Ouioui

Wolf Hall

47 messages dans ce sujet

Le trí¨s attendu :

 

WOLF HALL

 

BBC TWO

 

(Coming 2015 )

 

LA série sur les Tudors

 

 

Il s'agit de l'adaptation du premier roman de la trilogie qu'Hilary Mantel consacre í  l'ascension de Thomas Cromwell í  la cours d'Henry VIII. Wolf Hall a reçu le Man Booker Prize en 2009, ainsi que « Bring Up The Bodies », sa suite, qui l'a reçu en 2012, c'est dire le niveau de l'écriture de la dame (jamais personne n'a eu le Man Booker Pize deux fois). Le troisií¨me volet se nomme « The Mirros and the Light » je crois qu'ilm va ou vient de sortir chez UK. Les deux premiers sont maintenant trouvables en français

(Sous le titre pathétique de « Le conseiller » dans l'ombre des Tudors 1, putain le niveau du veau) 

bref j'en recommande vivement la lecture.

 

 

529a4afc844a6.jpg

 

 

 

Roman historique, genre auquel on rajoute généralement une louche de fantasy ( sorcií¨re prend garde í  ton derrií¨re) arrosé largement de « mon prince en rut & draps en soie » et des litres de Bloody Mary (évidement Mary Queen Of Scots) pour la téloche.  Wolf Hall est un roman ambitieux, complexe et passionnant, bien loin de la  Tudor Brand des séries éponymes. (les Tudors, comme les Médicis ou les Borgias, sont de véritables Trademark bankable, mais í  quel prix...on se ferait pas une petite série sur la pucelle d'Orléans nous au fait ?)

 

1413185477410_Image_galleryImage_Actor_D

 

On la refait Damien !!

Ben pourquoi ?

Je sais pas...la camionnette ? La flotte ?

My bad...

 

 

La composition du casting est assez correct, avec quelques choix un peu étonnant de la part de l'entraineur, notamment en attaque :

 

Mark Rylance (Thomas Cromwell) joue avant centre, Damien Lewis troque la bourka Hatufim pour le costume bouffant et la fraise d'Henri VIII. Claire Foy (ma Little Dorrit...) est Anne Boylen, pas facile. Mark Gatiss, Charity Wakefield, Jonathan Price, Thomas Brodie, bref il y a pléthore de talents.

 

 

article-2653199-1E9CD10400000578-44_634x

 

Lí  Damien a reçu sa feuille d'imposition, mais comme il joue Henry VIII il s'en tape grave.

 

 

Ce sera réalisé par Peter Kominsky í  qui l'on doit The Promise....,bon, ok, ça promet, mais surtout The Falklands War qui est un peu vieux comme mes robes. Nous verrons si sa mise en scí¨ne rend hommage í  l'Å“uvre de Mantel, ce qui n'est pas gagné, car le roman est  du genre assez touffu et pas clinquant pour deux sous.

 

6097102-large.jpg

 

 

 

En tous las cas suis assez impatient et je vous tiens au jus si je suis dans les parages.

 

 

NEXT 

 

Bring Up The Bodies

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La série en elle míªme, son contexte et son synopsis ne m'attire pas plus que cela ... A la limite je me laisserais peut íªtre tenter par le pilote pour la présence de Damian Lewis :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi qui les ai lu je peux te dire que ce n'est pas "l'histoire sans plus" (Quoique ça veuille dire d'ailleurs) pour une fois, et c'est lí  oí¹ j'ai  quelques doutes sur la réception, si je puis dire. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu le premier épisode de Wolf Hall que j'ai trouvé trí¨s satisfaisant. Il y a déjí ,  de manií¨re affirmée, toutes les qualités pour faire une grande série (Mais qui aura du mal í  plaire au plus grand nombre) et surtout une grande fidélité au roman d'Hilary Mantel.

 

Rythme posé (J'entends déjí  les míªmes commentaires qu'au démarrage de True Détective), lumií¨re naturelle, aucun flafla de mise en scí¨ne mais une présentation contextuelle qui éclaire parfaitement les enjeux.

 

On avance avec délectation entre les mots de Mantel et les images qui pourraient íªtre du Holbein et qui crédibilisent avec sobriété un moment historique complexe. La place est donc laissée entií¨re aux intrigues politiques, aux argumentations juridiques, aux circonvolutions historiques qui jalonnent l'étonnante montée au pouvoir de Thomas Cromwell.

 

Autant prévenir de suite, í  la différence d'autres séries  historiques  sur les Tudors ou les Borgia, ici pas de carnage gore complaisant,  pas plus que les inévitables scí¨nes de culs filmées comme des pubs de bagnoles avant la deuxií¨me mi-temps, ici la sobriété tient lieu de passeport pour entrer dans l'histoire.

 

Le casting est évidemment mortel,  Mark Rylance incarne un Cromwell mélange de finesse roublarde et de rudesse, stigmates d'un passé que l'on ne manque de lui rappeler,  le fils de forgeron s'élí¨ve dans les sphí¨res de l'aristocratie anglaise.

 

Damien Lewis était ma plus grande interrogation et malgré le peu de présence sur ce premier épisode j'ai l'impression qu'il peut entrer dans le costume d'Henri VIII avec aisance.  Claire Foy me semble parfaite en Anne Bolyen rompue aux arcanes du pouvoir.  Wolsey est aussi assez crédible.

 

Bref un premier épisode qui rend justice au roman de Mantel, on n'est pas Man Booker Prize deux fois par hasard.

 

Bon sang,  ça fait du bien de voir l'intelligence í  l'Å“uvre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wolf Hall becomes BBC2's biggest drama series for a decade

First episode of adaption of Hillary Mantel novels, starring Damian Lewis and Mark Ryalance, scores nearly 4 million viewers and garners critical acclaim

597bc6a1-3e57-490c-a72c-07d1059647c0-102

 

 

http://www.theguardian.com/media/2015/jan/22/wolf-hall-becomes-bbc2s-biggest-drama-series-for-a-decade

 

http://www.theguardian.com/tv-and-radio/2015/jan/22/wolf-hall-review-slabs-of-guilt-lifted-triumphantly-from-the-bookshelf

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout concours í  faire de ce  deuxií¨me opus un  épisode vraiment remarquable.

Les scí¨nes quasi théí¢trales qui portent le récit avec une puissance sourde et un sens de l'inexorable.  Le jeu, juste et dépouillé, des personnages et bien évidement en premier lieu celui de l'inscrutable Cromwell qui aimante tout. Une réalisation sobre, toute au service de l'H(h)istoire, ainsi qu'un parti pris artistique trí¨s réaliste qui lui confí¨re crédibilité et modernité.

 

Tout ceci place Wolf Hall sur des bases d'une qualité dramatique rare et il est vraiment jubilatoire de voir autant d'intelligence í  l'Å“uvre. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant