Ouioui

The Leftovers

108 messages dans ce sujet

Tout ça est un peu contradictoire:  pas transcendant, pas révolutionnaire, passages inutiles et chiants, donc je ne vois pas oí¹ est l'audace et l'ambition, surtout pour HBO (Míªme s'ils n'ont pas fait que des chefs d'oeuvres, on est en droit d'íªtre exigeant avec eux).

 

 

J'ai oublié le "si" en fait... L'idée c'était de dire que si ils osent avoir de l'ambition, ça peut íªtre pas mal!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais pas si on est sensé comprendre quoique ce soit avec ces deux épisode, mais je suis complí¨tement largué !

C'est quoi cette institution ? Pourquoi que des femmes ? (Pourquoi j'ai l'impression ils fument tous ? En plus de couper des arbres ? Stop wasting your breath?)

 

J'ai peut-íªtre trop somnoler en regardant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@PS2004: On n'est pas censés comprendre quoi que ce soit í  ce niveau de la série.. on nous lance les choses, les histoires sans la moindre explication ou le moindre indice... ça devrait, je l'espí¨re, venir par la suite ! Concernant tes questions en spoiler:

 

Une institution de personnes qui quittent la communauté dans laquelle ils vivaient et ne parlent plus... Pourquoi, comment, etc... on ne sait pas !


Il n'y a pas que des femmes... mais on ne montre principalement qu'elles.
Ils doivent fumer pour passer le temps... j'ai cette impression aussi mais je ne sais pas s'il y a une explication...
Couper des arbres? Aucune idée...
Stop wasting your breath: histoire de leur dire d'arríªter de parler.. ils semblent en avoir marre de ressasser le passé avec les disparus, veulent passer í  autre chose... mais on n'en sait pas plus pour le moment...

 

 

Concernant l'épisode 3, bien qu'il soit trí¨s bien fait, est un peu déroutant, j'ai passé tout l'épisode í  me dire: mais pourquoi nous racontent-ils tout ça? Peur de tomber sur une série oí¹ on nous présente 1 personnage par épisode... mais il semblerait que non ! Et finalement, j'ai plutôt apprécié cet épisode! Et j'ai compris pourquoi í  la fin.

On n'a pas de réponses í  nos questions... d'autres se posent míªme... mais cet épisode sert í  apporter un peu de background í  cette histoire et voir la série sous un autre oeil... ou pas.

 

En tout cas, míªme si c'était pas transcendant et certains seront probablement encore plus déroutés aprí¨s ou míªme souhaiteront s'arríªter lí ... moi j'ai bien aimé !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ils fument tous, c'est d'ailleurs obligé et on le voit sur des posters/images/cadres/(j'ai oublié :P) dans l'épisode 1 : C'est des phrases de leit motiv, que j'ai (com)prise comme "ils fument, ils savent qu'ils vont (en) mourir, mais c'est leur manií¨re de contrôler leur vie. La seule chose que je ne comprends pas (sur ce sujet) c'est pourquoi ils disent aux autres d'arríªter de gaspiller leur souffle... vu comment ils utilisent le leur =)

"We don't smoke for enjoyment we smoke to proclaim our faith"

 

Je n'ai vu que le pilote, j'ai suffisamment rien compris pour vouloir voir le 2, quand j'aurais pas grand chose í  regarder das le côté drama.

 

Une pensée pour la série Constantine oí¹ le héros n'a pas le droit de fumer, quand on voit comment, dans d'autres séries, on nous en envoie dans la tíªte :') (et lí , je trouve ça quand míªme exagéré, huhu)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec l'épisode 03 les choses s'éclaircissent un peu (si l'on peut dire) avec en toile de fond toute le bazar mythologique religieux américain. :blink: 

 

L'épisode nous entraine au coeur de leurs problématiques de bondieurseries si particulií¨res, notamment celles des groupes fondamentalistes avec en vrac leur livre des révélations, le mythe de l'apocalypse et celui de l'extase. 

