Critiques

Seriesaddict.fr  par | 8

Friday Night Lights - 5x8 : Fracture

Résumé

Derek vient à Dillon pour tenter d’arranger les choses avec Julie. Vince et son père visitent, de façon « non officielle », la fac de Oklahoma Tech. Becky se lance dans un concours de beauté, aidé de Mindy et ses copines strip-teaseuses. Et Tami découvre une nouvelle facette de Epyck.

5x8 : Fracture © 2011 - Direct TV

La fracture du titre fait autant référence à la blessure de Buddy Jr. qu’à celle, au sens figuré, au sein même de l’équipe des Lions. Coach Taylor perd de plus en plus  d’ascendance sur ses joueurs. Chose jamais vue, donc difficile à supporter (autant pour lui que pour nous). Poussé par son père, Vince se prend déjà pour une star, oubliant les personnes sans qui il n’en serait pas là aujourd’hui, mais surtout que le football reste un sport d’équipe. Première fracture : entre les joueurs.

Notre vénérable coach doit non seulement gérer, donc, l’absence/mensonges de Vince mais aussi et surtout le manque complet de respect du père de ce dernier, qui cherche toujours autant à marquer son territoire. Il enfonce d’ailleurs un peu plus le clou concernant la proposition de travail  de Shane State. Eric Taylor semble, malheureusement, l’envisager de plus en plus. Deuxième fracture.

D’ailleurs au passage, Billy Riggins redevient un peu trop un… Riggins, en poussant ses joueurs dans les épisodes précédents à une certaine violence gratuite sur le terrain, et maintenant avec la création d’une « danse guerrière » façon Haka. C’est subtil, mais comme le fait remarquer l’autre coach, ce ne sont pas des valeurs qu’il faut inculquer aux jeunes. Troisième fracture : entre les coachs.

De son côté, Mindy se débrouille toujours aussi bien avec Becky, à sa façon. L’occasion de voir que les strip-teaseuses savent aussi écouter et conseiller. D’ailleurs la séquence où la lycéenne révèle sa grossesse avortée est tout aussi touchante que le lieu est inapproprié. Preuve en est que les valeurs familiales ne sont pas toujours là où on les imagine, et que cette série sait faire de ces moments simples du quotidien quelque chose de beau, juste et plein de tendresse. Tout comme lors des résultats du concours, où Mindy & Co. prennent très à cœur leur rôle de supportrices, au détriment des mères politiquement correctes parmi l’assemblée. Cela a un petit quelque chose du film « Little Miss Sunshine ». Quatrième fracture : entre Becky et Luke, mais qui trouve une porte de sortie (ou plutôt un essuie glace) à la fin.

Sinon, Tami doit encore une fois gérer le cas Epyck. On en découvre alors un peu plus sur sa vie personnelle, son passé, et sa famille d’accueil, loin des clichés habituels. Il est intéressant de voir cette jeune fille s’ouvrir sincèrement à la conseillère, même si on aurait aimé voir Madame Taylor s’occuper d’autres jeunes en difficulté. Cinquième fracture : Epyck doit dire au revoir à son passé, synonyme de rejets perpétuels et accepter d’avoir des gens qui tiennent à elle et se sentent concernés par son avenir.

Enfin, Julie reçoit une visite plus que surprenante avec le retour du responsable de tous ses récents déboires, Derek. Cela nous donne droit à une scène magistrale avec Eric Taylor mettant dehors le jeune homme à coup de guidon rose. Du pur Friday Night Lights encore une fois. Ou comment transformer une scène banale de montage de vélo en une sorte de tragédie grecque. Ce retour est néanmoins l’électrochoc nécessaire à la demoiselle pour reprendre sa vie en main avec des retrouvailles dans les dernières secondes de l’épisode avec un certain monsieur au sourire plus que familier. Sixième fracture : Au revoir papa et maman pour Julie, et bonjour futur prometteur à Chicago.

Mindy: Listen... Life is gonna throw a bunch of crap at you, but all you can do is just... Put it in the past and leave it there.

8/10

Bilan

Il devient de plus en plus difficile de voir une équipe si prometteuse s’autodétruire. La rançon de la gloire. Heureusement, les filles de Dillon s’en sortent mieux.  Elles font table rase des erreurs passées et se donnent les moyens de se créer un avenir plus radieux. En espérant que les hommes sauront en faire autant prochainement. En attendant, plus que 5 épisodes avant THE END.

8 Commentaires

  • BUENOO
    Le 16/02/2011 à 10h35

    N'ayant pas le temps en ce moment, je suis bloqué à l'épisode 2, mais tes critiques me remotivent à m'y remettre pour cette final saison :-(

  • Sandrine
    Le 16/02/2011 à 12h35

    Moi-même je suis très en retard dans mes visionnages, à raison d'un épisode-une critique-un épisode-... Il faut que je visionne le 9e, et ensuite je pourrais m'atteler à la critique. Un bon moyen de repousser l'inéluctable, synonyme de fin de la série. snif
    Donc je ne te jetterais pas la pierre, mais si de par mes critiques, je te donne envie de t'y remettre, alors j'ai accompli ma mission. :)

  • Sandrine
    Le 16/02/2011 à 12h36

    En plus il faut passer plus rapidement les premiers épisodes qui sont moins bon, au point que je n'avais pas de matériel suffisant pour faire des critiques dignes de ce nom. Mais trouve la force d'atteindre le 5e qui est vraiment très bon. Du pur FDL comme on l'aime. :)

  • Drose
    Le 16/02/2011 à 14h46

    Dans cet épisode Vinz est detestable !

    Y'a pas une petite erreur par contre ? " D’ailleurs au passage, Tim Riggins redevient un peu trop un… Riggins "
    Tu ne parles pas plutot de Billy ?

    Sinon j'ai vraiment apprécié les quelques scènes de Julie à Chicago ! C'est vraiment un moment qui nous remémore beaucoup de choses

  • Drose
    Le 16/02/2011 à 14h47

    Je regrette un peu que l'on ne voit pas un peu plus Buddy Jr, il aurait pu être vraiment drôle ^^

  • Sandrine
    Le 16/02/2011 à 14h57

    Oups, totalement Drose. La faute sera corrigée incessamment sous peu. :)
    Sinon pour Julie à Chicago.... aaaargh... spoiler... lol Faut vite que je regarde cet épisode, justement pour ça !!!!
    Pour ce qui est de Buddy Jr., c'est comme pour Hastings. Deux perso qui auront manqué d'approfondissement. Dommage.

  • BUENOO
    Le 17/02/2011 à 14h40

    C'est vrai que les premiers épisodes, j'ai pas trop accroché, hormis le plaisir de revoir les acteurs. C'est pour ça que j'ai mis un peu de côté et privilégié les Chuck et Californication que je trouve vraiment énormes cette année !! Mais FNL reste dans mes projets :p

  • Sandrine
    Le 17/02/2011 à 16h23

    @BUENOO, pareil que toi. C'est pour cela que je suis si en retard dans les critiques. J'ai vue le 9e et suis entrain de finir la critique, mais je n'arrive pas à dévorer le show. Contrairement à The Vampire Diaries, qui m'inspire à chaque fois dans mon écriture de la review. C'est vraiment très frustrant. :)
    Pour ce qui est de Chuck, je suis moins enthousiaste que toi. J'ai un peu de mal cette année. Je trouve que la 3e saison était meilleure. Fin janvier je me suis fait un marathon pour rattraper mon retard. Mais cela reste néanmoins un plaisir de retrouver les acteurs qui sont toujours très drôles. C'est bien simple, les deux seules séries que je suis presque religieusement sont Fringe et TVD. Pour Chuck, Community, FNL, Smallville : c'est très aléatoire. Peut être une certaine lassitude à cause d'une qualité d'écriture pour la plupart.

Ajouter un commentaire







 Spoiler 

Notez cet épisode

/10 - 0 votes

Vous avez vu cet épisode ?
Notez le !

  1. 0
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
  8. 7
  9. 8
  10. 9
  11. 10

8 votes

Contenu relatif

Friday Night Lights
Note de la série :
9/10