Critiques

Seriesaddict.fr  par | 1

Westworld - 3x8 : Crisis Theory

Résumé

Récap : Dolores réussit annihilier Maeve afin de laisser le champ libre à Caleb. Celui-ci suit à présent le plan de Salomon pour détruire Serac. Bernard et Stubbs se retrouvent menacés par William.

3x8 : Crisis Theory © 2020 - HBO

« Theories Of Crises » est une sacrée déception. Si la scénographie est magnifique, la bande son génial et les acteurs émouvants, le scénario lui passe pour moi à côté de son sujet. Il y a comme toujours avec cette série, des répliques qui marquent et des images incroyables. Mais il a fallu que je regarde une vidéo sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=I-Q0R4U4SgI ) pour comprendre plusieurs points et pour moi cela montre ma lenteur sur quelques indices mais aussi une complexité dans le scénario qui n’est pas toujours la bienvenue.

Les principaux éléments qui m’ont agacée se retrouvent dans l’arc de Caleb car au final il ne sert à rien ! Je pensais après l’avant dernier épisode que le personnage allait finalement se détacher de Dolores et construire enfin sa propre route. Au final, sa première action est de « ressusciter » la dame… Ensuite, il ne fait que suivre de nouveau son plan. Il est un peu plus qu’un acolyte grâce au choix final mais dans l’ensemble je le trouve très spectateur.

Caleb apporte une autre vision sur l’être humain par rapport à ce qu’on a connu dans le parc. Mais qu’apporte t-il vraiment à l’équation ? J’ai plus eu l’impression qu’il était le parfait sujet que le réel représentant de l’humanité. Le schéma est tellement ressemblant à celui de Dolores que l’aspect complexe de se libérer du système, du libre arbitre, passe pour moi à la trappe. On peut aussi noter que l’exemple final autour de Caleb est assez problématique : doit-on applaudir un homme parce qu’il choisit de ne pas violer une femme ? Ce qui est censé être une action normale devient une action du Bien. N’est ce pas deux choses différentes ? Dans le contexte de la série, l’empathie, la bonté sont des vertus rares et donc importantes mais je pense que l’exemple choisi était mauvais face à notre société actuelle.

Quant à Maeve, son arc se termine cette saison comme il a commencé : beaucoup de bruit peu de profondeur. Si Serac n’avait pas menti sur sa promesse, est-ce qu’elle aurait fait un choix différent ? Et puis ce pseudo twist… Donc soudainement, Maeve peut contrôler ce qui faisait d’elle une victime ? Et quel intérêt de transformer le vilain de la saison en marionnette ? Les deux IA ont été tellement mal utilisé : Rehoboam devient le cliché de la méchante machine sans avoir réellement posé un véritable challenge pour les « héros » et pourquoi Salomon a-t-il offert la clé de la victoire à Dolores ? Le spectateur peut faire des hypothèses bien sûr mais j’aurai aimé un véritable échange entre Dolores et l’IA. Mais dans ce final, tout semble réduit à « il faut conclure » en oubliant ce qui a fait la qualité de la série.

Enfin, l’histoire de William aurait dû s’arrêter à l’asile. Si je me concentre uniquement sur cet épisode, le personnage s’autoproclame sauveur de l’humanité à cause de son obsession et non un arc de rédemption. Il vogue à ses occupations on ne sait pas trop comment vu qu’il n’a plus d’argent et est considéré mort par le système. Pour au final, se faire trancher la gorge… Il n’y a pas eu de confirmation sur sa mort mais je trouve que cette saison a montré les limites du personnage ou du moins sa version humaine.

Il y a heureusement du positif dans ce final et je finirai par cela :

— le jeu d’Evan Rachel Wood tout d’abord qui fait ses adieux (et nous aussi) au personnage de Dolores. Enfin l’originale. Si les scénaristes ont loupé de cocher certaines cases, l’émotion était elle bien présente lorsque l’image de Dolores s’effaça. Pour moi, ce personnage est le socle de la série. Même si cette fin semble logique au vu de la saison et de ses thèmes, il ne sera pas simple d’avancer sans celle par qui tout a commencé. Son dialogue avec Maeve arrive bien tard dans la saison mais au moins cet échange aura permis de souligner une dernière fois la complexité de ce protagoniste. La réplique « I choose to see the beauty » restera sans doute l’une des plus marquante de la série. Car elle dit beaucoup cette petite phrase, sur la nature humaine et sur notre société. J’ai adoré que pendant son discours William soit utilisé pour montrer autant la beauté que la violence chez les humains. Au final et malgré le chaos, c’est un message d’espoir que nous offre la fin de cette saison.

la performance de Jeffrey Wright dans cette scène magnifique avec Gina Torres. Concrètement, j’ai trouvé la séquence inutile par rapport à son emplacement dans la saison. Bernard n’abordait plus le sujet de ses souvenirs donc par rapport à son évolution, on aurait pu penser que cet aspect du personnage était achevé. Malgré cela, il y a tellement de sensibilité dans cette scène qu’il est difficile de ne pas s’émouvoir. La morale aussi apporté sur le deuil est touchante.

— comme toujours la réalisation et la scénographie continuent de produire une succession d’images fortes. Dans cet épisode, j’ai adoré la noirceur de la séquence de la révolte. Le chaos qui se dégageait de l’écran et le nombre de détails qui étaient apportés dans chaque plan.

— le retour de l’homme en noir, l’armée de Charlotte, la scène post générique… Ces portes ouvertes promettent une suite épique pour la nouvelle saison.

6/10

Bilan

Il y a beaucoup de choses que je souhaitais écrire sur ce final mais j’en garde un peu pour le bilan… C’est une déception et un loupé presque complet pour la production. Heureusement il y a de la qualité dans le cast, dans la réalisation… Mais clairement le scénario a manqué de temps et a préféré une efficacité parfois incohérente dans le but de tourner la page. C’est dommage car il s’agit clairement de mauvais choix et cela malgré toutes les bonnes idées présentées le long de la saison.

1 Commentaire

  • lilcolt
    Le 18/05/2020 à 22h04

    Je suis tout à fait d'accord avec toi et encore je toruve que tu as été gentille. Je trouve l'épisode ennuyeux, heureusement qu'il y ait eu une scène post-générique pour rélever le niveau.
    Maeve qui est maligne n'a pas su que Serac allait revenir sur sa parole et anéantir tous les robots. Pourquoi Maeve et Dolores n'ont pas discuté avant le final au lieu de se battre comme des chiffonnières? Et Caleb, bein c'est le toutou de Dolores je pensais qu'il avait quelque chose en plus que ce qu'ils ont montré.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

11 votes

Contenu relatif

Westworld
Note de la série :
8.9/10