News Séries

Seriesaddict.fr  par | Chroniques | 3

8 choses que vous ne savez pas sur The Handmaid's Tale

8 choses que vous ne savez pas sur The Handmaid's Tale 2017 - Hulu

Le mercredi, découvrez des infos que vous ne connaissez pas sur vos séries préférées. Aujourd'hui : The Handmaid’s Tale.

8 choses que vous ne savez pas sur la série The Handmaid’s Tale

Il va encore falloir attendre quelques mois avant de pouvoir découvrir la suite des aventures de June dans The Handmaid’s Tale. En attendant, nous vous avons réservé quelques trivias sur l'adaptation très réussie du roman de Margaret Atwood. Chez SeriesAddict on a été scotché du début à la fin, et nous vous recommandons complètement cette série où l'histoire, la réalisation et les performances ne connaissent pas vraiment de défauts.

Trivia N°1

Les actrices ont déclaré que leurs coiffes (leurs "wings") réduisaient leur champ de vision à l'extrême. A moins qu'elles ne se regardent les unes en face des autres, elles ne peuvent pas se voir, et doivent jouer principalement à partir de ce qu'elles entendent.

Trivia N°2

Margaret Atwood, l'auteure du roman qui a inspiré la série, a fait un caméo dans le pilot. Elle est la tante qui frappe Offred quand elle ne veut pas participer au cercle qui accuse Janine.

Trivia N°3

Dans le roman, le Commander Waterford et Serena Joy sont beaucoup plus vieux que dans la série. Ils sont décrits comme étant ridés avec des cheveux gris.

Trivia N°4

Comme expliqué dans le roman et dans la série, la devise secrète qu'Offred trouve, Nolite te bastardes carborundorum, est une phrase à base de Latin, mais pas vraiment latine, qui était il y a longtemps une blague que les enfants qui étudiaient le latin se partageaient. C'est d'ailleurs dans son enfance que Margaret Atwood l'a découverte. En mai 2017, un article de Vanity Fair a expliqué que la phrase, qui date de la fin du 19ème siècle ou du début du 20ème, qui est sensée se traduire par don't let the bastards grind you down (Ne laissez pas les bâtards vous détruire) ne contient en vérité que quelques mots de latin. Sans parler de sa grammaire douteuse ou de ses origines historiques, sa présence dans le roman en tant que source d'espoir pour Offred est devenue une inspiration, et une devise chérie par certain des lecteurs. Dans une interview pour le Time Magazine, Margaret Atwood a déclaré qu'il était bizarre que cette phrase de son enfance se retrouve tatouée sur le corps des gens.

Trivia N°5

Quatre des cinq réalisateurs de la saison 1 sont des femmes, Mike Barker étant le seul homme.

Trivia N°6

Quand Offred et le commander jouent au scrabble pour la première fois, les deux premières lettres qu'ils retournent sont "M" et "A", les initiales de Margaret Atwood.

Trivia N°7

Il n'y avait pas de personnage noir dans le roman, parce que Gilead (le régime dictatorial dépeint dans la série) a classé tous les noirs comme étant "les enfants de Ham", une référence à la croyance de certains chrétiens fondamentalistes qui veut que les noirs décendent du fils de Noé, Ham, et sont de ce fait sous l'emprise d'un mauvais sort que Noé aurait jeté sur Ham. Dans le roman, tous les noirs ont été déplacés dans le Midwest.
Cependant, les producteurs de la série ont fait un choix conscient de ne pas aller dans la même direction, pour qu'ils puissent inclure des acteurs noirs au casting, incluant Samira Wiley (Moira). En janvier 2017, le créateur de la série Bruce Miller a déclaré dans une interview à TV Line que les producteurs avaient eu une grande discussion avec Margaret Atwood, argumentant que dans une série il serait plus compliqué que dans un livre d'expliquer l'absence de personnages noirs. Il a continué expliquant que la frontière était fine entre une série sur des racistes, et une série raciste, qui se concentrerait sur Offred et pas sur les noirs qui ont été envoyés au Nebraska. Il voulait se concentrer sur la question de l'infertilité, qui a une importance toute particulière en ce moment aux Etats-Unis où le droit à l'avortement est de plus en plus remis en question.

Trivia N°8

Dans le roman, le vrai prénom d'Offred n'est jamais dévoilé, mais de nombreux lecteurs pensent, grâce à des indices subtils dans le texte, qu'il s'agit de June. Margaret Atwood a déclaré qu'elle n'y avait pas pensé elle-même, mais ça fonctionne.
Dans l'adaptation du livre au cinéma en 1990, le vrai prénom d'Offred était Kate.

Alors, saviez-vous tout ça ?

3 Commentaires

  • breched
    Le 04/08/2017 à 01h17

    pour le trivia n°1 ça ne me surprend pas puisque c'est le but de la coiffe. Je ne sait plus si c'est dit explicitement dans la série, mais dans le bouquin Offred nous l'explique bien. La coiffe est là pour empêcher les autres de voir les servantes, mais aussi pour les isoler elle encore plus du monde extérieur

  • emiwine
    Le 04/08/2017 à 09h14

    Je ne comprends pas pourquoi les critiques s'obstinent à faire un parallèle entre la série et les lois anti-avortement de Trump.
    Cette phrase est d'ailleurs complètement contradictoire : "Il voulait se concentrer sur la question de l'infertilité, qui a une importance toute particulière en ce moment aux Etats-Unis où le droit à l'avortement est de plus en plus remis en question." L'infertilité est importante car on remet en question de l'avortement ? Je pense que la série parle d'une préoccupation majeure de notre société actuelle, celle d'avoir de plus en plus de difficulté à procréer peut-être en raison de l'environnement (pollution, perturbateurs endocriniens, etc.) Selon moi le régime décrit par Atwood et la série ressemble plus à celui de l'état islamique qu'à celui des Etats-Unis...

  • breched
    Le 04/08/2017 à 16h08

    Emiwine, s'il y a infertilité alors le taux de naissances baisse. Certains utilisent cet argument pour remettre le droit à l'avortement en question car avorter accroit encore plus cette baisse. Par conséquent les femmes fertiles devraient tout de même avoir des enfants pour assurer les générations suivantes. La phrase n'est donc pas contradictoire
    Mais après je suis d'accord que ce n'est pas le seul point soulevé par Atwood. La liberté de penser et d'agir étant les premières. Les servantes sont traités comme des objets et ce n'est pas mieux pour le reste des femmes. Pour moi The Handmaid's Tale est avant tout féministe.
    Pour ce qui est de l'état islamique ... c'est dans la bible que puisent les fondateurs de Gilead. Beaucoup des rituels utilisés et le système de castes font penser à des sectes ou groupe comme on trouve dans l'Amérique profondément chrétienne.

Ajouter un commentaire







 Spoiler