Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Westworld - 3x6 : Decoherence

Résumé

Récap : Une première Dolores tombe face à Serac. Caleb prend conscience qu’il ne sait pas tout sur son passé.

3x6 : Decoherence © 2020 - HBO

« Decoherence » installe enjeux et atmosphère pour les deux derniers épisodes avec efficacité. La réalisation est superbe tout comme la direction d’acteurs. Mais c’est aussi un épisode où les défauts sont omniprésents : incohérences et personnages secondaires inexistants notamment. C’est clairement l’instant où j’ai réalisé l’impact d’avoir 8 épisodes. On se rassure Westworld est renouvelée pour une saison 4 ! Mais avec seulement deux épisodes pour clôturer, on peut se demander si la production ne va tomber dans les même travers que Celle-Dont-Il-Ne-Faut-Pas-Prononcer-Le-Nom.

D’habitude je fais toujours un petit détour par le titre de l’épisode mais pour celui-ci j’ai dû me confronter à des théories mathématiciennes et… nan. Je préfère ne rien écrire plutôt que de faire semblant de comprendre. Tout ce que je peux annoncer est que « Decoherence » fait référence à la décohérence quantique. Pour le reste je vous laisse en compagnie de Wikipédia !

Parlons tout d’abord de l’arc le plus « simple » : Charlotte. Entre action et suspense, le spectateur n’a pas le temps de souffler. Tessa Thompson excelle dans la badassitude mais aussi l’émotion. La scène finale de l’explosion est magnifique. Ce gros plan sur le visage déformé par la rage de Charlotte restera collé à ma rétine. Pour une série dont on a souvent reproché sa lenteur, cet épisode rappelle que Westworld est tout autant capable de vous entraîner dans une course contre la montre qu’un débat philosophique sur la nature humaine. J’ai aussi beaucoup aimé son rapport avec Dolores 1. Les clins d’œil de la scénographie sont par ailleurs une belle touche. D’abord la statue des deux femmes séparées puis à plusieurs reprises la représentation d’un seul individu. Charlotte/Dolores donne naissance à un nouvel être dans cet épisode. Une version d’elle-même à nouveau libérée comme si Dolores avait construit son propre labyrinthe. Cela annonce t-il une trahison entre les deux personnages ?

A présent Mister Good Guy… Cet arc est aussi intéressant que détaché de l’histoire principale. Si la fin permet de créer un pont avec l’action principale, il aura fallu tout de même un épisode complet pour apporter à un nouveau sens au personnage de William. Je ne suis pas convaincue de ce choix pour l’instant. Suzanne Wrubel et Lisa Joy ramènent sur le devant de la scène l’homme en noir/blanc alors que son histoire semblait complète. Qu’apprend t-on réellement dans cet épisode ? Que William avait depuis l’enfance une attirance pour la violence. Qu’est-ce que cela apporte au personnage ? Il était déjà établi qu’il avait sombré dans la folie. Il y a aussi l’aspect du regret/deuil/remord qui se conclut par « Je vais être gentil maintenant ». Je caricature un peu mais quel intérêt de construire un arc de rédemption pour un protagoniste qui hait l’humanité ? De plus, William s’est-il vraiment détaché de sa folie ? Après le parallèle avec l’histoire de Charlotte est intéressante : vaincre ce qu’on est pour se transformer. Pour le meilleur et le pire bien sûr ! Ed Harris est excellent dans cet épisode et c’est toujours un plaisir de revoir Peter Mullan. Bizarrement, la scène qui m’a le plus marqué dans cet arc est le suicide de la psychologue. La réalisation de Jennifer Getzinger offre une vision sortie tout droit d’un cauchemar.

Pour finir cet épisode contient pas mal de petits défauts qui mettent en avant une certaine facilité choisie par la production :

- j’ai adoré le face à face entre Dolores et Maeve parce que je l’attendais, parce qu’il y a des étincelles quand ces deux actrices sont dans la même pièce. Mais le contenu du dialogue manquait de profondeur. Pourquoi perdre du temps avec une scène d’introduction inutile ? J’aurais aimé un réel échange philosophique/éthique entre ces deux personnages comme la série nous y a habitué. Il est agaçant de noter que ce dialogue illustre le vide autour du personnage de Maeve. Alors certes, elle désire retrouver sa fille. Mais encore ? Car Westworld construit des personnages plus complexes que cela. Que ressent-elle vraiment par rapport aux agissements de Serac ? Est-elle prête à sacrifier ses propres alliés pour atteindre son objectif ?

- Je n’ai pas compris comment et pourquoi Bernard s’est retrouvé dans le centre hospitalier. Le tracker était de/pour Dolores. Et du coup quel est l’intérêt de Bernard cette saison ? Alors je sais il reste deux épisodes. Mais pour un personnage qui était annoncé comme le rempart contre Dolores… J’espère vraiment que le scénario nous réserve un arc solide pour cette fin de saison.

- On en parle des balles sans fin de Charlotte ou le manque de réalisme de la course poursuite ? Je veux dire il faut toucher la cible à un moment ! Et pourquoi Serac laisse échapper Charlotte qui a forcément quitté l’île avec un moyen de transport. Les épisodes ont montré que les véhicules pouvaient être contrôlés à distance. C’est un détail bien sûr mais Westworld est une série sur la technologie. Je trouve dommage que le scénario oublie cet aspect dès que cela convient à l’histoire.

7/10

Bilan

Un épisode bien rythmé ! On ne s’ennuie pas, l’histoire avance et la scène finale est magnifique. Attention par contre à certaines facilités d’écriture qui gâchent un peu l’ensemble du travail.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

8 votes

Contenu relatif

Westworld
Note de la série :
8.9/10