 L'idée fondamentale étant que lorsque le Christ reviendra les vrais croyants le rejoindront au ciel et ceux qui restent derrií¨re devront endurer ce qui arrive par la suite. En gros, et pour faire simple (et pour ce que j'en ai compris). :ph34r:

 

Les "Ceux qui restent" se retrouvent ici en panne de croyance, en plein doute, les églises se vident ce qui qui aux US est assez impensable. In Go(l)d We trust. :o 

 

Le role du revérend, omniprésent dans cet épisode, est intéressant dans ce contexte car il va contre ces croyances en montrant que dans ceux qui sont partis il y avait blindé de salopards et de vilains.

 

La vérité n'étant pas tujours bonne í  dire,  il ramasse vilain. Ce qui ouvre visiblement est un autre axe de la série : vérité/ mensonge.

On se dirige gentiment vers sectes vs athéisme, religion vs science, vérité vs mensonge, tout cela mettant en branle dans ce contexte post apocalyptique (au sens de phénomí¨ne incompréhensible)  blindé de sous problématiques sociétales et personnelles.

 

Parlons quand míªme un peu de la série, cet épisode 03  démarre í  peu prés correctement, car trí¨s centré sur le Rev, mais se perd en route pour ses explications interminables sur les "enjeux" et se conclu par une fin lourde et í  rallonge  dont on peut prévoir tous les rebondissements. 

 

N'étant pas américain d'obédience, ça me passe un peu par dessus de la tíªte, en gros je m'en tape vilain et j'essaie toujours d'arríªter de fumer. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi critiquer une série dí¨s qu'elle ose un tant soit peu la spiritualité ? Le point de départ The Leftovers invite spécifiquement -- et quasiment uniquement -- í  cette question. Et c'est quand míªme bien triste de déduire automatiquement que toute spiritualité est "américaine". J'étais tombé récemment sur une critique de la série de Vanity Fair oí¹ l'auteur se gargarisait dans son nihilisme et concluait que la série ne pouvait, en France, "qu'íªtre aimée par Christine Boutin". Rien que pour ce genre de discours, l'existence de The Leftovers fait du bien. Surtout que l'épisode 3 n'a en tant que tel rien de "fondamentaliste" -- il est simplement philosophique. Ce dont on manque pas mal, aujourd'hui.

 

Enfin bref, je vous redirige vers ma critique des épisodes 2 et 3 (je vous la copierais bien ici, mais c'est bien trop long). J'y analyse les thématiques des épisodes et surtout trace de nombreux parallí¨les avec Lost et sur précisément, cette absence d'í®le dont souffre The Leftovers ; cette absence d'axe, représentée par exemple dans l'épisode 1 par le téléphone tournoyant entre les adolescents ou, dans l'épisode 3, par la fameuse roulette. Bref, c'est un modeste décryptage du sens dans cette série dénudée du genre, oí¹, comme le générique le montre, nous ne sommes plus í  l'intérieur du tableau (soit plus dans l'í®le, ou la présence visible du sens) mais en dehors de la représentation. C'est ici :) 

http://yesfuture.fr/the-leftovers-episodes-2-et-3-le-regard-et-le-hasard/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1/ Je ne critique pas la série parce qu'elle parle de spiritualité,   j'essaie juste d'en découvrir le réel propos derrií¨re le teasing et de savoir í  quelle sauce "philosophique" nous allons íªtre pensé. 

 

2/ Toute spiritualité n'est pas "américaine", mais lí  précisément il se trouve que si. Nous ne sommes ni Inde ni au Japon, ni en Autriche.

 

3/ Malheureusement je ne lis pas Vanity fair et ne sait pas ce que peut aimer C Boutin (diable :o ). Pour le fondamentalisme tu as mal du lire mon com, l'épisode n'est pas en "lui-míªme" fondamentaliste,  mais ce qui y est sous tendu rend la référence inévitable, surtout quand (et parce que) cela se passe aux US, libre í  toi d'universaliser le propos...quand on le connaitra.

 

4/ Pour l'instant je ne vois pas en quoi Leftovers "ferait du bien", sans savoir í  quelle "philosophie", fumeuse ou non, í  quelle lumií¨re immanente nos cerveaux vides et matérialistes vont íªtre exposés. Je me méfie beaucoup de l'amiantage intellectuel.

 

5/ En ce qui concerne toute la paraphernalia "Lostienne" je te laisse jouer avec les images panini.

 

6/ Enfin bref, sur ton (modeste) (tu es trop modeste) (fausse modestie j'adore :) la notion de redirection ) décryptage, j'avoue que les notions de "présence divine" et de "présence maléfique" quand elles ne sont pas dans un discours de Fantasy mais qu'elles sont employées avec autant de croyance dialectique auraient plutôt tendance í  m'inquiéter. 

 

7/ Je me disais bien "les pigeons quand míªme"

 

Pour l'instant nous sommes dans une problématique de perte,  mais qui  prend ici une tournure emphatique, boursouflée et baroque (voir le générique kitschissime) pour nous interroger sur quoi ? 

 

Ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier ? visblement non. Le plus dur c'est pour ceux qui restent ? Visiblement oui.

 

Et les épisodes, malgré tout le fond dont tu les crépis sont lourdingues (LEEEE Sens) et pas mal chiant í  regarder. 

 

 

 

 

 

tumblr_mxxooyvdaB1qc59eno3_250.giftumblr_mxxooyvdaB1qc59eno1_250.gif 

tumblr_mxxooyvdaB1qc59eno2_250.giftumblr_mxxooyvdaB1qc59eno4_250.gif

 

No shit...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon :

- D'abord par rapport í  ce que tu dis sur l'interrogation de la série, qui pour moi ne réside dans aucune des deux formulations que tu proposes (ces dernií¨res évacuant trop la portée philosophique du propos -- mais peut-íªtre est-ce volontaire ?). Je la formulerais ainsi : "comment vivre en sachant que l'on ne saí®t pas ?". 

- En prolongement de ça, je comprends bien ta méfiance vis-í -vis de tout "amiantage intellectuel", mais The Leftovers ne s'impose comme un objet théologique. Il souligne simplement l'incertitude totale, la grande Absence. Que, dans un monde effectivement matérialiste oí¹ toute évocation de la présence informulable est tournée au ridicule (The Leftovers = Christine Boutin), je trouve ça, oui, intéressant. The Leftovers n'est pas lí  pour "combler" quelque chose -- elle est lí  pour rappeler avec son allégorie du ravissement que l'on ne saí®t rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Episode 3 bien plus intéressant vu qu'on est loin du "pourquoi" et d'avantage dans les conséquences de l'événement. Plus intéressant également car plutôt que d'avoir des storylines éclatés, on suit un personnage de bout en bout.

Point qui m'a intéressé :

Chez notre pasteur, on peut voir un sentiment d'injustice qui relí¨ve de l'ordre de l'intime. Cet événement brutal et inexplicable a provoqué l'accident de voiture plongeant sa femme dans un état végétatif, sans indemnisation aucune. A l'opposé, les familles de ceux dont un proche a disparu dans l'événement ont été allí¨grement indemnisé.

Pour nous souligner cet antagonisme, on a le sermon sur la jalousie du frí¨re (lui-míªme) lorsque sa petite soeur í  peine née lui pique toute l'attention des parents.

 

@Yesfuture : Je suis allé lire ta critique (ou plutôt ton analyse) et je trouve, notamment tes parallí¨les avec Lost, vraiment capillo-tractés. pourtant je suis fan de Lost. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

- D'abord par rapport í  ce que tu dis sur l'interrogation de la série, qui pour moi ne réside dans aucune des deux formulations que tu proposes (ces dernií¨res évacuant trop la portée philosophique du propos -- mais peut-íªtre est-ce volontaire ?). Je la formulerais ainsi : "comment vivre en sachant que l'on ne saí®t pas ?". 

 

 

Ben si, pour moi c'est ce qui découle évidement de la perte, de l'absence, et de son appréhension par chacun  (ce que nous montrent les différentes propositions de la série, mais si in fine ce sera pour nous apprendre "í  vivre avec le fait qu'on ne sait pas", ce qui n'est rien d'autre que mon quotidien (Je fais de la philosophie comme Mr Jourdain ) c'est un peu big deal. 

 

 

 

 

- En prolongement de ça, je comprends bien ta méfiance vis-í -vis de tout "amiantage intellectuel", mais The Leftovers ne s'impose comme un objet théologique. Il souligne simplement l'incertitude totale, la grande Absence. Que, dans un monde effectivement matérialiste oí¹ toute évocation de la présence informulable est tournée au ridicule (The Leftovers = Christine Boutin), je trouve ça, oui, intéressant. The Leftovers n'est pas lí  pour "combler" quelque chose -- elle est lí  pour rappeler avec son allégorie du ravissement que l'on ne saí®t rien.

 

Je n'attends pas que Leftovers comble quoique ce soit (í  part sa part du deal spectacle/spectateur, ce qui est moins évident  ) que la philosophie remplace la théologie pour ne pas nous expliquer et ne pas nous structurer l'absence (ou quoique ce soit d'autre) c'est un plus, dans la mesure ou elle ne comble pas, mais la nature a horreur du vide. Pour ce qui est de l'allégorie du ravissement, extase, ou Enlightment dans cette proposition philosophique, elle me laisse tout í  fait perplexe. 

 

Pour revenir í  ce qui est proposé en terme de "série" et "d'écriture", je trouve cela assez pauvre pour l'instant, voir cet interminable épisode 3 qui nous assí¨ne sans pitié, ce que l'on a déjí  compris depuis longtemps.

Savoir qu'on ne sait pas, est une chose, s'ennuyer í  apprendre ce que l'on sait en est une autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et comme dit Rooney, et comme je l'avais pointer dans un com précédent, l'ep 03 comme il est ramassé sur le rev est plus easy í  regarder. (míªme si les 15 dernií¨res sont insoutenables)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Rooney capillotractés, peut-íªtre. Mais outre la légimité des parallí¨les, ce qui compte, í  mes yeux, c'est ce qu'ils réví¨lent de manií¨re ultime. Je pense que la nature contre-iniatique des pigeons, placés quasiment au míªme moment que l'épisode équivalent de Lost (le deuxií¨me aprí¨s le Pilot), lí  dans un lieu oí¹ ils ne devraient pas íªtre (comme le pí¨re sur la plage), et pour mener vers la perte, dit quelque chose.
Je pense aussi que les multiples références í  la notion d'axe -- axe que l'í®le de Lost, source de la vie, était censée jouer pour le monde et pour sa survie -- sont signifiantes dans un monde qui a précisément perdu ses répí¨res. D'ailleurs, je cite directement Lindelof, dont un interview récent est venu confirmer ma premií¨re analyse -- de son point de vue initial, le ravissement représente la perte de Lost et donc de l'í®le. Je ne trouve cela donc pas si "capillotractés".

 

 

@Ouioui -- pour ton premier point :

Mais bien sí»r, que ce n'est rien d'autre que le quotidien -- d'oí¹ la beauté, í  mes yeux, de la série (et c'est notamment ce dont je parle justement dans mes deux analyses). Une allégorie -- oui, encore -- doit toujours transcender une question simple et qui nous étreint tous. Evidemment, que derrií¨re le ravissement, se cache simplement notre appréhension de la mort. C'est míªme ce qui renforce encore plus le sentiment d'identification. Libre í  toi de trouver que ce n'est pas vraiment "a big deal" -- personnellement, j'accroche.

 

Pour le deuxií¨me :

Oui, et bien lí  s'exprime peut-íªtre le coeur de notre désaccord : je ne trouve pas la série ennuyeuse. Pas du tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Libre í  toi de trouver que ce n'est pas vraiment "a big deal" -- personnellement, j'accroche.

 

Pour le deuxií¨me :

Oui, et bien lí  s'exprime peut-íªtre le coeur de notre désaccord : je ne trouve pas la série ennuyeuse. Pas du tout.

 

Mais c'est ce qui fait toute la beauté de la chose mon cher Killerbob, ce qui fait chier l'un peut íªtre adoré par l'autre. 

Pour íªtre parfaitement honníªte avec toi, je suis quand míªme content d'avoir vu John from Cincinatti (et míªme Lost)  il y a longtemps, sans passer par ta grille de décryptage allégorico-spirituelle-symbolico-convocatrice. No offense.

 

Et  pour conclure sur la spiritualité dans les séries, je citerai un de ceux qui transcende le mieux la question spirituelle, avec toutes ses composantes humaines, l'immense Boyd Crowder : "Truth always sounds like lies to a sinner. "

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

EP 04

C'est Puuuutain de pensum....Morts ou vivants ils sont aussi chiants les uns que les autres, et mettre du Black Keys n'y changera rien.

  Leftovers...Done. :lol:

 

 

10524378_10152256254023857_2490814436252

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus personne? Les spectateurs se seraient ils évaporés?

 

J'ai regardé 2 épisodes (4 & 5) et Danaerys, il n'y a pas que les bagels qui disparaissent mais aussi les chemises du chef de la police!

 

Je vois pas trop oí¹ ils veulent en venir. L'épisode 5 intí¨gre en plus des éléments surprenants

Le FBI a été contacté suite í  la lapidation í  mort d'une des membres du GR. Et le mec évoque au téléphone la possibilité de "s'occuper" du GR de façon définitive.

Bref, sous entendu lourdingue : on vient les buter. Ce qui colle avec la scí¨ne finale de l'épisode 4 (le camion qui a déversé des corps de gens tout en blanc sur la route)

 

Bref un tournant conspirationniste pas franchement le bienvenue dans une série qui se veut intimiste. Je verrais si l'épisode - poursuit sur cette voie.

 

Sinon la réalisation est catastrophique... C'est dingue. Mention spéciale í  comment est filmé une crise de panique!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas vu le 06 qui visiblement est un tournant... :blink:  Pour l'instant pas grand chose í  rajouter. Trop fumer tourne í  la fumisterie et í  mon humble avis ils vont ramer pour sortir de l'ornií¨re mystico-mystérioso, surtout aprí¨s deux épisodes indigents et répétitifs.

C'est toujours The Boring Dead.

 

tumblr_mxt6uvmvhv1qenc9bo1_250.giftumblr_mxt6uvmvhv1qenc9bo2_250.giftumblr_mxt6uvmvhv1qenc9bo3_r1_250.giftumblr_mxt6uvmvhv1qenc9bo4_r1_250.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai regardé 2 épisodes (4 & 5) et Danaerys, il n'y a pas que les bagels qui disparaissent mais aussi les chemises du chef de la police!

la scí¨ne du pressing avec cette tension, ce suspens incroyable, les chemises du shérif sont elles au pressing ?

et oui :lol: 

 

 

Pour moi c'est conspirationniste depuis le début 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans l'épisode 6 on se reconcentre sur un personnage

Il s'agit du personnage de Nora, un épisode pas trí¨s passionnant, il y a toujours cet espí¨ce de faux suspens ces semblants de pistes qui tombent í  plat, le gourou a apparemment des pouvoirs, ou bien est ce l effet placebo, comment les scénaristes vont se sortir de tout ça ? Le savent ils eux míªmes?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant