Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Fear The Walking Dead - 5x4 : Skidmark

Résumé

Charlie se fait un nouvel ami tandis que la mission de secours organisée par Sarah, Wendell et Victor se révèle plus ardue que prévue.

5x4 : Skidmark © AMC - 2019

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

Il ne fallait pas aller plus loin que la lecture du synopsis officiel de ce quatrième épisode pour comprendre que Fear n’avait rien à raconter cette semaine. Après la catastrophique sortie de route Humbug’s Gulch la semaine dernière, Andrew Chambliss et Ian Goldberg dynamitent ici ce qu’il restait de leur introduction prometteuse de cette cinquième saison. Y a-t-il encore un pilote en salle d’écriture ?

Skidmark débute avec la routine quotidienne de Daniel Salazar, une séquence similaire à celle utilisée pour introduire le cow-boy John Dorie la saison dernière. Le tout est illustré par Death Letter Blues du chanteur de blues noir américain Son House que le personnage écoute tout au long de ses journées solitaires. L’ex-mercenaire est épaulé par un chat roux du nom de Skidmark qui, en plus de prêter son nom à l’épisode, lui sert de diversion pour éloigner les rôdeurs avec la petite clochette accrochée à son cou.

Fear the Walking Dead va focaliser son attention sur la seconde partie du groupe constituée de Victor, Sarah & Wendell ainsi que de Charlie jusqu’ici reléguée au second plan. Face au refus de Daniel de se séparer de son avion, l’équipe improvise un casse pour récupérer le seul moyen de secourir leurs amis. C’était sans compter sur l’intelligence du propriétaire de l’engin qui, ayant toujours un train d’avance, déjoue le plan des cambrioleurs dans une version revisitée de l’arroseur arrosé. Suivent alors de très longues et bavardes minutes d’un road trip où Charlie, coincée dans la voiture de Daniel, va peu à peu le ramener à la raison. La série parviendra tout de même à caractériser un minimum le personnage de la jeune fille qui vient d’être promu au casting principal et à qui on n’a pas encore pu s’attacher jusqu’ici.

Alors que Skidmark évolue péniblement et peine à sortir de l’enlisement, Fear sort l’artillerie lourde avec une séquence d’action censée nous réveiller au bout d’une demi-heure. Le groupe qui a réussi à récupérer l’aéronef et ses instruments de navigation rendus par Daniel Salazar va venir en secours à ce dernier qui s’était sacrifié pour éloigner une horde de rôdeurs. Alors qu’on s’attend à une pluie de balles en provenance du blindé du SWAT, ce sont finalement les hélices de l’avion qui vont venir à bout des morts-vivants. Une séquence de boucherie plutôt originale pour la franchise à l’exécution tout à fait banale et expédiée malheureusement. Fear grille un peu trop vite la carte de ce petit avion salvateur à l’importance capitale pour la suite de l’intrigue. Mais l’engin ne semble pas encore promis à la casse puisque, dans une relecture du célèbre Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, le groupe de survivants semble bien décidé à le rafistoler.

Skidmark entame alors sa dernière ligne droite et pas une once d’enjeu à l’horizon. Pour conclure, le quatrième épisode s’attarde sur le duo Alicia-Morgan qui traque toujours le frère et la sœur du petit Dylan qui a tout fait pour brouiller les pistes. Et ce pour une bonne raison : il existe en fait un large groupe d’enfants et d’adolescents qui se cachent dans le secteur. On apprend qu’il s’agit en réalité de pensionnaires du camping aperçu dans The Hurt That Will Happen dont les parents ont tous été transformés. Peu voire aucun impact sur cette révélation après un sauvetage bâclé de deux enfants sur une musique épique digne d’un film de zombie de série B et par conséquent indigne de Fear the Walking Dead. L’ultime plan de cette séquence, qui conclue l’épisode par ailleurs, met en scène l’apparition surprise du mystérieux hélicoptère noir bardé du sigle aux trois anneaux. Un cliffhanger bien fade qui vient néanmoins éclipser sans grande peine la totalité de l’épisode qui s’achève ici. En plus de l’apparition d’un autre soldat à l’armure noire, la série continue de teaser LE grand événement à venir de la franchise.

Vous l’aurez compris, Skidmark est un épisode bas de gamme dont on peine à comprendre qu’il soit sorti ainsi de la chaîne de production. Si le renouvellement des équipes créatives s’est avéré salvateur pour le show ces deux dernières années, force est de constater qu’Andrew Chambliss et Ian Goldberg semblent passer peu de temps en salle d’écriture. Pour ses premiers pas sur la série, Samir Mehta signe un script stérile aux allures de filler constitué de chutes de scénarios. On peine encore à comprendre comment Fear peut se permettre des épisodes de remplissage alors qu’elle n’a même pas encore fini de lancer sa saison. Côté mise en scène Tara Nicole Weyr, qui nous avait offert The Code la saison dernière, s’en sort correctement.

À noter quelques bons points qui relèvent néanmoins de l’anecdote et ne parviennent pas à relever le niveau. Commençons par le règlement de comptes entre Daniel et Victor, sur lequel plane le fantôme d’Ofélia (El Matadero) qui vient caractériser davantage le lien particulier qui unit les deux hommes. De quoi conclure l’arc de rédemption débuté il y a plusieurs années par le père de famille. Morgan évoque également son passé avec la mort de sa femme et la disparition de son fils qu’il raconte à Alicia. En plus de faire de faire régulièrement référence à des moments passés, Fear the Walking Dead lance aussi des perches à sa grande sœur à travers les personnages communs aux deux séries. On se contentera également des toujours très fraîches apparitions de Sarah & Wendell au milieu de cette bouillie scénaristique.

En bref, Fear déçoit et ce de la pire des manières qu’il soit. Les audiences de la série s’inscrivent désormais dans une tendance claire, à savoir une lente et régulière baisse de semaine en semaine. Elle encaisse néanmoins un sérieux revers sur la cible prioritaire des 18-49 ans sur laquelle elle perd un cinquième de téléspectateurs. Des chiffres inquiétants alors que la série a déjà perdu la moitié de son public en cours de route la saison dernière.

2/10

Bilan

La série dynamite pour de bon son début de saison prometteur avec un épisode stérile au scénario inexistant.

1 Commentaire

  • Toff63
    Le 04/07/2019 à 13h47

    Pour le dire grossièrement, cet épisode "chie dans la colle".

    En clair, alors que Salazar s'est mis en danger tout seul pour éviter qu'on prenne son avion, c'est justement cet avion qui va être sacrifié (séquence gore sympathique, qu'on voit quand même venir à des kilomètres) pour le sauver. Résultat? Salazar est toujours en vie (quand est-ce qu'il mourra ce protagoniste insupportable?) et l'avion est kaputt pour un moment, tout cela pour opérer une petite réconciliation dispensable entre Salazar et Strand et mettre en avant Charlie. Le jeu en valait-il la chandelle? Pas du tout, à mon avis, et sur les 2 points.

    Du côté de Alicia et Morgan, c'est pareil. On a tourné en rond autour de ces jeunes enfants (tour à tour gentils et fourbes) juste pour un twist bas de gamme qui aurait dû apparaître plus tôt dans la saison. Tu as raison de souligner la musique too-much qui fait tache.
    Le plus intéressant est indéniablement cet hélico qui décolle et fait référence à celui que Rick a pris dans The Walking Dead. Maintenant, il serait quand même temps que Fear The Walking Dead assume plus en détails sa connexion à la série-mère, car jusque-là, les arrivées de Morgan et de Dwight, ainsi que le truc de l'hélico restent en surface des choses.

    Enfin, petite lueur de l'épisode concernant les allusions pertinentes au Petit Prince et le bon duo Dylan-Luciana. C'est maigre.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

15 votes

Contenu relatif

Fear The Walking Dead
Note de la série :
7.6/10