Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Orange Is the New Black - 7x5 : Minority Deport

Résumé

Récap : Taystee met en place un plan pour parvenir à ses fins. Piper a des difficultés à se stabiliser dans son quotidien. Blanca et Maritza sont toujours sous la menace d’une déportation.

7x5 : Minority Deport © 2019 - Netflix

Un nouvel épisode très triste avec heureusement quelques éclats de rire pour éviter que le spectateur tombe en dépression. D’autant plus que l’épisode dure presque une heure, ce qui est un argument en plus pour jouer sur l’ambiance dark de ce début de saison.

Mais dépressif ou pas, « Minority Deport » est très bon ! Laura Prepon est une nouvelle fois aux commandes derrière la caméra (troisième épisode réalisé) et elle apporte une dynamique vraiment intéressante. Il y a bien sûr cette séquence finale dans l’émotion pure et dure à laquelle la série nous a habitué. J’ai aussi l’impression d’une liberté dans la direction d’acteur : la performance d’Elizabeth Rodriguez par exemple qui est incroyable, tellement brute. L’alchimie entre les comédiens facilite aussi cette sensation mais dans cet épisode chacun donnait vraiment son maximum. Je peux citer aussi Kate Mulgrew qui inspire la pitié comme la peur.

Red est pour moi la surprise dans cet épisode. Je ne m’attendais à un arc dans ce style. Cette histoire est logique au vu des épreuves traversées par le personnage mais j’ai peur que les scénaristes se précipitent ou cherchent absolument à atteindre un final tragique. Un autre arc marquant est celui d’Aleida et sa fille : le thème de la transmission a déjà été exploré dans la série mais il est toujours intéressant d’effectuer comme des réécritures dans un scénario. Dans cet épisode, le twist est l’arrestation d’Aleida et non de sa fille. Le personnage prêche une moralité tellement éloignée de sa propre réalité ! Il y a presque une notion de karma et en même temps d’injustice dans cette conclusion : à la fois fautive mais protectrice, Aleida ne fait que recréer le schéma qu’elle a connu. Elle reste touchante dans son amour pour ses enfants même si objectivement elle n’est pas une bonne mère. Cette situation m’a fait penser à la série Girls Incarcerated sur Netflix qui donne un autre point de vue sur la délinquance.

Pour finir, parlons de la dernière scène de Maritza (avec un paquet de mouchoir svp) : j’ai adoré la disparition de chaque femme avec en fond sonore Hush de Trills dont les paroles résonnent tellement fort dans cet épisode. J’ai cru jusqu’au bout à un twist, que Maritza ne pouvait pas simplement disparaître. Mais c’est la réalité des déportations : c’est fort, c’est cruel et ça crée une séquence magnifique à la télé. L’actrice a sans doute puisé dans ses dernières ressources pour jouer cette scène lorsqu’on connaît l’histoire de sa famille. Bravo dans tous les cas car c’est une sortie que le spectateur ne pourra oublier.

10/10

Bilan

Tellement d’émotion dans cet épisode ! Heureusement un peu de rire aussi… Peut-être l’un des meilleurs de la série.

1 Commentaire

  • Toff63
    Le 24/09/2019 à 11h22

    Un très bel épisode en effet, utilisant parfaitement les différentes significations du mot "deport" de son titre, que ce soit la question de l'expulsion (Maritza, Blanca, etc..) ou bien de l'écart de conduite (Piper, Red, Aleida, ...).

    La série n'est pas tendre dans son portrait du traitement de l'immigration aux États-Unis, fait d'incertitudes (où est Blanca???) et de conditions de détention horribles, et où les victimes sont rarement au courant de leurs droits (Blanca les apprend en écoutant celle qui passe avant elle au tribunal) et n'ont pas intérêt à les exprimer trop forts, à l'image de la pauvre Maritza qui sera expulsée pour avoir voulu donner le nom d'un avocat à ses collègues. La dernière séquence est particulièrement dure à regarder (surtout avec une telle mise en scène et la musique). Si on pouvait espérer un happy-end pour Maritza, les scénaristes ont légitimement choisi la voie du réalisme, aussi tragique soit-il.

    Concernant Aleida, les flashbacks sont forts mais je regrette que les scénaristes aient trop joué la carte du mimétisme entre Aleida et sa mère et Aleida et sa fille. Le coup du "les enfants répètent les erreurs de leurs parents" est compréhensible, toutefois appliqué un peu trop au pied de la lettre.
    La dualité d'Aleida entre mère protectrice et criminelle notoire fait en effet le sel de cette partie, avec le twist inattendu qui vient briser le projet d'Aleida, pas loin d'avoir assez d'argent pour lâcher Hopper: terrible!! Dans le même temps, l'attitude d'Aleida avec Diaz (prise comme l'exemple parfait d'une ratée par sa mère) fait qu'il est difficile pour le téléspectateur de la trouver sympathique.

    À propos de Red, elle perd complètement la boule en cuisine, oubliant des ingrédients ou mettant trop de sel dans les plats. J'apprécie cette idée du script, néanmoins, il est dommage qu'elle arrive trop tôt, alors que Red retrouvait justement sa raison de vivre dans l'épisode précédent.

    Par rapport à Piper, sa sortie déjantée (drogue et alcool) avec le frangin est hilarante (le marchand de glaces) mais dit pas mal de choses en filigrane sur la vie pas toujours simple en dehors de la prison. La sortie de Piper n'a jamais été un signe de liberté, juste le déclencheur d'une routine frustrante, comme celle du frangin avec son bébé.
    Le propos de la série est alors de souligner que l'être humain va en prison parfois parce que sa vie en extérieur l'incite à commettre des erreurs (Aleida peut en témoigner également), et que la conditionnelle ne facilite pas la réparation de ses erreurs mais la création de nouvelles.

    Enfin, tout n'est pas noir dans cet épisode, avec Nicky qui drague la jeune immigrée, Taystee qui joue à l'assistante parfaite pour aider Diaz, Artesian qui est le relais entre Vause et Piper, et Cindy qui va sortir en avance. 9/10

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

6 votes

Contenu relatif

Orange Is the New Black
Note de la série :
9.2/10