un pot de fleur. Je crois que j’aurai préféré un véritable triangle amoureux plutôt que Nick servant d’homme à tout faire à Sabrina.

Passons aux qualités :

— la réalisation bénéficie à la fois de sept réalisateurs différents et une ligne de conduite parfaitement suivie durant toute la saison. Craig Powell a travaillé sur de nombreux épisodes de cette seconde saison : le soin apporté sur l’image crée un univers qui permet souvent de combler les vides scénaristiques. Car la série impose une marque depuis la première saison que le spectateur retrouve une nouvelle fois. Il y a toujours une séquence qui arrive à se démarquer soit par un jeu de lumière ou par exemple cette vision de Sabrina en noir et blanc dans l’épisode 8.

— j’ai trouvé aussi le cast plus intéressant dans cette saison. Kiernan Shipka n’a pas un rôle forcément simple entre adolescente naïve et super sorcière. Elle réussit à rendre Sabrina aussi énervante que touchante. Lucy Davis et Tati Gabrielle ont aussi quelques belles scènes ainsi que Chance Perdomo qui prend une toute autre ampleur dans la deuxième partie de saison.

— bonjour Lucifer… Luke Cook interprète l’un si ce n’est le rôle le plus attendu de la série. J’ai trouvé sa « fin » un peu trop simple malheureusement. Alors que la série a choisi de mettre le diable en avant sous sa forme humaine, elle conclut cet arc avant qu’il ne débute réellement. Pour autant, la relation entre Lilith et lui était suffisamment intrigante et tragique pour ne pas rendre l’arc superficiel. La scène du dîner en particulier est l’une des meilleures de la saison pour moi. Il y a aussi les flashbacks mais ceux-ci manquent un peu de consistance. La séquence de théâtre par contre crée une belle émotion avec en surplus la performance de Michelle Gomez.

Je finirais d’ailleurs sur ce personnage qui fait de l’ombre à Sabrina dans cette deuxième saison. Car Lilith est sans doute le protagoniste avec l’évolution la plus importante de la série. Bien sûr avec elle, la production se permet aussi un message ultra féministe qui est devenu une base centrale de la série. Grâce à une comédienne au sommet et une écriture plus complexe que la saison précédente, Lilith est devenu pour un élément crucial de la série. Cela au détriment d’autres personnages secondaires comme les tantes par exemple. J’espère assister dans la troisième saison à un véritable match entre la femme de Lucifer et Sabrina.

Note : 7.5/10

7/10

Bilan

Une deuxième saison de toute beauté mais qui manque souvent de profondeur au niveau de l’écriture de ses personnages et même parfois du scénario. Je retiendrai surtout l’arc de Lilith qui se démarque de tous les autres grâce en particulier à son actrice.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler