Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Fear The Walking Dead - 5x5 : The End of Everything

Résumé

Althea n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour en apprendre plus sur le passé et les motivations de son ravisseur.

5x5 : The End of Everything © AMC - 2019

Attention : vous devez avoir vu l’épisode avant de lire cette critique.

Fear the Walking Dead reprend contact avec Althea portée disparue depuis trois épisodes. Une habitude pour le personnage qui a tendance à régulièrement fourrer son nez là où il ne faut pas. L’introduction de l’épisode met en scène la journaliste qui parvient à se faire la malle avant de se faire rattraper par son ravisseur. Une petite course poursuite de nuit sous une épaisse pluie qui permet au show de retrouver tension et rythme après la sortie de route des deux dernières semaines.

Très rapidement, on en apprend plus sur le ravisseur qui s’avère être une femme appartenant à la mystérieuse organisation CRM. Révélation de taille, c’est elle la pilote de l’hélicoptère qui survole la zone. À travers un contact radio, Fear distille une information de taille : CRM est un groupe d’envergure extrêmement structuré. Celle qui se dénomme Isabelle fait partie de l’Unité 17, ce qui indique que plusieurs autres unités parcourent la région. Au moins jusqu’en Virginie en tous cas, là on l’on a aperçu un hélicoptère floqué du logo aux trois anneaux pour la première fois dans la franchise. Les membres de l’organisation, à l’image d’Isabelle, font figure de survivants surentraînés : ravitaillement, armes, matériel de survie et par-dessus tout, combinaison résistante aux morsures des rôdeurs. Rien que ça.

Après une passe d’arme entre les deux femmes, la tension s’apaise. L’objectif de ravitailler l’engin en essence permet au duo de faire connaissance et d’en apprendre plus l’un sur l’autre. Sous ses airs de dure à cuire, Isabelle craint fortement l’arrivée prévue d’une équipe d’évacuation. À la croire, CRM ne semble pas disposée à prendre le moindre risque quand il s’agit de ses activités secrètes : en quelques mots, le monde ne doit pas savoir. Et pour cause, l’organisation s’attelle à préparer le monde post-apocalypse depuis une base décrite comme « plus grande que tout ». Un futur, LE futur, pour lequel ses membres sont prêts à tous les sacrifices au service d’une doctrine philanthropique que l’on peine encore à bien cerner. Isabelle semble quant à elle transcendée par sa mission, prête à donner sa vie et surtout à prendre celle des autres survivants si nécessaire. Une loi implacable qui l’a forcée à mettre fin aux jours de son coéquipier Beckett qui menaçait de compromettre leur mission à cause du risque de radiations de la centrale toute proche. On apprend à cette occasion que l’Unité 17 est missionnée sur un projet de recherche autour de la purification d’eau.

Grâce à la cassette sur laquelle elle a filmé des cartes secrètes de CRM, Althea parvient à mettre la pression à Isabelle et par conséquent à rester en vie. Cette dernière, dépassée par sa mission, finit par se rapprocher de la journaliste pour qui elle accepte de témoigner face caméra en échange de la destruction de la cassette et donc de la sauvegarde du secret de l’organisation. The End of Everything en profite alors pour caractériser davantage son personnage principal grâce à la révélation d’une partie de son passé. À travers une archive vidéo, on découvre Althea en train de couvrir un secteur, la Tourbière, cerné par l’Armée et la Garde Nationale au tout début de l’épidémie. C’est à ce moment que la journaliste perd son frère Jessy et décide de parcourir le monde à la recherche des témoignages des survivants dans le but de perpétuer leur souvenir après leur mort. Un point commun avec Isabelle qui cherche également à tout prix à « laisser quelque chose » après sa disparition.

Un peu plus tard, le rapprochement entre les deux femmes se confirme avec un baiser. Un potentiel love interest pour Althea qui ne fera même pas lever un sourcil tant nous n’avons pas eu l’occasion de nous attacher au personnage depuis son arrivée dans la série. Une erreur de l’équipe créative qui ne parvient pas à créer une quelconque curiosité pour le personnage car volontairement maintenu dans le mystère jusqu'ici. La journaliste finit part concéder la destruction de la cassette (d’une cassette en tous cas) et promet d’oublier toute cette histoire. Isabelle retourne ainsi à son hélicoptère et parvient à faire annuler l’arrivée de l’équipe de secours qu’elle redoutait tant. Fear fait un lien avec l’épisode précédent puisqu’il s’agit de la même séquence de fin (le décollage de l’hélicoptère) mais du point de vue d’Althea cette fois-ci et non plus de celui d’Alicia, Morgan et du groupe d’enfants. Alors qu’elle retrouve ses amis, la journaliste respecte sa promesse et reste silencieuse sur les dernières 48 heures qui viennent de s’écouler.

Ainsi s’achète The End of Everything qui s’apparente à un standalone dépouillé dans la forme et qui vient significativement nourrir la mythologie de cette cinquième saison sur le fond. Le tout par la voix d’un tout nouveau personnage, la série faisant l’économie de toute révélation visuelle concernant le grand mystère CRM pour l’instant. Fear pose davantage de questions qu’elle ne révèle de réponses à ce sujet et soulève une interrogation à laquelle la franchise devra répondre : les leaders de cette organisation sont-ils de réels philanthropes ou instaurent-ils un nouvel ordre mondial ? Pour faire simple : sont-ils des méchants ou des gentils ?

Difficile de faire pire que les catastrophiques Humbug’s Gulch et Skidmark. Si ce cinquième épisode ne brille pas particulièrement, il permet à Fear de sortir de l’enlisement. C’est à se demander si la série n’aurait pas gagné à diffuser The End of Everything à la suite du second épisode. Aux commandes du scénario cette semaine, le duo de showrunners Andrew Chambliss et Ian Goldberg a peut-être tout donné sur les fameuses révélations à propos de la mystérieuse organisation. Il a oublié en chemin d’écrire un véritable épisode qui, après une introduction solide, a petit à petit perdu en vitesse et en intérêt. En témoigne la séquence d’escalade peu pertinente et complètement à côté de la plaque en terme de tension et d’utilité narrative.

Notons tout de même la bonne alchimie entre les deux comédiennes ainsi que l’écriture soignée du personnage d’Isabelle. Cette dernière bénéficie du jeu mesuré et solide de Sydney Lemmon pourtant au tout début de sa carrière. Face à elle, Maggie Grace apparaît un peu faible dans la surexposition de son personnage peu habitué au devant de la scène. La prestation du duo reste néanmoins appréciable d’autant plus qu’il évolue dans des décors naturels originaux. Un environnement quasi-désertique mis en valeur par la réalisation toujours aussi propre de Michael Satrazemis.

5/10

Bilan

Tout juste la moyenne pour cet épisode particulier qui, à force de tisser la toile de fond de l’intrigue, en oublie l’intrigue en elle-même.

1 Commentaire

  • Toff63
    Le 11/07/2019 à 13h46

    Il était temps de revoir Althéa en effet (ça faisait quand même 3 épisodes qu'elle avait disparu et les recherches étaient pas très poussées), mais ça se fait à travers un épisode très mou du genou, plein de trucs dispensables (les chutes de rochers, l'escalade, le grand n'importe quoi du baiser, le coup du nom de famille ridicule), et insuffisant sur les révélations. À ce rythme-là, je crains qu'on apprenne pas grand-chose sur CRM d'ici la fin de saison, alors que c'est pourtant le plus mystérieux, le plus prometteur et le plus connecté avec The Walking Dead. 4/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

7 votes

Contenu relatif

Fear The Walking Dead
Note de la série :
7.6/10