Critiques

Seriesaddict.fr  par | 0

Bored to Death - 2x2 : Make It Quick, Fitzgerald!

Résumé

Jonathan est engagé par Richard qui souhaite savoir si sa femme le trompe. Stella, elle, a une conception un peu étrange d’une relation « ouverte ». Ray a du mal à se remettre de sa rupture avec Leah.

2x2 : Make It Quick, Fitzgerald! © 2010 - Home Box office

En se basant uniquement sur le synopsis, on pourrait croire à un soap. Et encore, je suis restée évasive. Je n’ai pas dit que la femme de Richard a bel et bien une liaison, qui plus est avec George, son ex mari…

Et pourtant, toutes ces intrigues amoureuses, au centre de l’épisode, n’ont rien à voir avec une série pour ménagère. Au début, on a un peu de mal à voir une intrigue se dessiner, chaque personnage vacant à ses occupations pas toujours passionnantes. Et puis on comprend que le thème de l’épisode, c’est la façon de voir le sexe et les relations amoureuses. Par quatre hommes à des stades différents de leur vie, mais qui ont beaucoup de points communs. A commencer par le manque de confiance qui les caractérise, et l’incompréhension totale de ce qui leur arrive.

Ces hommes cultivés se retrouvent seuls, se font mener par le bout du nez mais pourtant, rien de tout ça n’est triste. Pas le genre de Bored To Death, qui réussit à garder cette ambiance agréable en toile de fond.

Petite baisse de régime par rapport à l’épisode précédent. Parce que c’est moins rythmé, peut-être. Mais l’épisode se suit avec plaisir, et finit par convaincre lorsque les situations de tous les personnages convergent. Les épisodes à thème fonctionnent assez bien.

L’histoire de Jonathan et de Stella est peut-être la moins intéressante. Le personnage de Stella n’a pas été assez développé mais surtout, il manque de saveur. Certes, la situation grotesque dans laquelle Jonathan se retrouve prête à sourire, mais rien de mémorable dans ces scènes.

George, en revanche, bénéficie d’une intrigue qui pourrait être poursuivie. Pas celle de l’adultère, dont on connait l’existence de la saison dernière, mais celle qui se déroule dans le cabinet médical (avec Susan de Friends). On ne sait pas du tout où ça nous mènera, mais c’est bien amené.


Ray n’est pas en reste. Il se console à sa façon, jusqu’à ce qu’il se rende compte que Leah est déjà passée à autre chose (son amant est interprété par Jonathan Ames, le vrai. On ne sait pas vraiment non plus si cette histoire est terminée ou non mais ce n’est pas très grave. L’équilibre, ou plutôt le non-équilibre du personnage reste le même quoi qu’il en soit.
Le rythme du premier épisode avait tendance à nous faire oublier que la série se base avant tout sur la vie normale de trois amis new yorkais.
Pas d’intrigues haletantes, pas de storylines échevelées, mais pas d’ennui non plus, loin de là. Ce second épisode est un peu un retour aux bases.

Ce début de saison confirme, si besoin, la qualité de la série : comique, sans tomber dans les clichés ou la surenchère, avec une ambiance incroyablement agréable. Une vraie bonne série. Ni plus, ni moins.

8/10

Bilan

Un épisode moins rythmé mais toujours agréable, qui évoque la vie sexuelle des trois amis avec délicatesse.

0 Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire







 Spoiler