Loceane7

Banshee

394 messages dans ce sujet

1x4 : Le meilleur épisode depuis le pilot [spoiler] Bon il y a toujours des trucs pas top, genre pourquoi il veut volet une peinture au début, comment la meuf passe de son jardin au musée d'une autre ville en si peu de temps, pourquoi ne pas avoir arríªté noeud pap en míªme temps que Proctor  ... Mais le rythme est trí¨s soutenue et on ne s'ennuie pas du tout [/spoiler]
Je viens de réaliser qu'en faite Banshee ça ferait un trí¨s bon jeux-vidéo (bagarre, shooting, course poursuite) et son scénario un peu bancal passerait comme une lettre í  la poste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Spoilers

Banshee devient franchement n'importe quoi, il ne faut chercher de logique dans cette série car elle se base sur la recette : scí¨ne d'action-scí¨ne de sexe-vague histoire-more action/sex.
Il suffit de regarder le personnage de Hood, le mec sort í  peine de prison qu'il se remet déjí  au vol et se foire lamentablement, alors que juste avant (episode 3) son ex complice lui offre assez pour vivre tranquille. Et puis sa définition de la discrétion se résume í  montrer sa tíªte sur YouTube et í  tous les flics d'une ville qui ne doit pas íªtre trí¨s loin de Banshee. Pour faire tomber Proctor, il va falloir faire pleurer des hélicoptí¨res ! On pourrait facilement classer Banshee dans la catégorie comédie absurde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de regarder l'épisode 4.

 

[spoiler]

C'est sur que c'est l'épisode ou on s'ennui le moins mais on tombe dans du n'importe quoi tout de míªme. 

J'ai pas compris moi non plus qu'est ce Hood foutais dans un musée a voler une peinture.. Cette histoire ne restera pas sans suite j'espí¨re parce que je trouve vraiment dommage de faire retomber le personnage dans le vol.. Ne parlons pas de son ex femme qui sais exactement a quel coin de rue il se trouve, et qu'y s'improvise en Sébastien Loeb.

 

[/spoiler]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je vous rejoins dans votre avis concernant cet épisode 4 ... :

 

[spoiler]d'abord, il cambriole alors qu'il a endossé le rôle de shérif ... le héros est donc vraiment un abruti fini ...
ensuite, on a droit í  des scí¨nes de cul qui ne serve strcitement í  rien
mais la cerise sur le gateau : il dit "je ne suis pas un tueur" alors lí  il démonte la gueule í  tous ceux qui lui barrent le chemin voire les tue (déjí  2 dans le pilot)
pour résumer : Banshee, c'est l'histoire d'un escroc sociopathe avec de fortes pulsions sexuelles qui a le QI d'un poulpe ...[/spoiler]

 

bref ...pas sí»r que ça dure longtemps ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je vous rejoins dans votre avis concernant cet épisode 4 ... :

 

[spoiler]d'abord, il cambriole alors qu'il a endossé le rôle de shérif ... le héros est donc vraiment un abruti fini ...
ensuite, on a droit í  des scí¨nes de cul qui ne serve strcitement í  rien
mais la cerise sur le gateau : il dit "je ne suis pas un tueur" alors lí  il démonte la gueule í  tous ceux qui lui barrent le chemin voire les tue (déjí  2 dans le pilot)
pour résumer : Banshee, c'est l'histoire d'un escroc sociopathe avec de fortes pulsions sexuelles qui a le QI d'un poulpe ...[/spoiler]

 

bref ...pas sí»r que ça dure longtemps ...

Mais il y a un certain charme qui me plait dans cette série :) J'attend la suite toujours 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vous rejoins dans votre raisonnement, autant les 3 premiers épisodes m'ont plu, autant le 4 m'a plutôt déçu...

[spoiler]Vol dans le musée qui n'apporte rien í  l'histoire, en míªme temps il arrive í  échapper í  tous les flics de la ville voisine... Quelqu'un finira bien par le reconnaitre,non? Ou alors Banshee est coupée du monde.
Scí¨nes de cul: 1 ça va, 2 ça passe, aprí¨s ça devient lassant surtout quand ça n'apporte rien. Faut pas nous faire croire qu'une veuve va coucher avec le meurtrier de son mari une semaine aprí¨s...
Seul point positif: il coffre Proctor. Et lí  bien sí»r, Proctor l'omniscient arrive í  trouver le témoin qui était pourtant bien caché et sous protection.[/spoiler]

 

Bref ce qui était pour le moment une série agréable í  regarder (j'ai pas dit une série immanquable) est en train de se transformer en du grand n'importe quoi!

