Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

The Good Fight - Bilan saison 3

Bilan saison 3 © 2019 - CBS

Comment écrire une série satirique sans tomber dans l’excès ? Je pense que Robert et Michelle King ont trouvé la réponse. Il aurait été simple de céder et transformer The Good Fight en une simple série judiciaire mais la production a continué sur la même voie car au-delà des opinions personnelles, The Good Fight apporte quelque chose en plus dans le monde des séries : on prend ou pas mais face à tout ce que cette industrie peut proposer de superficiel, The Good Fight est une bouffée d’air frais. J’écris tous cela car j’ai trouvé cette saison excellente, pour autant elle a aussi des défauts parfois majeurs dont il faut aussi parler.

Commençons par ceux-ci (ce sera rapide) :

— le personnage de Maia encore une fois. Avec le recul et malgré une amélioration, je trouve que la production s’est cassée la figure avec ce protagoniste. Pire, j’ai l’impression que n’importe quelles excuses pour la faire sortir étaient bonnes. Pourquoi ? Aucune idée. Pourtant le personnage a du potentiel. En vilain ou gentille avocate, il y avait une base solide après la première saison. Mais il semble que les scénaristes n’ont jamais réussi à trouver un véritable arc pour ce personnage. Cela s’est confirmé avec l’évolution de sa relation tumultueuse avec Roland Blum. L’addition de Michael Sheen était un plus que les scénaristes ont exploité jusqu’à la dernière scène. Mais à mes yeux ce personnage n’a existé que pour offrir une porte de sortie à Maia. Malgré tout le talent de Michael Sheen, son personnage a trop été codifié dans une caricature post Trump pour devenir un réel vilain.

— le manque de procès. The Good Fight restera toujours par son contexte une série judiciaire. Je pense que l’aspect satirique de la série n’est pas un frein aux scènes de procès. Au contraire, la série a déjà détourné ce type de séquences. Peut-être un peu trop souvent justement. Il est toujours intéressant de montrer un cabinet d’avocat sous une lumière plus sociale mais il ne faut pas oublier que ce sont des avocats. Cette franchise a su marquer les esprits par ses thèmes, son drama mais aussi des scènes incroyables au tribunal : discours, duel, rebondissement… The Good Fight ne peut que ravir les spectateurs en rajoutant plus de scènes de procès.

Maintenant les qualités de cette saison et elles sont nombreuses. D’abord l’arc de Diane qui a mis en avant des thèmes intéressants mais aussi des scènes incroyables. J’ai beaucoup aimé le principe d’égoïsme dans une cause et comment cela peut changer, radicaliser une idée. Je trouve que c’est la saison qui explore le plus le titre même de la série. Comment choisir le bon combat ? Comment le définir ? Le défendre ? L’évolution du personnage de Diane est à la fois touchant mais aussi parfois frustrant car elle commet des erreurs. Elle faute et cela rend le message final puissant. L’arc de Liz aussi dans un parallèle possède de belles séquences. Il était intéressant de voir qui au final allait craquer, devenir la méchante pour ainsi dire… Car cette saison montre qu’il faut parfois se transformer pour atteindre un objectif. L’aspect politique est encore plus présent qu’avant mais la production a eu l’intelligence de l’aborder sous un angle différent. Il y a des ratés à mes yeux comme l’histoire de Melania Trump mais l’ensemble mérite notre attention. Le thème de la discrimination raciale notamment est exploré de plusieurs manières. Ensuite il y a la satire sur Trump : cette saison va plus loin que les précédentes. Dans son intention mais aussi sa forme par exemple, tout semble exacerbé. Et ça marche. Parce qu’il y a souvent une réflexion derrière ces caricatures. Il y a des sujets qui reviennent à la charge tel que la culture du viol, mais la production cherche à chaque fois une nouvelle approche qui puisse ouvrir le débat.

Une autre grande qualité de cette saison est la réalisation : toujours aussi travaillée que sur les saisons précédentes, je suis impressionnée par les choix parfois risqués des différents réalisateurs. Les monologues face caméra étaient originaux, les confrontations/hallucinations de Diane avec divers personnages politiques étaient surprenant, le jeu sur la lumière aussi était génial. Il y a bien sûr les numéros musicaux qui offrent souvent des informations pertinentes… et c’est drôle ! Merci à Jonathan Coulton pour ses inspirations et aux Kings de toujours chercher l’innovation.

9/10

Bilan

Une troisième saison qui impressionne et impose aussi une nouvelle direction. Cela a déplu à certains mais je pense que The Good Fight a trouvé sa voie et son public. Je retiendrai de cette saison des séquences marquantes et des répliques qui touchent. Une réalisation presque parfaite et un casting au top. Petit regret sur le départ (officiel) de l’actrice Rose Leslie.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler