News Séries

Seriesaddict.fr  par | Chroniques | 1

Rétro SerieAddict n.4 : MacGyver, bricoleur et pacifiste

Rétro SerieAddict n.4 : MacGyver, bricoleur et pacifiste 1985 - ABC

Tous les jeudis revenons sur une série qui a marqué l’histoire de la télé ou nos mémoires. Aujourd'hui : MacGyver.

Voici l’histoire d’un héros d’un genre nouveau. Il ne roule pas en Ferrari, déteste les armes à feu, n’emballe pas toutes les filles et ses seuls pouvoirs résident dans une parfaite connaissance des sciences de l'ingénierie et un couteau suisse.
Générique !



Septembre 1985, les spectateurs d’ABC font la connaissance avec MacGyver, le héros écolo avant l’heure. Malgré une première saison qui se cherche un peu, durant sept années ils vont l’observer gérer différentes situations de crises de manière non-violente, pour le compte de son employeur, la Fondation Phoenix. Au sein de cette agence privée à but non-lucratif, MacGyver (Richard Dean Anderson) travaille sous la direction de son meilleur ami Pete Thornton Dana Elcar). Ce sont d’ailleurs les deux seules personnes figurant au générique. Oui c’est un peu mince tout cela, pas de fil rouge, pas de dizaines de personnages secondaires. Comme la majeure partie des séries de la décennie, la trame narrative reste assez simple. Chaque épisode est un stand-alone qui se picore comme du pop-corn, sous une épaisse couverture. Bien sûr il arrive régulièrement à Mac d’être embarqué dans les ennuis de son ami d’enfance Jack Dalton (Bruce McGill), ou bien de devoir sauver la naïve Penny Parker (Teri Hatcher) de situations ubuesques. Il croisera aussi le chemin de sa némésis qui a marqué les mémoires malgré son peu d'apparition, le diabolique Murdoc, qui arrivait toujours à défier sa propre mort (Daniel Jackson prends en de la graine). En toute honnêteté, tout cela n’avait rien de révolutionnaire.


Un héros normal

Cependant MacGyver (1985) se différenciait des autres séries d’aventure, pour la simple et bonne raison que le héros était un être sensible. D’ailleurs la légende veut que Richard Dean Anderson ait décroché le rôle car étant myope, il aurait demandé l’autorisation de mettre ses lunettes pour lire son texte lors du casting. Lee David Zlotoff, John Rich et Henry Winkler, les créateurs de la série, auraient apprécié cette touche d’humanité.
Car oui, avec MacGyver exit les machos qui donnent des coups à tout va avec l’assurance du mâle sans peur ni reproche. Mac est un héros qui utilise sa tête, et qui n’hésite jamais à exprimer sa douleur ou même sa peur quand la situation devient périlleuse. Il a même certains complexes, comme celui de son prénom, dont il aura fallu attendre sept saisons pour savoir qu’il s’agissait d’Angus… Oui ok, pour le coup on le comprend. Mais si la série a eu autant de succès, et si vous vous en rappelez aussi bien, ne le niez pas, c’est surtout pour son incroyable créativité.

http://thetvdb.com/banners/fanart/original/77847-8.jpg

La force de l’esprit face à la force brute

MacGyver est donc un aventurier casse-cou plus par obligation que par plaisir, il n’aime pas se battre, et déteste les armes à feu depuis un accident tragique dans sa jeunesse. Mais il a un diplôme en physique et manie les sciences de l'ingénierie comme personne. A chaque épisode, devant notre petit écran, nous nous demandions “mais comment va-t'il s’en sortir ?”. Un rouleau de ruban adhésif, un couteau suisse dans la poche et c'était parti pour la débrouille. On mélange trois ou quatre produits pour faire une charge explosive, une craie de billard et de la cire pour tromper un scanner d’empreintes, trois bouts de gommes pour faire une reconstitution faciale à partir d’un crâne… Cet homme était capable de tout ! Ne nous moquons pas trop, car sachez que tous les bricolages créés sur le plateau étaient valides et s’appuyaient sur de véritables expériences. Seules les manipulations pouvant être dangereuses étaient modifiées ou vagues pour éviter que des gens tentent la chose chez eux.
Mais le résultat est là, MacGyver nous démontrait chaque semaine que grâce à des connaissances et à la créativité nous pouvions résoudre n’importe quel problème.


L’influence et l’héritage

Annulée à la demande d’un Richard Dean Anderson épuisé par son rôle, MacGyver a une énorme influence. Ce n’est pas pour rien que les ventes de couteaux suisses se sont envolées durant la diffusion du show. Entrée dans la culture populaire, les références à la série sont extrêmement courantes, au point qu'aujourd'hui on parle de macgyverisme pour désigner toute solution créative faite avec les moyens du bord. La série fait désormais partie de la mémoire collective et génère toujours autant d’enthousiasme.
Sept saisons et deux téléfilms plus tard, nous savons qu’un projet de résurrection n’a jamais été enterré. En 2003 la tentative de Young MacGyver, centrée sur le neveu de Mac (Jared Padalecki) s’est soldée par un échec. Mais quand on voit l’engouement populaire qu’il y a eu pour les pubs Mastercard ou bien Mercedes faisant revenir le personnage sur le devant de la scène, nous pouvons comprendre que CBS souhaite tenter sa chance cette rentrée avec un reboot de la série. Est-ce que ce dernier sera à la hauteur et respectera l’ADN de la série ? Réponse prochainement. En attendant rien ne vous empêche de replonger encore et encore dans la série originale pour voir ce que MacGyver est capable de faire avec trois trombones.

Et vous, vous aimez MacGyver ? Avez-vous suivi la série ?

1 Commentaire

  • gattous01
    Le 22/09/2016 à 14h40

    J'avais 9 ans quand la série a commencé, je regardais sans être une grande fan. Cependant, je me demandais comment il allait s'en sortir et toujours il avait une idée de génie.

Ajouter un commentaire







 Spoiler