Mais vu qu'elle a été trí¨s vite renouvelée pour une saison 2, j'espí¨re croire qu'elle vaut un peu mieux que ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1x05 : Je vais pas me répéter indéfiniment, on est í  la moitié de la saison et rien n'a évolué pour Banshee, je pense que ça ne le fera jamais (en tout cas pas avant la saison 2). C'est plaisant , mais y a des gros points noirs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi mon optique Banshee est de pas se prendre la tíªte et de pas fixé sur les points négatifs comme je peut le faire sur d'autre show, le perso principal est cool, les scí¨nes sont trí¨s belles (les dames aussi :D ), la mise en place est fini

Je me dit qu'il y a plein de perso intéressant et qu'un jour ou alors il seront mis en avant pour un épisode moi ça me va

 

Sinon y'a eut un mini avancé quand meme í  la fin de 5

[spoiler] le mari qui espionne sa femme parlé avec le Shériff [/spoiler]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Episode 5 : 

 

Pas vraiment d'avancée, je comprend que ca plaise pas mais je reste attaché au shérif, je l'adore.

 

[spoiler]C'est vrai qu'í  la fin, le mari espionne sa femme et peux se poser des questions sur sa relation avec Hood.
On peut attendre aussi quelque chose avec le mec du FBI qui va mettre son nez í  Banshee.
[/spoiler]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De mon côté, j'ai bien aimé l'épisode 5, beaucoup d'action avec le gang des motards.

Au début de l'épisode, j'avais plutôt envie d'arríªter la série amis avec cet épisode j'ai changé d'avis. Et puis maintenant que je suis í  la moitié de la saison, c'est trop tard pour reculer...

[spoiler]Le mec du FBI a l'air bien décidé í  chercher ce qu'il y a de louche í  Banshee. Ca promet. A mon avis, il va se faire dessoudé vite fait! Soit par Proctor (s'il met trop le nez dans ses affaires) soit par Hood (s'il compromet sa couverture)[/spoiler]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
í‰pisodes 5 et 6 vus. Míªme si la série a de trí¨s gros défauts, on a enfin avancé un peu dans l'histoire.
Gros flash back et un petit cliff í  la fin. Je ne vais pas en demander plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai adoré les flash back du dernier épisode. ENFIN

Oui et le cliff í  la semaine promet beaucoup.

Seul problí¨me, on ne voit pas le mec du FBI du précédent épisode.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Episode 6

[spoiler]Du trí¨s bon spectacle, du lourd. Notre curiosité est enfin satisfaite, je commençais í  íªtre fatiguée de ne pas avoir les séquences de flash-back complí¨tes (en míªme temps il faut préserver le suspens me direz-vous ;) !). L'ambiance, les scí¨nes, le ton, notamment de la prison, sont particulií¨rement intenses. 

Du côté de Kai Proctor, nous n'apprenons rien de bien nouveau (quel villain celui lí !) dans cet épisode... [/spoiler]

 

En quelques mots: Banshee, série divertissante, avec un potentiel énorme, trí¨s diversifié, un univers bien particulier, des personnages hauts en couleur. Des inégalités entre les épisodes, mais maintenant que certaines pií¨ces du puzzle ont été révélées, je pense que le spectateur est désormais sur sa faim, impatient de découvrir la suite, découvrir comment toutes les intrigues vont se croiser... Bref, une trí¨s belle surprise 2013.

 

Je pense qu'il faut regarder ça í  tíªte reposée parce que des incohérences, il doit y en avoir un sacré paquet. (Perso j'y fais pas attention en regardant)

 

Je dois par contre avouer que Hood, bien que trí¨s charismatique, n'est parfois voire souvent pas trí¨s futé [spoiler](cf la scí¨ne du braquage, aucune discrétion, aucun effort de self-control...)[/spoiler]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de voir l'épisode 7 et celui-ci est vraiment bien. Beaucoup d'action et peu de flashback voire pas du tout.

Seule reproche:

[spoiler]Franchement Carrie livre Hood í  son pí¨re au début de l'épisode, on peut dire qu'elle l''envoie í  l'abattoir et í  fin, elle se le tape... Sacré revirement de situation... Improbable et tellement incohérent.
[/spoiler]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon ! Je m'étais mis les 7 premiers de côté, j'ai maté tout ça entre ce weekend et le début de semaine...

 

Comme beaucoup d'entre vous, je relí¨ve les incohérences qui entachent certains épisodes, mais globalement, c'est plutôt une bonne découverte, content que la série ait droit í  une saison 2, il y a assez de potentiel dans les intrigues pour faire quelque chose de bon !  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
28 février 2013, par Pierre Sérisier
Banshee – De la série B qui s'assume

Banshee-e1362046817458.jpg

 

Les Américains ont toujours entretenu une relation particulií¨re avec leur territoire qu'ils continuent de considérer comme un sanctuaire. Si les villes ont largement été représentées dans les séries télé, la campagne n'a jamais été en reste et a longtemps été peinte comme un lieu circonscrit, propice í  la vie en communauté et aux échanges: tout le monde se connaí®t míªme si tout le monde a quelque chose í  cacher. Il y a un passé commun qui ne manque jamais de refaire surface, des vieilles rancunes qui remontent et des comptes qui n'en finissent pas d'íªtre réglés.

 

La tendance récente a été de débarrasser cette "cambrousse" de son caractí¨re allégorique et théí¢tral (si bien montré dans Twin Peaks) ou d'une forme d'idéalisme míªlant conflits intérieurs et bons sentiments avec comme but ultime la découverte de soi-míªme et l'apprentissage de la vie commune (Everwood). La campagne a également été l'endroit propice pour une réflexion sur la judiciarisation de la société et sur les moyens de maintenir la paix sociale comme dans Picket Fences. Enfin, elle a offert l'une des meilleures séries de ces dernií¨res années, Friday Night Lights, qui a déjí  été abondamment abordée sur ce blog.

 

La tendance récente, donc, est í  une campagne violente, dangereuse, imprévisible míªme si les traditions continuent de peser de tous leurs poids. Ce goí»t pour territoire enclavé, maintenu í  l'écart du développement urbain, s'exprime en filigrane dans True Blood d'Alan Ball, il constitue la toile de fond de Justified de Graham Yost, et la trame de Banshee imaginée par Jonathan Tropper et David Schickler et produite par Ball. Dans ces trois cas, l'action se déroule dans un univers rural (Louisiane, Kentucky, Pennsylvanie) et enclavé, un lieu oí¹ les ressentiments s'expriment d'une manií¨re sourde, presque í  voix basse, oí¹ l'on n'a pas besoin de crier pour se faire entendre.

 

Il ne s'agit plus de passer au microscope les relations quotidiennes qu'entretiennent des individus ordinaires et socialement intégrés (médecin, le shériff, coach de l'équipe de football, tenancier d'hôtel, etc.). On est placé directement au niveau des rebuts de l'endroit: piliers de bar, malfrats, bons í  rien, escrocs, prostituées et souteneurs, autrement dit l'Amérique d'en-bas. L'instabilité de ce microcosme est encore renforcée par l'intervention d'étrangers qui, par leur seule irruption, provoquent une nouvelle perte d'équilibre que le reste des protagonistes va tenter de rétablir tant bien que mal.

 

Il n'y a pas dans cette évolution du genre de notion d'intégration. Le nouveau venu doit forcer sa place, pousser les autres, jouer des coudes, des poings et du pistolet pour s'installer, exactement comme dans un western. Le propos est volontairement typé voire normé í  l'extríªme. Dans Justified, cela passe par le langage. Dans Banshee, c'est le recours assumé, voire revendiqué, aux clichés de la série B: la violence et le sexe sont trí¨s explicites. Il ne faut pas plus de 90 secondes dans le premier épisode pour que le héros s'offre une serveuse dans la remise d'un bar cradingue.

 

Banshee-2-e1362049926752.jpg

 

Clins d'oeil í  True Blood

 

On a droit aux scí¨nes de torture lourdement dramatisées, aux bagarres í  grands coups de tatanes dans la gueule, í  une forme de porno soft qui insiste sur le plaisir féminin comme si le héros était une bíªte de sexe mais aussi í  des caricatures dans le choix des personnages. L'ancien champion de boxe noir qui est propriétaire de son bar. L'ancien repris de justice qui devient shériff. L'homme d'affaires retors et sadique, capable de donner un homme í  dévorer par ses chiens mais incapable d'affronter sa nií¨ce. La petite garce qui a le feu au cul parce que son éducation a été trop stricte. La mí¨re de famille qui sort tous les soirs í  la nuit tombée sans que son mari en prenne ombrage. Le mafieux russe í  la tronche de hyí¨ne qui se passionne pour les échecs. L'adjoint qui veut faire le boulot convenablement. Et pour compléter le tableau, les Amish qui viennent encore renforcer l'impression d'éloignement urbain et illustrer une pesante survivance du passé.

 

Ces traits caractéristiques sont trop nombreux et Alan Ball est trop malin pour que tout cela ne soit pas voulu. Il y a í  l'évidence un goí»t de sa part pour ce "Sud" qui serait "arriéré", oí¹ l'éducation fait tellement défaut que l'évolution s'accomplirait í  une lenteur extríªme. Il y a d'ailleurs bien des clins d'oeil que Banshee adresse í  True Blood. Job, la dragqueen asiatique complice de Lucas Hood, entretient des ressemblances avec Lafayette de Bon Temps. Il est l'incarnation de la sophistication du monde contemporain dans un monde figé. Les génériques de l'un et l'autre entretiennent également des similitudes, avec une multiplication d'images fortes qui fixent l'atmosphí¨re générale du lieu et qui commence í  raconter une histoire par bribes.

 

Si les personnages masculins sont gonflés í  la testostérone, ils ne sont pas livrés d'emblée et brutalement. Ils apparaissent par des petites touches qui permettent de leur donner une complexité que le spectateur n'imaginait pas a priori. Cela s'accomplit sous la forme de flashbacks, dont la longueur se réví¨le trí¨s variable, mais dont le dosage est soigné. Le retour sur le passage de Hood par la case prison exigeait du temps afin de théí¢traliser la violence.

 

Les personnages féminins sont, eux, adaptés í  ce monde oí¹ ils ont réussi í  trouver leur place. Comme dans Justified, les femmes ne sont pas des victimes innocentes vivant sous la protection des mí¢les dominants. Il y a un équilibre entre les deux sexes, une réelle complémentarité et non des rôles prédéfinis et assignés de manií¨re permanente. Elles savent ce qu'elles veulent, elles savent faire le coup de poing comme Carrie, ensorceler les hommes comme Rebecca, se montrer déterminée comme l'adjointe du shériff. Elles se sont adaptées aux contraintes de leur environnement: le meilleur exemple est fournie par la fille de Carrie qui est en train d'accomplir cette métamorphose.

 

Certains ont vu dans Banshee un Justified du pauvre ou un succédané de l'actuelle série phare de FX. Aprí¨s sept épisodes, la nouvelle production d'Alan Ball s'impose comme beaucoup plus complexe et surtout comme soigneusement pensée. Bien mieux maí®trisée par exemple que Killer Joe qui lorgnait du côté de la comédie. Si vous avez aimé Drive de Nicolas Winding Refn, laissez-vous tenter.

 

(Photo: Cinemax)

 

Source: http://seriestv.blog.lemonde.fr/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il fait des bonnes analyses parfois míªme si je suis loin d'íªtre d'accord sur tout avec lui. Je trouve les gens un peu dur avec Banshee qui sans íªtre la série de l'année est divertissante, il ne faut pas en attendre trop je pense et la regarder sans prise de tíªte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Il fait des bonnes analyses parfois míªme si je suis loin d'íªtre d'accord sur tout avec lui. Je trouve les gens un peu dur avec Banshee qui sans íªtre la série de l'année est divertissante, il ne faut pas en attendre trop je pense et la regarder sans prise de tíªte.


Je ne peux pas débrancher mon cerveau quand je regarde quelque chose. Je suis toujours en mode auto-comment, míªme avec les comédies oí¹ il y a des références í  avoir. Aprí¨s, mon côté matheux ne m'aide pas sachant que je suis fervent serviteur de la logique. Donc Banshee n'a pas fini d'entendre mes critiques ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oh my god! xD Banshee a atteint un niveau stratospherique dans le n'importe quoi !
Si on n'est pas tous d'accord sur cet épisode alors je perds confiance en l'humanité :-P
Le mot WTF a dí» íªtre inventé pour cet épisode ^^
Rien í  rajouter de +

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai bien aimé le rapprochement entre Banshee et Drive. On parle bien du míªme Drive et du míªme Banshee ? ><. Banshee a le seul et unique avantage d'íªtre diffusée en fin de semaines quand je n'ai plus rien d'autre sous la main, mais avouons le, pour certains, ca a beau pas íªtre parfait, c'est suffisamment divertissant pour se regarder, j'en fais malheureusement partie...:/. Et puis bon, si Antony Starr ne vaut pas le détour avec son expression du visage problématique, Lili Simmons se laisse regarder. :')

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je prédis au prochain épisode, Hood part en mode berserk et va tout péter. Le mafieux tout pourri (le mec pas foutu de retrouver sa fille en 15 ans) va soit se prendre le taureau dans la face soit on va avoir droit í  du super combo mafia slave + rebel amish! (+bonus indien).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant